Nous suivre Industrie Techno

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Marina Angel
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

La nouvelle Zoé intègre 3,3 kg de tissu fabriqué à partir de fil recyclé.

© Renault / Lemal

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un programme de R&D de six ans soutenu par l'Ademe et la Région Occitanie, conduit en partenariat avec les Filatures du Parc et le site ariégeois d'Adient Fabrics France.

Pour sa nouvelle Zoé, commercialisée depuis septembre dernier en France, Renault exploite les résultats d'un programme de R&D de six ans pour accroître l'intégration de matières recyclées. « Nous franchissons une nouvelle étape, avec l'utilisation d'un produit textile nouveau et breveté composé à partir de ceintures de sécurité, de chutes textiles et du recyclage de bouteilles plastiques », se félicite Jean-Philippe Hermine, directeur Stratégie et Plan Environnement du groupe.

Très concrètement, chaque véhicule embarque à son bord 8 mètres carrés, soit environ 3,3 kg, de ce textile nouvelle génération, utilisé pour les housses sièges, le revêtement de la planche de bord, de la console levier de vitesse et pour des garnitures de portes. « L'utilisation de ce nouveau fil cardé recyclé permet de réduire de plus de 60 % les émissions de CO2 par rapport au tissu de la précédente Zoé issu d’un processus de fabrication standard », souligne Jean-Philippe Hermine.

Spécialiste du fil cardé

Les premières réflexions autour de ce tissu recyclé remontent à 2011. Des premières études sont engagées dans la foulée. Le programme de R&D AFILER sera finalement lancé en 2015. Ce projet collaboratif soutenu financièrement par l'Ademe et la Région Occitanie, à hauteur de 600 000 euros sur un budget global de 3 millions d'euros, associe Renault, les Filatures du Tarn et le groupe Adient.

Avec les Filatures du Parc (48 salariés, 4,5 millions d'euros de chiffre d'affaires), le constructeur automobile s'est rapproché d'un spécialiste du fil cardé produit à partir de fibres végétales, animales ou synthétiques.

La société familiale, basée à Brassac, dans le Tarn, s'intéresse depuis une quinzaine d'années à la fabrication de fils recyclés issus de matières textiles usagées, à destination de l'habillement et de l'ameublement. Pour se lancer dans cette nouvelle aventure automobile, 1 million d'euros a été investi dans une nouvelle ligne de défibrage de ceintures de sécurité, préalablement découpées en morceaux et un nouveau brevet a été déposé.

Défibrage entièrement mécanique

« Notre procédé est entièrement mécanique, sans aucun traitement chimique ou thermique », insiste Fabrice Lodetti, le gérant des Filatures du Parc. Les fibres longues obtenues sont mélangées à des fibres polyester issues de PET pour produire un fil cardé aux qualités requises, monté en bobines et livré chez Adient Fabrics, à Laroques-d'Olmes, en Ariège.

« Pour nous, c'est un peu un retour aux sources », explique de son côté Mathias Dayne, directeur du site ariégeois. Spécialisée dans la production de textiles pour l'automobile, l'usine avait abandonné depuis le début des années 2000 le travail du fil cardé au profit de techniques recentrées sur le filament en continu, principalement polyester.

A la fois site de production et centre de R&D, les équipes ariégeoises du groupe Ardient ont co-développé avec Renault les nouveaux textiles de la Zoé et travaillent d'ores et déjà sur de nouvelles applications pour d'autres modèles de véhicules.  

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment la France essaie d'éviter la pénurie de respirateurs artificiels

[Covid-19] Comment la France essaie d'éviter la pénurie de respirateurs artificiels

Avec l’augmentation rapide des cas d’infections au Covid-19, qui devrait se poursuivre encore pendant quelques semaines, la demande en[…]

« Nous voulons fournir les constructeurs asiatiques qui se lancent dans le véhicule hydrogène », avance Fabio Ferrari, président de Symbio

« Nous voulons fournir les constructeurs asiatiques qui se lancent dans le véhicule hydrogène », avance Fabio Ferrari, président de Symbio

Embedded World : Ansys dévoile deux solutions logicielles pour sécuriser les voitures autonomes

Embedded World : Ansys dévoile deux solutions logicielles pour sécuriser les voitures autonomes

Automobile : Phoenix Mobility veut industrialiser le "rétrofit" électrique

Automobile : Phoenix Mobility veut industrialiser le "rétrofit" électrique

Plus d'articles