Nous suivre Industrie Techno

Comment le gersois Nataïs va remplacer l’huile de palme dans son popcorn

Marina Angel

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment le gersois Nataïs va remplacer l’huile de palme dans son popcorn

© Luc Jennepin / Nataïs

Grâce à une collaboration avec le laboratoire toulousain des Interactions Moléculaires et Réactivité Chimique et Photochimique, le gersois Nataïs, leader européen sur le marché du popcorn, s'apprête à substituer l'huile de palme par un produit 100% tournesol dans ses produits micro-ondables.

Trouver une alternative à l’huile de palme dans les procédés de fabrication du popcorn : telle est l’ambition de Nataïs, le leader européen du popcorn installé à Bézéril, dans le Gers. « La demande du marché est forte, tirée par une sensibilité accrue des consommateurs sur les questions environnementales », souligne Michael Ehmann, le président de Nataïs. Après trois ans de recherche, une solution a été trouvée, dans le cadre du programme Substipalm. Reste maintenant à l'industrialiser.

Substipalm, un projet de recherche collaborative public-privé

Lancé en janvier 2014, Substipalm vient en effet d'être finalisé. Conduit dans le cadre de l'appel à projet régional Easynov 2013, il a bénéficié d'un soutien financier du conseil régional Occitanie à hauteur de 308 000 euros. A l'arrivée : une solution 100% tournesol, fruit d’une collaboration avec le laboratoire toulousain des Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP), une unité de recherche toulousaine qui dépend de l’université Paul Sabatier et du CNRS, dans le cadre d'un projet collaboratif public-privé, qui associe également la biscuiterie Poult, à Montauban. « L’enjeu de Substipalm est de proposer un produit de substitution à l’huile de palme qui présente des qualités de stabilité identiques et avec la même caractéristique d’état solide à température ambiante. Une propriété requise pour être intégrée dans nos sachets de popcorn micro-ondables », précise Michael Ehmann, qui n’en dira pas plus dans l’immédiat sur cette innovation technologique. Le choix du tournesol va également permettre à l’industriel gersois d’être fidèle à son orientation stratégique historique de privilégier les cultures locales. 85% de ses approvisionnements en maïs proviennent d’un réseau de plus de 240 agriculteurs installés dans un rayon de 150 km autour du site de production de Bézéril.

Sortie sur le marché attendue pour 2018

Une demande d’agrément est actuellement en cours auprès de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) pour la nouvelle formulation issue des travaux de l'IMRCP. En parallèle, Nataïs engage une phase de pré-industrialisation pour valider les process à une échelle industrielle. Il faudra ensuite adapter ses installations industrielles. Un plan d'investissement est en cours d'élaboration. « Nous pensons être prêts pour le début de l'année 2018 », confie Michael Ehmann.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Pour accompagner le développement de ses projets de recherche et conforter l'excellence de ses équipes, l'Isae-Supaéro[…]

IMT Mines Alès veut accélérer l'innovation à Toulouse et ailleurs

IMT Mines Alès veut accélérer l'innovation à Toulouse et ailleurs

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

L' Ecole nationale d'Ingénieurs de Tarbes prend le virage de l'industrie 4.0

L' Ecole nationale d'Ingénieurs de Tarbes prend le virage de l'industrie 4.0

Plus d'articles