Nous suivre Industrie Techno

abonné

Comment le CEA prépare le retour du solaire en Europe avec ses cellules à hétérojonction

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment le CEA prépare le retour du solaire en Europe avec ses cellules à hétérojonction

Nées sur la ligne pilote de l’Ines, les cellules à hétérojonction SHJ sont déjà industrialisées chez l'italien Enel.

© Laurence Godart/CEA

À l’Institut national de l’énergie solaire, le CEA développe des cellules à hétérojonction à haut rendement censées permettre aux Européens de relancer une production locale.

Sur les rives du lac du Bourget (Savoie), une poignée de personnes en combinaison s’active autour de la ligne pilote pré-industrielle de l’Institut national de l’énergie solaire (Ines). Carrées, bleutées, striées de lignes argentées… Les cellules photovoltaïques (PV) qui en sortent ressemblent à n’importe quelles autres. Elles sont pourtant d’un nouveau genre. Ici, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) développe des cellules à hétérojonction (SHJ), composées d’une couche de silicium monocristallin (c-Si) entre deux couches de silicium amorphe. Une architecture qui diffère de celle dominant le PV aujourd’hui : l’homo­jonction, avec deux couches ­c-Si.

La technologie SHJ du CEA a été retenue par deux industriels en Europe. Depuis octobre 2019, l’italien Enel produit à Catane (Italie) 200 mégawatts par an de panneaux solaires l’utilisant et vise 3 gigawatts par an (GW/an). Rec Solar l’a également choisie pour sa potentielle future usine de 2 puis 4 GW/an à Hambach (Moselle).

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1046

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

Le salon Hello Tomorrow Global Summit, dédié aux start-up de la deeptech, s’est tenu les 2 et 3 décembre derniers à[…]

06/12/2021 | Start-up
Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

Dossiers

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

Plus d'articles