Nous suivre Industrie Techno

Comment Amazon Web Services veut déployer l'edge computing dans l'industrie

MANUEL MORAGUES
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment Amazon Web Services veut déployer l'edge computing dans l'industrie

© AWS

Le directeur technique d'Amazon Web Services France, Stephan Hadinger, explique pour Industrie & Technologies comment l'offre du géant américain s'étend à l'edge computing. De quoi répondre aux contraintes de l'industrie, qui veut des temps de latence faible et une continuité de service en cas de déconnexion au cloud.

Champion du cloud quadrillant la planète avec ses data centers répartis en 22 régions, Amazon Web Services (AWS) accélère sur l'edge computing. Avec toujours le même motto : « assurer pour nos clients toutes les tâches qui ne sont pas différenciantes pour eux afin de leur permettre d'innover plus vite. C'est ce que nous faisons avec le cloud, le faire localement au plus près de nos clients en est la suite logique », résume Stephan Hadinger, directeur technique d'AWS France.

L'edge répond aux impératifs de l'industrie. D'une part à l'exigence d'un temps de latence faible pour certaines applications industrielles, l'aller-retour de l'information de l'usine au cloud pouvant générer des dizaines de millisecondes (ms) de délai. En outre, « la 5G promet des latences de moins de 10 ms pour les objets connectés, ce serait absurde de perdre cet avantage en allant dans le cloud», pointe Stephan Hadinger.

Autre exigence industrielle, partagée par d'autres infrastructures critiques comme les hôpitaux : le besoin d'autonomie. Pas question qu'une usine s'arrête faute de connexion au réseau, il faut pouvoir continuer en cas d'interruption du lien avec le cloud.

D'une infrastructure locale gérée par AWS…

AWS a ainsi mis en place toute une gamme de services dédiés au edge computing. Après les Snowball Edge, grosses valises durcies de 23 kg renfermant une machine complètement autonome intégrant stockage et puissance de calcul et utilisées par l'armée et les hôpitaux, le géant du cloud a lancé en décembre dernier Outpost, une solution dont Volkswagen veut équiper 122 de ses usines, selon Stephan Hadinger.

Outpost consiste en une infrastructure de traitement et de stockage déployée localement mais gérée, administrée et mise à jour à distance par AWS. « Il s'agit du même matériel qui tourne dans nos datacenters. Les développeurs d'applications peuvent utiliser les mêmes outils que dans le cloud et déployer leurs applications localement ou dans le cloud. » Cette infrastructure locale fonctionne en connexion avec le cloud mais tolère des coupures temporaires.

… Jusqu'aux microcontrôleurs

AWS descend encore plus près des machines avec sa solution logicielle Greengrass, qui pemet de déployer des logiciels et mises à jour d'objets connectés et autres ordinateurs monocartes commes les Raspberry Pi. Ceux-ci deviennent ainsi pilotables depuis le cloud.

Le géant du cloud est allé jusqu'aux microcontrôleurs en investissant fin 2017 dans FreeRTOS, un système d'exploitation temps réel open source pour microcontrôleurs. « Nous l'avons complété par Amazon FreeRTOS qui rassemble des extensions open source pour assurer la sécurité des objets connectés. Inventaire, surveillance des connexions, audit et mise à jour à distance… Autant de fonctions indispensables à un déploiement responsable d'objets connectés», pointe Stephan Hadinger.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Cette semaine, vous avez été nombreux à vous intéresser à la technologie d’électrolyse alcaline que[…]

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

Plus d'articles