Nous suivre Industrie Techno

Coaching pour apprentis entrepreneurs

MAXIME AMIOT redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
De plus en plus d'écoles d'ingénieurs proposent des enseignements dédiés à la création d'entreprise. Outre le suivi de cours théoriques, l'étudiant bénéficie pendant plusieurs mois d'un accompagnement personnalisé pour mener le projet de son choix, qui sera validé par un jury d'enseignants et d'entrepreneurs. Des démarches encore rares mais très ambitieuses.

A peine 27 ans, et déjà patron d'une société comptant dix collaborateurs, brassant 500 000 euros de chiffre d'affaires en 2008... Le parcours de Gabriel Cian, diplômé de Polytechnique et de Télécom ParisTech, est fulgurant. En 2005, ce jeune homme, alors en deuxième année de l'X, crée, avec un ami de Centrale Paris, le site Progonline.com, une plate-forme qui permet aux entreprises de se mettre en rapport avec des travailleurs indépendants (graphistes, développeurs, designers...). Cette activité, les fondateurs l'ont développée avec le soutien actif de leurs écoles respectives. Outre le suivi de cours sur la création d'entreprise, ils ont pu intégrer l'incubateur de Télécom ParisTech et disposer de conseils personnalisés sur leur projet. « Sans cet accompagnement, nous n'aurions pas pu aller au bout », confie le jeune entrepreneur.

Chaque élève crée un business plan validé par un jury

Ce type de parcours est encore confidentiel (0,6 % des ingénieurs débutants travaillent dans l'entreprise qu'ils ont créée), mais on ne compte plus les écoles d'ingénieurs qui parient sur ces cursus. Centrale Paris, les Mines d'Alès, Télécom ParisTech, l'Institut d'optique... Tous ces établissements ont mis en place des filières spécifiques. « Ces cours ne visent pas forcément à déboucher sur des créations immédiates d'entreprise, même si cela peut être le cas. Notre objectif est surtout d'amener les étudiants à élargir leurs compétences », relève Michel Ferlut, directeur des Mines d'Alès.

Innovation, gestion, marketing, management, propriété intellectuelle... L'initiation à la création n'oublie aucune discipline. Les écoles les plus en pointe mêlent cours théoriques, témoignages de créateurs d'entreprise et travail sur projet. Au sein de Télécom ParisTech, les étudiants de deuxième et troisième années peuvent ainsi opter pour la spécialisation "Créa", qui délivre 60 heures d'enseignement réparties sur trois mois. Au programme : "réalisation d'une étude de marché", "droit de la propriété intellectuelle", ou encore des cours sur la comptabilité et les techniques de marketing... En parallèle, les élèves réalisent un business plan sur le projet de leur choix, qui est ensuite validé par un jury d'entrepreneurs et d'enseignants. Même démarche aux Mines d'Alès, qui oblige ses étudiants de première année à effectuer une étude de marché de cinq semaines. En dernière année, il est proposé un enseignement de 150 heures dédié à la création d'entreprise, alliant cours théoriques et suivi de projet. Celui-ci doit obligatoirement déboucher sur la conception d'un prototype innovant, présenté devant un jury de chercheurs et d'entrepreneurs.

Pour ceux qui souhaitent aller jusqu'au bout de l'aventure, les campus proposent aussi un coaching personnalisé. Au sein des Mines d'Alès, l'étudiant entrepreneur peut convertir l'ensemble de ses périodes de stage en travail sur son projet. Il peut alors intégrer l'incubateur de l'école qui met plusieurs services à sa disposition.

Certains établissements proposent même des fonds d'amorçage. ParisTech est en train de constituer le sien pour délivrer des prêts de 200 000 à 300 000 euros.

THOMAS HUGUES, FONDATEUR DE SMARTIO, SPÉCIALISÉE DANS LA CONCEPTION ET LA FABRICATION DE PRODUITS ÉLECTRONIQUES POUR HANDICAPÉS

Trois ans après, déjà trois brevets

« L'aide de l'École des mines d'Alès a été primordiale dans la création de Smartio. J'ai bénéficié d'enseignements théoriques qui m'ont permis de me familiariser avec la gestion, le marketing ou la propriété intellectuelle. J'ai pu consacrer mes stages à l'avancée de mon projet. Enfin, l'incubateur de l'école m'a hébergé, mettant à ma disposition un bureau, ses laboratoires et un suivi personnalisé. Trois ans après sa création, Smartio est sur de bons rails : forte de neuf collaborateurs, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 70 000 euros en 2008 et déposé trois brevets. Nous projetons de nous lancer aux États-Unis. »

L'option terrain de l'Institut d'optique

La filière innovation-entrepreneuriat de l'Institut d'optique de Palaiseau (Essonne) propose un cursus complet sur trois ans. Sa philosophie : rester le plus concret possible. Quelque 700 heures de travail sont accordées aux étudiants de ce cursus : 100 en première année, 200 en deuxième et 400 en troisième. Par petites équipes, ils planchent sur des projets proposés par les laboratoires de l'école ou par des professionnels de l'optique. Ils bénéficient d'un triple suivi, effectué par l'apporteur du projet, un entrepreneur, ainsi qu'un enseignant de l'école. Les projets les plus crédibles peuvent rejoindre l'incubateur de l'école. L'ingénieur est alors embauché en CDD par l'école, contrat pendant lequel il dispose d'un local et d'un coaching personnalisé. Il profite également de réseaux de business angels, et des liens de l'école avec d'autres incubateurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0912

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles