Nous suivre Industrie Techno

Clio III : le banc d'essai du codéveloppement

Jean-François Prevéraud

Sujets relatifs :

,
- Renault et Idestyle Technologies ont fait équipe commune pour réduire le cycle et le coût de développement du soubassement de la nouvelle Clio.

«Dès le début du projet, il était clair, dans notre esprit, que l'étude du soubassement de la future Clio III devait être un contrat de projet global de codéveloppement et non plus l'habituelle gestion d'avenants des traditionnels contrats de sous-traitance d'études », rappelle Pascal Milliot, chef du service programme I-X85 à la direction de l'ingénierie véhicule de Renault.

Mais pourquoi parler de codéveloppement ? Le besoin grandissant de personnalisation, exprimé par les clients, pousse impérativement les constructeurs à augmenter le nombre de véhicules dans leur gamme, ainsi que le nombre de silhouettes proposées pour chacun de ces véhicules. C'est pourquoi ils ont besoin de partenaires performants, capables de prendre en charge à leurs côtés l'étude de tout ou partie de certains nouveaux projets.

Une telle démarche ne s'improvise pas. « Nous disposons, de longue date, d'un vivier de prestataires d'études compétents et reconnus que nous avons contactés dans le courant 2002, afin de leur proposer d'être avec nous les codéveloppeurs de ce nouveau soubassement. À l'issue de cette consultation, nous avons lancé, avec les deux prestataires les plus motivés, une phase d'appropriation de ce projet de deux mois et demi, avant de fixer notre choix. »

Cela s'est traduit par une dizaine de réunions de travail séparées avec chacun des deux prétendants, afin de bien expliquer et comprendre le projet à mener en commun, et de permettre aux équipes respectives, qui seront amenées à collaborer dans le futur, à mieux se connaître.

Capitaliser les savoir-faire des deux parties

Au final, le choix s'est porté sur Idestyle Technologies. « Ils ont notamment su faire face à des évolutions importantes de l'enveloppe budgétaire en adaptant leur méthodologie de travail. De plus, les travaux de sous-traitance d'études, qu'ils avaient effectués antérieurement sur la Modus, les positionnaient sur une courbe d'expérience plus prometteuse pour nous », justifie Pascal Milliot.

« Un tel projet de codéveloppement était stratégique pour notre entreprise, car il était symptomatique d'une tendance lourde dans l'industrie automobile, explique, de son côté, Thierry Guillermin, responsable grands comptes d'Idestyle Technologies. C'est pourquoi nous étions prêts à nous engager à leurs côtés dans une prise de risques réciproque autour d'une courbe d'expérience. »

Le choix fait, une quinzaine de jours ont ensuite été consacrés à des réunions de travail visant à définir exactement les droits et devoirs de chacun des partenaires, ainsi que les méthodologies de travail à mettre en place dans le cadre d'un plan de progrès basé sur la capitalisation des savoir-faire de chacun.

« C'est un point important, car, en aucun cas, la performance économique ne peut remplacer la performance technique », explique Pascal Milliot. C'est pourquoi les deux parties se sont attachées à définir un échéancier précis et partagé du projet avec des conditions bien définies en termes de contenu, de qualité, de coût et de délais.

En cas de problème à une étape, l'objectif n'est pas de sanctionner le partenaire, mais de l'aider à progresser pour se mettre au niveau convenu. Pour être efficace, la relation doit faire progresser les deux parties de manière performante et intelligente. Cela veut dire que le droit à l'erreur existe et qu'il faut gérer cette prise de risque dès le début de la relation. Pour cela, il faut que les équipes des deux partenaires soient "syntonisées", c'est-à-dire qu'elles partagent, de manière transparente et honnête, les mêmes motivations en affichant des valeurs et des ambitions communes autour du projet.

« Le vocable de relation gagnant-gagnant ne doit pas être une simple expression, mais bien la matérialisation d'une volonté réelle de progresser des deux côtés », affirme Pascal Milliot.

L'étude du soubassement de la Clio III a représenté environ 60 000 heures de travail. Le noyau dur de l'équipe commune projet comportait trois personnes de chaque côté, assurant à la fois le lien client/fournisseur, mais aussi la conception globale et la liaison avec les différents experts des deux entreprises. De fait, l'effectif et la composition de l'équipe commune étaient en permanence adaptés au type et au volume de travaux à réaliser, notamment pour les experts métiers capables d'apporter la robustesse indispensable à la conception produit-process (géométrie, modélisation, emboutissage, calcul, assemblage...).

Un soubassement "bon du premier coup"

Une telle synergie des personnels et des savoir-faire des deux entreprises a été possible grâce à l'utilisation massive d'une filière de développement numérique. Idestyle Technologies a eu accès, via la maquette numérique basée au Technocentre de Renault, aux différentes pièces réutilisables de la plate-forme B commune à Renault et Nissan. En fonction des besoins spécifiques du soubassement de la Clio III, les concepteurs adoptaient ces pièces ou en justifiaient la création de nouvelles. « Une fois leur conception et leur process de fabrication validés avec les experts de Renault, elles étaient systématiquement remontées dans la maquette numérique pour vérification. Cette méthodologie de travail très structurée nous a permis de créer un soubassement "bon du premier coup", alors qu'il fallait auparavant plusieurs itérations », commente Thierry Guillermin.

Une telle relation, qu'ils qualifient d'apprenante, a été bénéfique pour les deux parties. Ils ont pu développer, plus vite et à un moindre coût que pour la Modus, un soubassement de véhicule parfaitement cohérent avec la politique de plates-formes communes Renault-Nissan, et, de surcroît, avec un niveau supérieur de prestations. De fait, le taux de modification des outillages a été divisé par deux par rapport aux projets précédents. « Nous avons ainsi validé, sur un cas réel, le concept du codéveloppement et mis au point des méthodologies de travail structurées que nous allons pouvoir réutiliser pour d'autres projets, voire dans d'autres domaines que la caisse », confirme Pascal Milliot.

« De notre côté, nous avons pu, grâce à ce projet commun, étendre notre spectre d'activités à un sous-ensemble majeur de la structure d'un véhicule. C'est pour nous maintenant la possibilité de montrer aux constructeurs d'automobiles que nous sommes prêts à les suivre dans leur démarche d'externalisation de parties importantes de projets, et que nous disposons des compétences et des méthodologies nécessaires pour cela », conclut Thierry Guillermin.

LES DÉFIS DU PROJET

- Offrir des prestations dignes des voitures du segment supérieur, notamment au niveau de l'acoustique intérieure. - Apporter des innovations en matière de sécurité active et passive. - Réutiliser 60 % des pièces et des processus de la base roulante commune à la Modus et à la Micra. - Faire aussi bien que les meilleurs en termes de qualité, coût et délais. - Poursuivre la forte réduction des plannings de développement.

LES POINTS CLÉS DU PARTENARIAT

- Trouver des partenaires motivés. - Passer par une phase d'appropriation du projet avec les candidats. - Sélectionner le partenaire globalement le plus performant à ISO risques. - Établir un échéancier précis et partagé du projet. - Travailler au forfait sans avenant. - Autoriser le droit à l'erreur. - Établir une relation d'ingénierie apprenante. - Adapter en permanence l'équipe aux besoins. - Utiliser au maximum les outils numériques et de simulation. - Mettre en place une méthodologie de travail structurante.

L'INTÉRÊT POUR RENAULT

Trouver des partenaires capables de l'accompagner en conception produit-process dans le développement de véhicules novateurs.

L'INTÉRÊT POUR IDESTYLE

Prouver que l'entreprise est capable d'aider les constructeurs souhaitant externaliser tout ou partie de leurs développements.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0871

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LE DESIGN D'ABORD. PAGE 22

LE DESIGN D'ABORD. PAGE 22

01/05/2013 | COUVERTURE
Simulation des systèmes complexes

Simulation des systèmes complexes

Ansys se lance dans la simulation système

Ansys se lance dans la simulation système

Plate-forme collaborative pour l'aéronautique

Plate-forme collaborative pour l'aéronautique

Plus d'articles