Nous suivre Industrie Techno

Clean Sky 2 : la continuité d’un programme de R&D à succès

Mathieu Brisou

Sujets relatifs :

, ,
Clean Sky 2 : la continuité d’un programme de R&D à succès

© Clean Sky

Basé sur le principe du partenariat public/privé, le programme de recherche aéronautique Clean Sky va rendre ses premiers résultats prochainement. Les contours de son successeur se dessinent.

Les autorités européennes lancent une consultation se déroulant jusqu’au 4 octobre 2012 afin d’étendre le programme Clean Sky. Sa finalité est de définir des nouveaux axes de recherches en aéronautique pour rendre les aéronefs plus propres et plus silencieux.

Le principe de la consultation est de collecter des avis sur la continuité du programme de recherche Clean Sky associant secteurs public et privé. Cette initiative se veut aussi complémentaire des travaux réalisés sous l’égide du Single European Sky Air traffic management Research (SESAR), volet technologique du projet de Ciel Unique Européen.

Financé à hauteur de 1,6 milliards d’euros à parité entre les gouvernements et l’industrie, Clean Sky vise à être le contributeur essentiel à l’objectif européen de réduire de 50% les émissions aériennes de CO2 en 2020 par rapport à 2000. Clean Sky 2 ira plus loin, l’objectif global étant désormais d’une réduction de 75% à l’horizon 2050.

Développement de propulseurs plus économes, recherches sur les ailes, intégration de systèmes électriques, création de structures légères et recyclables ou encore mise au point d’hélicoptères à émissions réduites sont autant d’axes définis dans le cadre de Clean Sky. A son égard, il est possible de parler de succès : «les crédits seront engagés pour moitié en fin d’année et les activités réalisées sont cohérentes avec ces dépenses», c’est-à-dire à mi vie de Clean Sky, explique Eric Dautriat, directeur exécutif du programme. «Nous entrons dans la seconde phase qui est d’ailleurs la plus active».

Les démonstrations «Clean Sky» vont commencer en vraie grandeur dès septembre avec une turbine d’hélicoptère signée Turbomeca. «Ce sera une démonstration symbolique du programme», dit Eric Dautriat. En 2014, les travaux de Alenia et EADS-CASA sur les avions régionaux de type ATR 72 mettront en avant des recherches portant sur le cockpit, des segments de fuselage et l’utilisation de nouveaux matériaux notamment au niveau du caisson de voilure. En 2015, Airbus présentera 2 types de structures différentes d’aile laminaire sur un A340 et 2016 sera l’occasion pour Snecma de montrer en vol un «Open Rotor», un moteur à hélice poussante.

Ce calendrier prouve que Clean Sky est bien sur les rails et si certains développements ont quelques retards «c’est souvent lié aux arbitrages industriels en termes d’allocations de ressources», précise Eric Dautriat. Le programme actuel a su fédérer les grands acteurs de la filière mais également «des PME qui assurent environ 40% des appels à propositions de Clean Sky. Elles participent souvent à des clusters auxquels sont associés environ 80 universités et grandes écoles», explique Eric Dautriat.

En ce qui concerne Clean Sky 2, les pistes de recherche ne sont pas encore fixées mais devraient s’inscrire dans la continuité du programme actuel. Comme le précise Eric Dautriat, «l’objectif est d’identifier de nouvelles technologies et de les pousser plus en avant. Il est possible d’imaginer une intégration plus représentative des travaux réalisés dans le cadre de Clean Sky en réunissant au sein d’un même démonstrateur des innovations différentes afin, par exemple, de tester les couples moteurs et structures». Le but de Clean Sky 2 va donc rejoindre les objectifs du premier programme : il vise à «travailler sur l’avion au sein de son environnement» conclut Eric Dautriat.


Mathieu Brisou

Le site de Clean Sky

L'appel à contribution des autorités européennes

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

A l'occasion de la seconde édition du rendez-vous Summer School : Microfluidic for health, organisé du 26 au 30 août, par[…]

29/08/2019 | RechercheMédical
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Plus d'articles