Nous suivre Industrie Techno

Cinq pistes pour développer plus vite et moins cher

JESSY PICARD redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Concevoir sans compter ? Cette époque est révolue. Aujourd'hui le contexte économique oblige les départements de recherche et de développement à faire très attention à leur porte-monnaie. Les ingénieurs des bureaux d'études, un temps épargnés par la réduction des coûts, doivent se comporter en véritables gestionnaires. Nos conseils pour faire de vraies économies.

L'un des derniers bastions de la résistance à la réduction des coûts vient de tomber. Les départements de R et D doivent désormais se mettre au garde-à-vous et rendre des comptes aux financiers. Budgets serrés, délais raccourcis... On demande aux chercheurs de participer aux efforts d'économie. Zoom sur ces méthodes qui permettent de réduire les coûts de fonctionnement.

1-Réduire le temps des études

Le temps, c'est de l'argent... surtout en R et D ! Pour réduire les dépenses engagées dans un projet et accélérer son retour sur investissement, on assiste à une tendance globale à la réduction de la durée de développement. Le délai de mise sur le marché d'un produit s'est considérablement raccourci ces dernières années. Les industriels des biens de consommation ou de l'électronique sont des rois en la matière : ils sont capables de développer des produits en moins de six mois. Leur exemple fait école. L'automobile a fait des efforts considérables ces derniers mois pour réduire ses délais de développement. Renault est capable de développer un modèle de véhicule en vingt-sept mois. En 2006, il lui en fallait cinquante-six.

Concrètement, ne pas perdre de temps consiste d'abord à éviter de travailler sur des projets qui ne correspondent pas à un besoin bien déterminé sur le marché. « Il faut parfois savoir se focaliser sur les projets à fort potentiel. Et savoir sacrifier les projets qui peinent à émerger », conseille Isabelle Denervaux, directrice associée au sein du cabinet de conseil Bearing Point. Danone a suspendu le développement du yaourt Essentis qui ne se vendait pas. Afin de mieux étudier les besoins du marché, les bureaux d'études doivent se rapprocher des services marketing. Le géant des cosmétiques et des adhésifs, Henkel, a mis en place un système informatique qui permet de faire remonter aux départements recherche les tendances captées au plus près des clients.

La réduction des temps de développement passe aussi par l'introduction de nouvelles techniques de management comme le lean engineering. Cette méthode vise à éliminer les gaspillages en transposant les méthodes de production dans les bureaux d'études. Les calculs des ingénieurs sont subdivisés en tâches afin de les rendre plus fluides. « Cette année, on a vu apparaître des indicateurs avec des plannings de tâches », témoigne un salarié de la Snecma qui vient de lancer avec l'aide du cabinet McKinsey un vaste programme de réorganisation de ses bureaux.

Éliminer les gaspillages semble être une bonne initiative. Le danger de la méthode est de freiner la créativité des ingénieurs. La recherche demande parfois une liberté dans l'organisation du travail. Tout est une question de dosage. Des entreprises comme SEB ou Air liquide l'ont bien compris. Ces entreprises séparent la recherche fondamentale qui mène à des innovations de rupture, des développements de produits classiques.

La formation peut aussi être une piste : en initiant davantage ses ingénieurs à l'économie ou au marketing par exemple, on peut leur faire prendre conscience des problématiques de coût et de retour sur investissement. Alcatel a mis en place des modules de MBA en interne pour inciter ses ingénieurs R et D à devenir de véritables managers et plus seulement des experts techniques.

2-Faire le tri dans les outils informatiques

Faire le ménage consiste à regarder de plus près les postes informatiques et les logiciels. Parfois, les entreprises ont une pléthore d'outils qui ne sont pas utiles. Est-il nécessaire de se procurer un supercalculateur de 10 gigaflops pour modéliser une vis ? Dassault Systèmes, Autodesk, PTC, Siemens PLM Software... Tous les éditeurs de logiciels de PLM (Product Lifecycle Management, gestion de cycle de vie de produit) possèdent des offres adaptées aux PME. Même si vos clients l'ont acquise, il est parfois nécessaire de regarder si l'investissement d'une licence de Catia V6 est justifié.

Dans le cadre du programme Power 8, EADS est très regardant sur ses coûts de R et D. Un programme en cours appelé Phoenix consiste à harmoniser les logiciels de conception. Douze logiciels ont été sélectionnés sur la centaine qui coexistait avant le lancement du projet. En outre, le groupe a mis en place un réseau informatique interne qui permet aux bureaux d'études des différentes filiales de communiquer en temps réel : « Le réseau permet d'avoir accès aux solutions techniques utilisées dans le groupe. Certaines peuvent se transposer. On évite ainsi de recommencer plusieurs fois le développement d'une technologie », témoigne Detlef Müller-Wiesner, directeur de l'innovation chez EADS.

La modélisation numérique permet également de remplacer des tests physiques et de se passer de la réalisation de prototype extrêmement coûteux. Alors qu'elle était sur le point de déposer le bilan, la PME Overprint a proposé une maquette numérique d'une nouvelle imprimante à ses investisseurs. La société a non seulement évité une dépense de 150 000 euros pour un prototype mais elle a réussi à sauver sa peau grâce à une présentation convaincante. Sur une année, les économies peuvent se chiffrer en millions d'euros.

3-Dénicher des partenaires

Consortiums européens, pôles de compétitivité, sous-traitants, partenaires financiers, mécènes... Jouer groupé est aussi une manière de réduire vos coûts de R et D. Les outils de travail collaboratif permettent aux entreprises de travailler à distance sur les mêmes projets sans risque et en parfaite synchronisation. Avantage : non seulement la mise de départ est réduite mais, en plus, en cas d'échec, les risques sont partagés. Certains organismes, comme le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), proposent leur aide aux PME. « Nous pouvons prendre en charge des montants pouvant aller jusqu'à 30 % d'un projet. Nous sommes dans une démarche "gagnant-gagnant". Nous récupérons nos investissements uniquement en cas de succès », explique Denis Eymard, délégué à l'innovation au sein du Cetim.

Les pôles de compétitivité sont aussi une bonne piste. Phagocytés par les grands groupes, ils cherchent des projets à soutenir du côté des PME. Les industriels peuvent également aller voir du côté des labos universitaires qui sont en train de s'ouvrir plus fortement aux partenariats industriels.

4-Ne pas négliger l'accessoire

Les méthodes de cost killing arrivent dans les bureaux d'études. Papiers, crayons, logiciels... Tout est regardé de près. Avant d'externaliser ou de faire un plan social, mieux vaut regarder s'il n'y a pas des économies possibles en interne. « Nous sommes conscients d'être sur le fil. Nous regardons tous nos achats au centime près. Ce qui peut éviter de licencier », témoigne Maurice Ricci, le président d'Akka Technologie. Cet ingénieriste a choisi de ne pas se séparer de ses ressources humaines. Quand d'autres comme Alten ont choisi d'ouvrir un plan de départ. Les déplacements des équipes sont passés au peigne fin. Alors que les cadres prenaient des avions en classe affaires, dorénavant, ils voyagent en économique. Les techniques de téléconférence ou de visioconférence permettant aux ingénieurs de travailler à distance. Les voyages ne sont effectués qu'en cas de nécessité.

5-Tirer parti des subventions

Subventions, prêt à 0 %, réformes fiscales... Le gouvernement encourage (plus que jamais en temps de crise) les entreprises dans leurs efforts de recherche et de développement. Dispositif phare et déjà très utilisé par les grands groupes, le crédit d'impôt recherche (CIR) permet de faire de substantielles économies en défalquant une partie des dépenses de recherche des impôts (lire ci-dessus l'avis de l'expert). L'État soutient aussi les entreprises innovantes via l'agence parapublique Oséo. En 2009, l'organisme dispose de 500 millions d'euros de subventions et d'avances remboursables. « Malgré la crise, nous observons une demande croissante de projets de financement », observe Pierre Joubert, le directeur adjoint d'Oséo pour la région PACA. L'objectif de la structure est d'aider 5 000 entreprises par an.

Pour limiter les dépenses, l'Europe peut être une autre solution... à condition de jouer groupé ! Les aides européennes sont en effet accordées en priorité à des consortiums au travers du programme-cadre de recherche et de développement (PCRD). « Il dispose d'un budget de 32 milliards d'euros sur sept ans. Et globalement, 20 % des dossiers sont acceptés », explique Abbas Djobo, le directeur du pôle innovation du cabinet de conseil Alma Consulting. La chance n'est donc pas nulle... La difficulté résidant surtout dans les démarches administratives qui peuvent être longues et fastidieuses. Mais, le temps passé à remplir des formulaires est assez bien payé, puisque l'on peut espérer décrocher au minimum plusieurs milliers d'euros de subventions si son dossier est validé.

LA PME OVERPRINT A SAUVÉ SA PEAU GRÂCE À LA MAQUETTE NUMÉRIQUE D'UNE NOUVELLE IMPRIMANTE.

MANNE

Europe, État, régions accordent des subventions aux entreprises les plus innovantes.

Cadbaz gagne 20 % de productivité grâce au numérique

Comment Cadbaz, une PME de dix personnes, a-t-elle réussi à décrocher l'installation d'une ligne de production chez le géant de la manutention Manitou face aux leaders du secteur jusqu'à 100 fois plus grands qu'elle ? Grâce à son avance en CAO 3 D et à des coûts défiant toute concurrence. « Les outils numériques nous ont permis de faire un gain de productivité de 20 % », sourit Thierry Bocquet, son PDG fondateur. Cette avance lui a permis de présenter à Manitou un projet d'installation d'une ligne pour 1,5 million d'euros. Selon lui, les PME ont tout à gagner à se convertir à la 3 D. « Beaucoup de petits sous-traitants utilisent encore les plans 2 D. Ils auraient intérêt à changer leurs méthodes de travail », continue-t-il. Depuis la création de sa société en 1995, cet entrepreneur a choisi les outils numériques les plus avancés. Aujourd'hui, il travaille avec Delmia (logiciel de simulation de la production de Dassault Systèmes) et avec Inventor (logiciel de CAO d'Autodesk).

ILS PEUVENT VOUS AIDER

Oséo Cet organisme public a pour but d'aider les PME. Il est né en 2005 de la fusion entre l'Anvar (aide à l'innovation) et de la BDPME (banque du développement des PME). Il propose des avances remboursables en cas de succès, des prêts à taux préférentiels ou encore des aides à la création d'entreprise. www.oseo.fr Septième PCRD Le programme-cadre de recherche et de développement (PCRD) s'adresse uniquement au consortium. Ce fonds européen possède 32 milliards d'euros de subventions échelonnées sur sept ans. La commission définit des sujets d'étude sur une année. Les subventions sont attribuées sur appel d'offres. http://cordis.europa.eu/fp7 Les régions et collectivités L'État a mis en place une stratégie déclinée au niveau régional. La SRI (stratégie régionale de l'innovation) donne les grandes orientations en matière d'innovation. Les chambres de commerce ou les préfectures peuvent donner des renseignements. Elles possèdent également des fonds propres pour soutenir en région les entreprises innovantes. www.subventions.fr (mot-clé : innovation) Les cabinets de conseil Sogedev, Alma Consulting, LowendalMasaï, Bearing Point... Ces cabinets de conseil spécialisés en financement et réduction des coûts peuvent vous aider. Certains ne demandent le remboursement de leurs prestations qu'en cas de succès.

L'avis de l'expert« Le crédit d'impôt recherche permet d'alimenter la pompe de l'innovation »

SÉBASTIEN MALOD Directeur du pôle innovation du cabinet de conseil LowendalMasaï. Spécialisé dans les achats, il déploie son expertise vers les départements recherche et développement. - À qui s'adresse le crédit d'impôt recherche ? Sébastien Malod. Toutes les entreprises soumises à l'impôt en France peuvent bénéficier du crédit d'impôt recherche (CIR). Mais elles doivent justifier d'une activité de recherche sur l'un des trois niveaux : recherche fondamentale, recherche appliquée ou développement expérimental. On remarque que beaucoup d'entreprises ayant recours au CIR sont dans la recherche fondamentale. Beaucoup ignorent qu'elles y ont droit et passent à côté. - Comment s'y prendre ? S. M. L'important est de bien se préparer en amont pour ne rien oublier. Dans un premier temps, il faut recenser tous les projets qui contiennent une part d'activité de recherche. Ensuite, il faut regarder toutes les dépenses relatives à ces projets. Ces frais concernent les charges salariales, les brevets, mais également les frais généraux. Trente pour cent des dépenses sont déductibles du montant net imposable chaque année. Les primo-déclarants au CIR ont droit de déduire 50 % de ces frais la première année. Et il n'y a pas de plafond. - Quels sont les effets de la crise sur la recherche ? S. M. En période de crise, il faut maintenir sa voilure d'innovation. Avec les modifications de l'année dernière du CIR, la France devient l'un des pays qui possède la fiscalité la plus attractive d'Europe. De ce fait, nous avons des demandes croissantes de dossiers. L'État a reversé l'année dernière plus de 3 milliards d'euros à environ 8 000 entreprises.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0915

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Installation d'eau ultrapure économe

Installation d'eau ultrapure économe

Le rendement de production d'eau ultrapure de cet appareil atteint les 90 %, économisant ainsi sur la consommation d'eau d'alimentation, les rejets et[…]

Supercalculateur  de bureau Octane III

Supercalculateur de bureau Octane III

Solidworks intègre les calculs de cycle de vie

Solidworks intègre les calculs de cycle de vie

Modules pour climatisation

Modules pour climatisation

Plus d'articles