Nous suivre Industrie Techno

Choisir un chariot automatique

WILFRIED MAISY redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Les véhicules à guidage automatique (AGV) transportent des palettes, des bobines et des containers dans des usines et des entrepôts. Un système AGV commande plusieurs chariots. Il peut gérer des prises et des déposes de palettes basiques jusqu'aux installations complexes pouvant s'interfacer automatiquement avec d'autres machines de fabrication automatisées : convoyeurs, transstockeurs, etc.

À QUOI ÇA SERT ?

Infatigables porteurs

Les AGV sont des véhicules sans conducteur programmés pour suivre un circuit, que l'on peut faire évoluer. Ces chariots automatiques peuvent fonctionner en 3 x 8, 7 jours sur 7.

Moins de dégâts

Le déplacement est contrôlé : l'AGV s'arrête avec une précision de plus ou moins 10 mm. Le positionnement de la charge est précis. Cela permet de supprimer les dégâts sur les palettes et les produits habituellement causés par des manutentions manuelles.

Sécurité

Les accidents sont réduits parce que les véhicules fonctionnent selon des circuits programmés pour rencontrer peu d'opérateurs. Les AGV sont équipés de systèmes de sécurité afin d'empêcher les collisions et de vérifier les mouvements des produits.

COMMENT FAIRE SON CHOIX ?

Standard ou spécifique

Un AGV standard sera moins cher et plus facile à entretenir par un prestataire autre que le constructeur lui-même. Les fabricants affichent un choix plus ou moins large d'AGV standard, cependant, pour transporter des charges lourdes ou spéciales à de grandes hauteurs, du sur-mesure s'impose.

Navigation

Guidage au laser, par magnétisme, par des fils, ou par géoguidage... les fabricants proposent souvent plusieurs modes de conduite des AGV. Reste à choisir en fonction des contraintes de manutention et d'environnement de son site (humidité, froid, interaction avec l'homme).

Précision

C'est un point essentiel de concurrence. Les AGV doivent se placer au millimètre pour poser leur charge. Rien de tel qu'un test en situation réelle.

Financement

Les AGV peuvent être acquis à l'achat ou en location mensuelle « full service ». Dans tous les cas, il s'agit d'évaluer le retour sur investissement.

LES POINTS À SURVEILLER AVANT D'ACHETER

Logiciels

Attention aux « tours de contrôle » qui commandent les flux de trafic des chariots autoguidés dans l'aire de production. Ces plates-formes logicielles calculent les trajets optimauxet transmettent les instructions en continu aux chariots individuels par radio ou par Ethernet sans fil. Ergonomie oblige !

Interfaces

Un système AGV s'inscrit dans un ensemble logistique automatisé. Vérifiez les interfaces possibles avec les ERP (enterprise ressource planning) ou WMS (warehouse management system) déjà en place.

Flexibilité

Un fabricant doit pouvoir s'engager sur l'évolutivité (et les coûts !) de son système AGV, si des modifications du circuit s'imposent, suite à l'augmentation des cadences ou à l'implantation de nouveaux points de dépose en stock.

Sécurité

Un AGV peut, en option, être équipé de capteurs lui permettant de s'arrêter face à un obstacle, ou de dispositifs sonores et visuels de signalisation.

L'AVIS DE L'EXPERT

OLIVIER FRANÇOIS

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DU PÔLE TECHNIQUE DU CISMA

« Les AGV sont assez lents, mais ils fiabilisent des processus logistiques parfaitement au point, en flux continus. Lorsqu'on gère sa propre production et que l'on est capable de prévoir tousles mouvements de marchandises au sein d'un site, l'AGV est très pertinent. Il ne génère quasiment pas d'accident ni de casse. En revanche, si l'on est soumis aux aléas de flux externes, comme les arrivées de camions, mieux vaut opter pour des chariots classiques.»

LES PRINCIPAUX ACTEURS

Tous les ans, environ 150 AGV sont vendus en France alors que le parc des chariots de manutention classiques dépasse les 300 000 unités, estime Raul Bravo, directeur général de la société Balyo.

« Pour nous, cet écart s'explique par le fait que les solutions automatiques ne sont pas parvenues à apporter la rentabilité et la flexibilité recherchées par les entreprises. D'où la nécessité de simplifier l'usage des AGV en éliminant les contraintes habituelles d'infrastructures de guidage », ajoute-t-il. Les constructeurs de chariots traditionnels - Still, Hyster, Fenwick, etc. - dont plusieurs s'associent déjà aux spécialistes des AGV pour automatiser leurs véhicules, prévoient que le marché évoluera très vite vers l'automatisation de la manutention. Les AGV pourraient ainsi représenter 50 % des ventes de chariots d'ici à 2025, contre 1 à 3 % aujourd'hui.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0934

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Choisir un terminal mobile

Choisir un terminal mobile

Un terminal logistique mobile est d'abord un ordinateur industriel, dont les critères de choix sont la robustesse, la puissance, la mémoire, la taille[…]

01/02/2012 |
Choisir un vérin électrique intelligent

Choisir un vérin électrique intelligent

Choisir un moteur électrique

Choisir un moteur électrique

Choisir des panneaux photovoltaïques pour usines

Choisir des panneaux photovoltaïques pour usines

Plus d'articles