Nous suivre Industrie Techno

Chimie verte, les lauréats du Prix Pierre Potier

Industrie et  Technologies
Le monde de la chimie vient de distinguer quatre entreprises mettant en avant des produits ou des procédés chimiques soucieux de l'environnement. Deux de ces entreprises avaient déjà vu leurs travaux récompensés par nos Prix d'Ingénieurs de l'Année en déc


Le Ministre de l'Industrie vient de remettre pour la seconde fois le Prix Pierre Potier. Ce Prix, créé par François Loos, ministre délégué à l'Industrie, dans le cadre de la réunion du Conseil Stratégique de l'Industrie Chimique du 24 novembre 2005, récompense les innovations industrielles porteuses d'effets bénéfiques pour l'environnement. Ce prix, à la fois scientifique et technologique, a reçu cette appellation, en mémoire du rôle éminent joué par le chimiste biologiste du même nom dans ses découvertes de nouveaux médicaments issus de végétaux.

Lors de la remise des prix, la qualité des travaux lauréats a été saluée par Armand Lattes, Président de la Fédération Française des Chimistes et Président du jury du Prix Pierre Potier et Alain Devic, Président de l'Union des Industries Chimiques. Alain Devic a notamment souligné la présence cette année d'entreprises candidates n'appartenant pas au secteur de la chimie, mais qui utilisent néanmoins ses procédés et ses techniques. « C'est un signe fort, qui nous fait prendre pleinement conscience du rôle stratégique de l'industrie chimique en France. Un rôle économique, bien sûr, mais également un rôle moteur en termes d'innovation et de progrès, pour toutes les entreprises ».

Les 26 dossiers déposés par 23 entreprises ont été examinés et classés en deux catégories : produits et procédés ; start-up. 15 projets sont issus de grands groupes et 11 de PME/PMI. Le Ministre a salué la participation de la plupart des grands groupes de la chimie européenne à ce Prix, signe d'un engagement fort dans la chimie verte. Il a rappelé l'importance et la portée du bénéfice environnemental en matière de chimie : « L'industrie chimique française s'est résolument engagée dans la chimie "verte" pour répondre aux défis environnementaux. La chimie verte constitue le socle sur lequel reposent les projets de R&D soutenus par les pouvoirs publics au travers des 4 pôles de compétitivité consacrés à la chimie ».

La chimie verte ouvre de nouvelles perspectives, notamment depuis l'adoption en décembre 2006 du règlement européen REACH qui a pour but une meilleure connaissance des substances chimiques et notamment, de leur impact sur la santé et l'environnement. L'industrie française s'est engagée dans cette voie, ce qui la conduit aujourd'hui à disposer de compétences reconnues au niveau international pour le traitement de l'eau, de l'air, des déchets ou la remédiation des sols pollués.

Cette année, le jury composé de personnalités compétentes issues de la recherche, de l'industrie chimique ainsi que des ministères concernés, et placé sous la présidence d'honneur du Professeur Yves Chauvin, Prix Nobel de chimie 2005, a décidé de décerner quatre prix. Les récompenses ont été attribuées sous la forme de 2 trophées et 2 médailles. L'UIC a aussi souhaité récompenser et encourager tout spécialement la start-up Trez, en lui remettant en complément de sa médaille, un chèque de 10 000 euros.

Médailles :
  • Formulation pour route verte : la société Arkema a mis au point une innovation visant à diminuer la consommation énergétique sur les chantiers routiers et d'y améliorer significativement les conditions de travail et l'impact sur l'environnement.
  • Traitement Revalorisation Electrolytique du Zinc (Trez) : TREZ a conçu un système de recyclage du Zinc et de réhabilitation des sites industriels. Ce principe repose sur une opération de cémentation par de la poudre de zinc en amont d'une électrolyse. Cette technique apporte une bonne sélectivité pour le traitement des déchets et conduit à une poudre d'excellente qualité.
Trophées :
  • Le bois qui défie le temps et les éléments : Le groupe Lapeyre a mis au point un procédé de traitement des bois qui, grâce à un greffage chimique, le protège des attaques chimiques et de l'humidité. Aucun entretien n'est alors nécessaire. Le bois traité avec ce procédé est alors résistant, acquiert une durabilité de 30 ans, et des qualités exceptionnelles comparées à celles des bois les plus résistants. Silham El Kasmi, qui a développé le procédé, a obtenu en décembre 2006 notre Prix d'Ingénieur de l'Année, catégorie débuts prometteurs.
  • INDAR (Innovative Disassembling Adhesives Research) : Rescoll a mis au point  une technologie permettant le désassemblage de surfaces adhérentes de façon contrôlée qui laisse à la fin du processus des surfaces nettes et faciles à réutiliser. Pierre Dalet, fondateur de Rescoll, a obtenu en décembre 2006 notre Prix d'Ingénieur de l'Année, catégorie développement durable
Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.industrie.gouv.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cristaux pour remplacer les terres rares

Fil d'Intelligence Technologique

Des cristaux pour remplacer les terres rares

Des chercheurs rennais ont mis au point une nouvelle approche pour concevoir des cristaux liquides qui émettent dans le rouge et[…]

Un catalyseur pour produire de l'hydrogène en milieu neutre

Fil d'Intelligence Technologique

Un catalyseur pour produire de l'hydrogène en milieu neutre

Un emballage alimentaire biodégradable et comestible

Fil d'Intelligence Technologique

Un emballage alimentaire biodégradable et comestible

Un piège à polluants inspiré des anémones de mer

Fil d'Intelligence Technologique

Un piège à polluants inspiré des anémones de mer

Plus d'articles