Nous suivre Industrie Techno

Chez Sol-essais, les drones inspectent les falaises

Chez Sol-essais, les drones inspectent les falaises

Crédits : Sol-essais

Les drones, pour quoi faire ? Sol-essais les utilise pour évaluer la dangerosité des falaises proches d'activités humaines. Résultat ? Moins de risques humains, et une image globale du site qui permet un suivi de long terme.

Basé à Valorio dans les Alpes Maritimes, le bureau d’études Sol-essais estime la dangerosité des falaises situées près de constructions. Traditionnellement, un ingénieur en mécanique des sols doit descendre au bout d’une corde, en présence d’un guide de haute montagne, pour estimer la dangerosité de la falaise. Des rappels parfois de plus de 100 mètres, pour voir ce qui pourrait être dangereux, comme des blocs qui tombent. Au début de l’année, ils ont utilisé pour cette opération un drone opéré par la société Flying Eye, qui se défini comme la première société de construction de drones en France.  Le drone a permis de réaliser une modélisation 3D des falaises. « Le drone permet d’avoir une vision fine du terrain et d’avoir une image globale de la falaise, explique Marc Zénéré, ingénieur géologue chez Sol-essai, pour qui l’expérience devrait devenir habituelle. A partir des photos prises par les drones, on peut définir la taille et le volume des blocs avec le logiciel adapté. L’étude de la falaise a pris un jour et un autre jour a été nécessaire pour le traitement. L’opération est réalisée en un jour contre trois jours, sachant que mobiliser une ingénieur et un guide coûte aussi plus cher. »

Soit  respectivement 1700 euros et 1000 euros par jour contre 1800 euros, estime Marc Zénéré. Toutefois, le rappel restera selon lui nécessaire pour préciser le comportement ou la stabilité du matériau ou aller aux endroits où des obstacles comme la végétation gênerait la vision du drone. Le bureau d’études, qui a créé un nouveau département « pathologies des structures », prévoie aussi d’utiliser dans ce cadre les drones pour l’inspection d’ouvrages d’art.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Lors d'un webinaire organisé le 25 novembre, l'IRT SystemX a présenté plusieurs projets menés avec des partenaires[…]

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés  », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

Plus d'articles