Nous suivre Industrie Techno

Chez Océalia, les drones dosent l'apport d'engrais

Chez Océalia, les drones dosent l'apport d'engrais

Ocealia s'appuye sur un aile volante de Parrot dont le capteur a été mis au point par Airinov. crédits : Airinov et Ocealia

Les drones, pour quoi faire ? La coopérative Océalia les met à disposition de 740 agriculteurs adhérents pour optimiser les consommations d’engrais. Résultat ? Les gains se chiffrent à 3 à 5 quintaux sur 70 quintaux récoltés en moyenne par hectare.

La coopérative Océalia basée en Poitou-Charentes utilise des drones depuis cinq ans, pour aider les agriculteurs à gérer leur fertilisation et optimiser leurs récoltes sur le colza et les céréales. « Les drones sont équipés du capteur multispec mis au point par l’Inra et Airinov, détaille Kévin Larrue, du service agronomique d’Océalia. Celui-ci mesure quatre bandes de longueur d’ondes afin de caractériser la biomasse des plantes ou leur teneur en chlorophylle. Cela permet de mesurer l’azote absorbé par les plantes, et donc combien elle peut encore en absorber. »

A partir  de ces mesures sont réalisées des cartes qui peuvent aller à une résolution au mètre carré près des besoins en azote, donc en engrais, du champ. Les agriculteurs équipés  rentrent cette carte dans un boîtier du tracteur, connecté au GPS. Un correcteur de GPS leur permet de connaître leur position, selon les techniques, de 2 cm à 50 cm près. Le boîtier communique ensuite avec l’épandeur.

Les agriculteurs non équipés de ces machines peuvent profiter de la technologie pour avoir une idée du développement de leur parcelle, très variable selon les années. « Les gains peuvent être de 3 à 5 quintaux sur 70 quintaux en moyenne par hectare. Il n’y a pas de gain de temps proprement dit pour les agriculteurs, mais cela leur apporte un plus technique, » conclut Kévin Larrue, qui précise qu'un dosage juste d’engrais peut aussi être bon pour l’environnement. Océalia utilise aussi les drones pour la détection de maladies sur les pieds de vigne. Il envisage aussi de les utiliser pour la détection de mauvaises herbes dans les parcelles de maïs.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Au salon Euronaval, le programme « Smartship » met en avant ses premiers démonstrateurs de navires intelligents

Au salon Euronaval, le programme « Smartship » met en avant ses premiers démonstrateurs de navires intelligents

Au salon Eurovanal, qui se tient en ligne du 19 au 25 octobre, maritime rime avec numérique. A cette occasion le Pôle de[…]

« Les ondes térahertz mettent le contrôle non destructif en ligne à la portée des chaines de production », lance Clément Jany, CTO de TiHive

« Les ondes térahertz mettent le contrôle non destructif en ligne à la portée des chaines de production », lance Clément Jany, CTO de TiHive

Création de France Additive pour structurer la filière d'une impression 3D devenue véritable outil de production

Création de France Additive pour structurer la filière d'une impression 3D devenue véritable outil de production

[Terrain de Jeu] Des billes au bout des doigts

[Terrain de Jeu] Des billes au bout des doigts

Plus d'articles