Nous suivre Industrie Techno

Chez Intel, un datacenter à l’efficacité énergétique parfaite

Chez Intel, un datacenter à l’efficacité énergétique parfaite

Shesha Krishnapura, le chief digital officer du département IT d’Intel

© DR

Le datacenter d’Intel géré par Shesha Krishnapura est refroidi par l’air chaud des serveurs, mélangé à de l’air froid puis réutilisé. Reportage.

Au siège d’Intel, à Santa Clara (États-Unis), se trouve un datacenter un peu particulier. Utilisé, notamment, par Intel pour la conception de ses processeurs, il héberge un superordinateur classé 95e au monde en 2015. Mais c’est par son efficacité énergétique qu’il se démarque. Shesha Krishnapura, le chief digital officer du département IT d’Intel, n’est pas peu fier de le dire : son power usage effectiveness (PUE) est de 1,06. Cet indicateur est le ratio entre l’énergie totale consommée par le centre (climatisation incluse) et l’énergie absorbée par les systèmes informatiques eux-mêmes. Il est la pierre angulaire de la « green IT », cette informatique qui se veut éco-responsable. Il est surtout un indicateur économique. Un PUE de 2 signifie une facture énergétique deux fois plus importante qu’un PUE idéal de 1.

Allées froides et allées chaudes

Pour des datacenters de taille importante, il est donc crucial de minimiser ces frais de refroidissement. Et cela commence dès la conception du centre. Intel a fait le choix de n’utiliser que des produits du commerce dans ses datacenters, qu’il s’agisse des racks, des serveurs ou de leurs composants. Les racks étroits (de moins de 22 pouces) sont privilégiés pour atteindre la plus haute concentration possible de matériel. Le datacenter est divisé en allées froides (par lesquelles arrive l’air frais) et allées chaudes (où est expulsé l’air chaud des serveurs). Les températures y varient de 15 à 32 °C. L’air est acheminé depuis l’extérieur par des ventilateurs géants dont les pales font 2 mètres de longueur. Plutôt que d’être simplement extrait, l’air chaud est mélangé à de l’air froid et réutilisé.

Un PUE de 1 d'ici 10 ans ! 

Autre source d’économie, l’eau utilisée pour refroidir cet air est tirée des eauxusées des bureaux situés près du datacenter. Ces mesures limitent fortement le recours à un refroidisseur. En 2014, il n’a tourné que 39 heures sur l’année entière. Jusqu’où l’efficacité énergétique peut-elle être poussée ? « Nous atteindrons un PUE de 1 d’ici à dix ans, affirme Shesha Krishnapura. Nous menons des expériences en ce sens. » Il ajoute que le ratio pourrait même descendre en dessous de 1. Comment ? « En utilisant la chaleur générée par les serveurs pour chauffer les bureaux. » 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Médailles de l'innovation 2019 : le CNRS récompense ses chercheurs-entrepreneurs

Médailles de l'innovation 2019 : le CNRS récompense ses chercheurs-entrepreneurs

En remettant ses médailles de l'innovation 2019, le Centre national de la recherche scientifique a mis en avant quatre chercheurs dont les[…]

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Elle partage sa foi dans le code

Focus

Elle partage sa foi dans le code

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Analyse

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Plus d'articles