Nous suivre Industrie Techno

Chez Geodis Logistics, le stockage informatisé réduit les coûts de 30 %

WILFRIED MAISY redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
S'appuyant sur le logiciel d'entreposage de RedPrairie, le prestataire a réussi à rationaliser le stock de pièces détachées qu'il gère pour sa maison mère, la SNCF. À la clé, 8 millions d'euros d'économies.

Prestataire logistique de la SNCF depuis 2007, Geodis Logistics a repris la gestion des pièces détachées de l'opérateur ferroviaire en région parisienne (à Moissy-Cramayel, en Seine-et-Marne). En l'espace de deux ans, le logisticien a réduit de 30 % le coût de fonctionnement des entrepôts dédiés à cette activité. Soit 8 millions d'euros gagnés sur un budget de 25 millions d'euros par an. Pour cela, il s'est appuyé sur le logiciel de gestion des entrepôts (WMS pour Warehouse Management S ystem) de l'éditeur américain RedPrairie.

Réorganisation complète de l'entrepôt

Le retour sur investissement est significatif : Geodis Logistics révèle un coût informatique global (logiciel, matériel et hébergement) de seulement 3,5 % du coût de fonctionnement de l'entrepôt. « Ce projet a comporté plusieurs phases d'analyse et de refonte des processus. L'objectif était d'éliminer les tâches les moins productives, à faible valeur ajoutée. L'informatique a permis d'accompagner les axes d'optimisation que nous nous étions fixés », précise Boris Pernet, le directeur de l'ingénierie logistique de l'entreprise.

Le logisticien a d'abord entrepris de réorganiser l'entreposage selon le principe du slotting, c'est-à-dire le fait de placer chaque pièce au meilleur endroit pour être le plus productif possible. Le logiciel de RedPrairie comporte un module dit ABC, dont le principe est le suivant : s'assurer automatiquement que l'implantation des articles les plus exploités est optimale. « Selon la loi mathématique de Pareto, si 20 % des références représentent 80 % des pièces utilisées, celles-ci doivent être stockées près des quais de chargement et déchargement, de manière à limiter les déplacements, développe le directeur. Au départ, c'est l'homme qui constitue l'ABC. Mais une fois établi un historique des sorties de pièces, le logiciel est capable de générer la situation optimale et propose des relocalisations de références. Dans le cas de la SNCF, nous avons paramétré le programme pour calculer tous les quatre mois l'ABC de l'entrepôt. » Cette opération a permis d'optimiser les déplacements des manutentionnaires de plus de 20 %. « Sur un site de 65 000 m2 répartis dans deux entrepôts, cette réduction des allers-retours est une source directe de diminution des coûts », assure Boris Pernet.

Geodis Logistics s'est également attaché à améliorer le compactage des produits stockés. Lorsqu'une référence est conservée dans plusieurs emplacements, il est nécessaire de contrôler en temps réel le volume de chacun d'eux. À mesure des prélèvements et des réceptions de produits, certains emplacements se vident et d'autres sont créés. Le compactage consiste à vérifier en temps réel la surface disponible dans les premiers, et à la comparer avec les quantités reçues, de manière à ouvrir un minimum de surfaces nouvelles. « Faute de quoi - et c'est souvent le cas dans les entrepôts de pièces détachées -, nous stockons du vide, explique le logisticien. Notre site compte 115 000 emplacements, qu'il nous faut réduire au minimum. » Une logique compatible avec la règle du Fifo (First in, First out), qui consiste à faire sortir en priorité les pièces les plus anciennes.

Sur le terrain, lors d'une réception de pièces, le logiciel détecte l'emplacement de destination demandant un minimum de manutention (et où il reste un minimum de produits). Sur l'étiquette code à barres de mise en stock accompagnant la palette entrante, il indique au cariste que les pièces reçues doivent y être « compactées ». L'opérateur descend alors la palette stockée et rassemble toutes les pièces dans la nouvelle. « Résultat, nous avons pu réduire d'environ 30 % notre surface de stockage. Soit 65 000 m2 contre plus de 100 000 m2 auparavant. Nous avons ainsi rendu des surfaces et réduit le nombre d'entrepôts à trois contre cinq précédemment. Le prix annuel d'un mètre carré en région parisienne étant d'environ 50 euros, à quoi s'ajoutent 25 euros d'exploitation, l'économie est substantielle. »

Un an pour maîtriser complètement l'outil

Point important pour faire évoluer l'application informatique, le WMS de RedPrairie demande peu de développements spécifiques. « Il permet à un utilisateur expert de configurer précisément les couches et sous-couches de paramétrage, apprécie Boris Pernet. A l'aide de rapports analytiques, nous pouvons examiner finement l'évolution de notre activité. Il nous a fallu un an pour prendre en main l'outil. Cela s'est fait en collaboration avec le support technique de RedPrairie. »

Le logisticien n'entend pas en rester là. Début 2010, il promet de mettre en place de nouvelles fonctions, liées à des innovations technologiques comme l'automatisation ou le suivi de chariots à distance. L'objectif in fine est de réduire au strict minimum le déplacement de ses salariés pour livrer plus vite ses clients.

L'objectif est de réduire au strict minimum le déplacement des salariés pour livrer plus vite les clients.

PERFORMANCE

Geodis a pu réduire de 30 % la surface de stockage du site.

L'ENTREPRISE EN BREF

GEODIS LOGISTICS Prestataire logistique, filiale de la SNCF. 4,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires. 6 000 collaborateurs. 150 plates-formes en Europe. 3 millions de m2 de surface d'entreposage.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0915

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

100 ans et toujours dans le vent !

100 ans et toujours dans le vent !

Toujours en activité, la soufflerie d'Auteuil, construite en 1912 par Gustave Eiffel, sert aujourd'hui à mener des projets de pointe. Elle rappelle[…]

01/09/2012 | REPORTAGE
Sous la forêt, le gypse

Sous la forêt, le gypse

Renault dans la course à la réduction des coûts

Renault dans la course à la réduction des coûts

Pitney Bowes Asterion s'engage sur les volumes contre des ristournes

Pitney Bowes Asterion s'engage sur les volumes contre des ristournes

Plus d'articles