Nous suivre Industrie Techno

abonné

Focus

Chez CTIBiotech, des tumeurs produites en série pour accélérer la recherche

Alexandre Coutoacouto@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

, ,
Chez CTIBiotech, des tumeurs produites en série pour accélérer la recherche

Avec ses trois têtes d’impression, l’imprimante BIO X offre une grande précision.

Le spécialiste lyonnais de l’ingénierie cellulaire s’est équipé de quatre bio-imprimantes afin de produire à grande échelle des microtumeurs qui serviront à tester de nouveaux traitements.

A Meyzieu, en banlieue lyonnaise, c’est une véritable usine-laboratoire qui a redémarré après le confinement. Sa production ? Des dermes, des tumeurs et, depuis peu, des mini-foies humains. Ces échantillons biologiques, dont la taille ne dépasse pas le centimètre, sont incubés puis envoyés à des laboratoires pour tester de nouveaux traitements.

Imaginée par le spécialiste de l’ingénierie tissulaire CTIBiotech, cette chaîne de production unique en son genre repose sur la bio-impression. Cette technologie consiste à déposer des encres biocompatibles comportant des cellules en suspension selon un modèle conçu par CAO pour obtenir des tissus biologiques. Avec ses quatre imprimantes, dont la plus récente est entrée en activité en avril, la PME a passé le cap de l’industrialisation et peut produire 10 000 échantillons par jour. Outre cette montée en cadence, la bio-impression a aussi permis d’améliorer la qualité des modèles biologiques, plus proches des tissus réels.

Accélérer les essais précliniques

« La précision des échantillons est un enjeu important pour le biomédical, affirme le docteur Nico Forraz, le directeur général de CTIBiotech, qu’il a fondé avec Colin McGuckin. Plus nos modèles cellulaires sont proches de la réalité, plus nous facilitons la mise au point de traitements. Nous estimons pouvoir réduire de deux à trois ans la phase d’évaluation préclinique des traitements et diminuer de 20 % les coûts de développement en permettant de repérer plus en amont les familles pertinentes de candidats médicaments. »

Créée en 2009, la société a commencé son activité en s’appuyant sur un procédé de dissociation des cellules issues d’échantillons cancéreux. Grâce à des partenariats avec les grands centres hospitaliers de la région lyonnaise, elle récupère les tissus cancéreux issus de biopsies, normalement incinérés, et les conserve dans une biobanque qui en accueille aujourd’hui 50 000. Différentes cellules sont extraites de ces échantillons, comme les fibroblastes ou les cellules immunitaires, vasculaires et cancéreuses. Mises en culture dans des incubateurs, elles constituent les briques de base des tissus biologiques.


CTIBiotech, avec 50 000 échantillons, possède l'une des plus importantes biobanques d'Europe

Jusqu’à présent, la conception des échantillons en 3D était encore artisanale. « Un laborantin devait déposer goutte à goutte, avec une pipette et suivant un schéma précis, diverses solutions contenant[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1034

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2020 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

HP muscle sa microfluidique pour peser dans la pharmacie et le médical

HP muscle sa microfluidique pour peser dans la pharmacie et le médical

A l’occasion de son Innovation Summit, qui s’est tenu virtuellement le 15 octobre, le spécialiste de l’impression HP a mis en[…]

16/10/2020 | MicrofluidiqueImpression 3D
Pour bien commencer la semaine, la HAS élargit l’autorisation des tests antigéniques

Pour bien commencer la semaine, la HAS élargit l’autorisation des tests antigéniques

La HAS donne son aval au dépistage ciblé du Covid-19 par tests antigéniques

La HAS donne son aval au dépistage ciblé du Covid-19 par tests antigéniques

Le test salivaire rapide EasyCov livre les résultats de son étude clinique et espère convaincre la HAS

Le test salivaire rapide EasyCov livre les résultats de son étude clinique et espère convaincre la HAS

Plus d'articles