Nous suivre Industrie Techno

Checkpoint place la RFID au centre des débats

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Barcelone, le 28 et 29 avril. Le recours à l’identification radiofréquences (RFID) pour la traçabilité des produits suscite de nombreuses interrogations. Checkpoint a réuni un plateau d’experts et d’entreprises p

L’implémentation de solution d’identification radiofréquences (RFID) est dans tous les esprits ou presque. Selon l’étude réalisée par LogicaCMG, 60% des dirigeants d’entreprises considèrent la RFID comme ayant une importance stratégique ou une haute priorité pour leur organisation. On comprend donc pourquoi, Checkpoint –spécialiste américain de l’identification -  a réussi faire venir à Barcelone près de 500 personnes de toute l’Europe pour le sommet que le groupe américain organisait sur le thème de la RFID.

Pendant deux jours, des experts en matière de RFID et quelques entreprises ayant expérimenté cette technologie ont présenté les perspectives qu’offrait la RFID pour le suivi des articles tout au long de la chaîne logistique.

Certes, la technologie est prometteuse. Mais elle doit encore progresser. Elle peut d’ores et déjà trouver sa place sous certaines conditions dans des applications de suivi d’unités logistique telles que les containers, palettes et cartons. Mais tous les experts s’accordent sur un point. Le suivi des articles à l’unité tout au long de la chaîne logistique et jusqu’aux étales des magasins n’est pas pour demain. Il faudra encore patienter quelques années. De nombreux problèmes juridiques, technologiques et normatifs sont à résoudre.

Pour l’instant, l’heure est aux essais et aux déploiement de pilotes sur de petites échelles pour le suivi des unités logistiques depuis le fabricant jusqu’au entrepôt des grandes surfaces en passant par leur centre distribution.

La décision des géants de la distribution, l’américain WalMart et l’allemand Metro, ainsi que celle du Département de la défense américain, d’imposer dans les prochains mois à leurs principaux fournisseurs l’utilisation de la technologie RFID était au centre de tous les débats.

Ces projets semblent pour beaucoup un peu fous et ne risquent pas de se dérouler sans heurts. Mais ces organisations ont au moins le courage de se lancer dans l’aventure du RFID, de mettre en place des pilotes pour évaluer la technologie, mesurer les bénéfices qu’ils peuvent en tirer et mettre leurs fournisseurs au pied du mur pour les obliger à se lancer dans le bain de la RFID.

Bien sûr, rien n’est gagné et de nombreux grains de sable risquent de s’insinuer dans les rouages de la chaîne logistique. Mais comme le rappelle Wilfried Kanzok, directeur logistique de Kaufhof Warenhaus, qui a expérimenté la RFID pour le suivi de vêtements dans les entrepôts et les magasins : «il faut comparer la RFID à l’entrée du code-barre dans le monde de la distribution au début des années 80 alors même que beaucoup pensait que cela ne marcherait pas. Si on nous avait dit à l’époque que l’on pourrait gérer les codes-barres des articles par Internet on nous aurait pris pour des fous. C’est pour cela qu’il faut continuer à croire à la RFID et soutenir sa diffusion. »

En organisant ce sommet, Checkpoint, qui propose des solutions de sécurité (antivol), de traçabilité et d’indentification tout au long de la chaîne logistique de la distribution, a voulu démontrer sa volonté de s’engager sur la voie de la RFID. Il a d’ailleurs exposé à cette occasion les solutions qu’il envisage de proposer en la matière.

Côté entrepôt, Checkpoint a présenté des équipements d’impression, d’encodage et de lecture d’étiquette RFID. Il a également développé un système qui vérifie que les quantités de caisses reçues sont conformes à la commande par le passage de la palette sous un portique équipé d’antenne de détection.

Côté magasin, des étagères intelligentes informent en temps réel le nombre d’articles disponibles. Ces dispositifs peuvent être associés à des systèmes d’informations au client. Dès qu’un article est saisi par le client, un écran lui fournit la description détaillée du produit, les promotions en cours ou les articles associés disponibles dans le magasin.

Il faut toutefois préciser que, dans l’état actuel de la technologie, la détection des mouvements d’un article sur une étagère n’est pas d’une extrême fiabilité. Une mauvaise orientation de l’étiquette RFID, une trop forte densité d’articles sur l’étagère ou encore la présence d’obstacles perturbant la propagation des ondes radio conduisent à des erreurs de détection.

Côté caisse, Checkpoint se propose d’associer directement les macarons antivols au processus de vente et de traçabilité. Le Smart Detacher associé au système de paiement autorise de ne détacher le macaron RFID antivol que lorsque le paiement a été effectué. A la sortie du magasin, la Dual Antenna opère à deux fréquences. Ainsi elle peut détecter le passage des macarons antivol émettant à 8,2 MHz ainsi que les étiquettes RFID émettant à 15,56 MHz qui pourront donc être utilisées simultanément comme traceur logistique et comme antivol.

Youssef Belgnaoui

Pour en savoir plus
- Sur le sommet de Barcelone : www.checkpointeurope.com/rfidsummit/
 - Sur l’entreprise : www.checkpointeurope.com/app/?locale=eu

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles