Nous suivre Industrie Techno

Changement climatique : le verdict de l'Académie des sciences

Changement climatique : le verdict de l'Académie des sciences

© DR

L’Académie des sciences a remis à Valérie Pécresse son rapport sur le changement climatique. Sa conclusion : les activités humaines sont incontestablement responsables.

Les gaz à effet de serre vont rester un sujet chaud pour l'industrie. L'Académie des sciences a en effet tranché. En pleine polémique sur les causes du changement climatique, elle avait été sollicitée par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Sa mission : organiser un débat scientifique pour faire le point des connaissances actuelles. L’Académie a remis son rapport. Voici ses principales conclusions.

Le réchauffement

Son constat : "depuis la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs indicateurs indépendants montrent sans ambiguïté un réchauffement climatique [...] modulé dans le temps, avec une augmentation de 1975 à 2003". Parmi les indicateurs, la température de surface de la Terre a augmenté de 0,8 ± 0,2°C depuis 1870. Avec deux périodes de plus forte augmentation : de 1910 à 1940 et de 1975 à 2000. Elles sont encadrées par des périodes de stagnation ou de décroissance.

Ou encore, la surface des glaces de mer était stable de 1950 à 1975, autour de 8,5 millions de km². Elle a diminué jusqu'à 5,5 millions de km² en 2010. L'Académie cite les autres indicateurs traditionnels des climatologues : recul des glaciers continentaux, niveau et température des océans, déplacement des populations animales...

L'origine anthropique

C'est sur l'origine du réchauffement que l'Académie était attendue. Selon son rapport, l'augmentation du réchauffement climatique est "principalement due à l'augmentation de la concentration du CO2 dans l'atmosphère". Mais surtout, "l'augmentation de CO2 et, à moindre degré, des autres gaz à effet de serre, est incontestablement due à l'activité humaine".

Plusieurs scientifiques avaient mis en doute l'origine anthropique du changement climatique. Ils évoquaient plutôt l'impact de l'activité solaire. La réponse de l'Académie des sciences : "les mécanismes pouvant jouer un rôle dans la transmission et l'amplification du forçage solaire et, en particulier, de l'activité solaire ne sont pas encore bien compris. L'activité solaire, qui a légèrement décru en moyenne depuis 1975, ne peut être dominante dans le réchauffement observé sur cette période".

Des incertitudes

L’Académie relève toutefois des incertitudes à lever sur plusieurs sujets : modélisation des nuages ; évolution des glaces marines et des calottes polaires ; couplage océan/atmosphère ; évolution de la biosphère ; dynamique du cycle du carbone... L'essentiel est pourtant là : l'industrie va définitivement devoir apprivoiser l'indicateur CO2.
 

Thomas Blosseville

Pour en savoir plus : téléchargez le rapport de l’Académie des sciences

 

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Energy Observer met les voiles vers le nord de l'Europe

Energy Observer met les voiles vers le nord de l'Europe

Le 18 avril, le bateau Energy Observer s’est équipé d’ailes Oceanwings pour aller plus vite et produire de[…]

[Reportage] Dernière ligne droite avant l'arrivée du réacteur d'Iter

[Reportage] Dernière ligne droite avant l'arrivée du réacteur d'Iter

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles