Nous suivre Industrie Techno

Ces puces qui contrôlent tout

WILFRIED MAISY
La RFID promet de révolutionner les processus industriels et logistiques, en traçant chaque objet de façon unitaire. La notion d'erreur appartient presque au passé.

Les années 2000 resteront sans doute comme une période décisive au cours de laquelle le développement des objets intelligents aura profondément transformé notre vie quotidienne et professionnelle. Les puces radio, ou RFID (identification par radiofréquence), destinées à être collées ou intégrées à tout ce qui nous entoure, forment le coeur de cette révolution technologique. Elles dialoguent avec des lecteurs, capables de les activer en leur envoyant de l'énergie sous forme de rayonnement électromagnétique. Les informations ainsi capturées sont traitées par des logiciels spécifiques. Les objectifs sont clairs : optimiser, accélérer, fiabiliser, sécuriser une chaîne de production ou de distribution. L'industrie, le transport et la logistique sont les premiers secteurs visés.

Les étiquettes RFID sont amenées à remplacer les codes à barres. Les identifiants radio sont en effet assez longs pour envisager d'attribuer à chaque objet un numéro unique, alors que les codes EAN ne permettent que de donner un numéro à une classe de produits. Cette propriété autorise le suivi des objets, de la chaîne de production jusqu'au consommateur final.

La RFID active émet en continu

L'étiquette à radiofréquences comprend une puce équipée d'une antenne. L'ensemble est fixé sur un support, généralement en plastique. La puce, minuscule, contient l'information d'identification. L'antenne occupe la majeure partie du support. Le second élément de la RFID est le lecteur. Dans le cas d'une étiquette "passive", ne disposant pas de batterie, l'onde est captée par l'antenne et transmise à la puce qui renvoie l'information en utilisant le champ généré par le lecteur. Au contraire, les puces actives, qui ont leur propre énergie embarquée, sont capables d'émettre en continu, indépendamment de la présence de lecteurs. Elles sont plus grandes et ont une durée de vie réduite, du fait de leur batterie. Mais elles permettent une portée d'émission-réception beaucoup plus grande.

Lire mieux et plus vite

Les plages de fréquences utilisées ont été normalisées au niveau mondial. Les étiquettes de basse fréquence (de 125 à 135 kHz) sont exploitées pour l'identification d'animaux ou le contrôle d'accès par badge, à courte distance. Les étiquettes HF, ou haute fréquence (13,56 MHz), servent à l'industrie, aux inventaires et à la localisation des bagages dans les aéroports. Ils sont lus à 1 mètre et permettent des opérations de lecture et d'écriture dans la puce. Les marqueurs UHF, ou ultra haute fréquence (868 MHz), qui sont lus à plusieurs mètres, sont les plus utilisés en logistique. Ils permettent le suivi de palettes et de conteneurs dans les entrepôts et sur les docks. Enfin, d'autres marqueurs utilisent même des micro-ondes (2,45 GHz) pour le contrôle d'accès à longue distance des véhicules. Ceux-là sont généralement actifs.

Les progrès technologiques, et rapides, sont autant liés à la précision et la miniaturisation des lecteurs qu'à la qualité et la facilité d'utilisation des étiquettes. Ils concernent notamment la fiabilité des produits UHF, qui portent à plusieurs mètres, mais peinent à distinguer des objets empilés. De plus, ils sont très sensibles aux déperditions de signal dues à la présence de métal. Le fabricant Tagsys a présenté en mai dernier une gamme de tags UHF permettant de pallier ces perturbations. Il les réduit en employant une puce plus sensible, et grâce au design de l'antenne de l'étiquette, dont l'inductance est plus élevée. Sur le créneau HF, le fabricant Maintag, qui propose une gamme d'étiquettes miniatures robustes, a lancé en octobre le Mobishot, un lecteur au format téléphone. Celui-ci est durci pour des environnements industriels. Équipé d'une interface Bluetooth (100 m), il répond à la norme de protection IP54 (chute de 1,2 m sur béton) et s'utilise de 0 à +45 °C.

Parmi les autres exemples pour l'industrie agroalimentaire, le fabricant Stid a conçu des étiquettes adhésives, pour lesquelles il garantit "1 million de cycles d'écriture et effacements". Ces tags sont conçus pour résister à des lavages sous haute pression. Stid développe une série de lecteurs industriels de grande dimension pour lire des piles de bacs ou de palettes.

Les nouveautés portent aussi sur la combinaison, dans un même lecteur, de la RFID et de technologies complémentaires, comme la capture d'image (terminal CK3 d'Intermec), la reconnaissance vocale (solutions de préparation de commande PsionTeklogix), ou encore la localisation par GPS et les communications mobiles. De quoi imaginer une multitude d'applications futures.

L'ESSENTIEL

- Les étiquettes haute fréquence HF (13,56 MHz) sont lues à moins d'un mètre, et ce par dizaine. - Les étiquettes ultra haute fréquence UHF (868 MHz) portent à plusieurs mètres, mais sont moins puissantes. - Des puces de plus en plus sensibles permettent d'identifier davantage d'objets simultanément. - Des lecteurs industriels multifonctions font leur apparition.

PRATIQUELES CRITÈRES DE CHOIX

Le choix d'une solution RFID active, HF, ou UHF dépend...

- Des produits à tracer, de leur vitesse de déplacement et de leur densité. - Du type de contenants, de leur taille et de leur structure, de la présence de métal ou d'eau. - De l'environnement industriel ou logistique, de la température. - De la compatibilité des lecteurs et des étiquettes, qui doivent répondre à la même norme.

MARCHÉ2DOLLARS

C'est le gain estimé par unité de transport, carton ou palette, par expédition.

Depuis trois ans, l'américain Wal-Mart équipe tous ses magasins de lecteurs RFID et impose la technologie à ses fournisseurs. Il est imité par l'allemand Metro et l'anglais Mark & Spencer. Depuis 2006, Carrefour conduit quatre pilotes RFID.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0906

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

ÉLECTROTECHNIQUE

ÉLECTROTECHNIQUE

COMPOSANTS ET APPAREILLAGES Boîtier de distribution à éclairage intégré Le système de distribution d'énergie décentralisé, FieldPower, est complété[…]

01/10/2012 |
EMBALLAGE-LOGISTIQUE

EMBALLAGE-LOGISTIQUE

MESURE

MESURE

TÉLÉCOMS

TÉLÉCOMS

Plus d'articles