Nous suivre Industrie Techno

[CES 2021] Les aixois de Maca présentent leur voiture de course... volante et à hydrogène

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[CES 2021] Les aixois de Maca présentent leur voiture de course... volante et à hydrogène

© Maca

Présente au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas qui se tient en ligne du 11 au 14 janvier 2021, la start-up Maca développe un véhicule volant électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVOTL). Particularité : il est destiné à la course et propulsé à l'hydrogène.

Maca ne perd pas de temps : créée fin 2020, la start-up d'Aix-en-Provence présente cette semaine son véhicule électrique volant de course à décollage et atterrissage verticaux (eVOTL) et propulsé à l'hydrogène au Consumer Electronics Show (CES). Organisé traditionnellement chaque début d'année à Las Vegas (Nevada, Etats-Unis), la grande messe de l'électronique grand public et des nouvelles technologies se tient cette fois en ligne - Covid-19 oblige -, du 11 au 14 janvier.

Des petits avions propulsés à l'hydrogène, certains l'ont déjà fait, comme Zeroavia l'année dernière. Parallèlement, la compétition fait rage parmi les développeurs d'eVOTL à batteries. L'allemand Lilium a fait voler un appareil de cinq places en mai 2019. Son compatriote Volocopter est en phase de commercialisation. Airbus a travaillé sur le projet Vahana jusqu'à l'année dernière et développe aujourd'hui CityAirbus. Mais un eVOTL à l'hydrogène, c'est du jamais vu. « Nous sommes fiers d'être les premiers au monde », souligne Michaël Krollak, l'un des cofondateurs de Maca.

Un prototype à l'échelle 1/3 a volé fin 2020 sur batteries

Si l'entreprise n'a que quelques semaines, ses cofondateurs - qui ont en commun un passé de pilote et une expérience chez Airbus - travaillent sur leur eVOTL à hydrogène depuis trois ans. Une pré-étude a été réalisée mi-2018 et un prototype à l'échelle 1/3 a volé sur batteries à la fin de l'année, selon Maca.

Aujourd'hui, la structure d'un démonstrateur à l'échelle 1 est assemblée du côté de Cherbourg, indique Thierry de Boisvilliers, autre cofondateur. D'une longueur de 5,5 mètres, elle devra être équipée des moteurs, hélices et autres équipements pour valider le concept.

Objectif premier vol fin 2021

L'objectif est un premier vol fin 2021 – sous réserve que l'entreprise obtienne les quelques centaines de milliers d'euros qu'elle estime nécessaires. « Sur la base de notre pré-étude, l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera) nous a confirmé que notre projet était viable et qu'il volerait bien, vite, et en sécurité », ajoute Géraud Parjadis, en charge du développement commercial chez Maca.

Partenariat avec le suisse GreenGT pour le système hydrogène

Pour l'entreprise, l'intérêt de l'hydrogène par rapport aux batteries est l'autonomie. « Pour les courts trajets, les batteries font sens, mais à partir d'une certaine distance, l'hydrogène prend l'avantage, assure M. Krollak. Les courbes se croisent vers 8 à 12 minutes. »

Pour passer du premier prototype ayant volé sur batteries à une propulsion à l'hydrogène, les ingénieurs sont plutôt confiants : « C'est maîtrisé », assure M. Krollak en précisant que Maca est partenaire avec le spécialiste suisse de la voiture de course à hydrogène GreenGT. « Ils nous offrent la garantie que nous pourrons intégrer notre système à hydrogène sur notre machine », ajoute-t-il.

Une course de « Formule 1 volante » en ligne de mire

Maintenance prédictive, pilotage semi-automatique, simplification de l'interface homme-machine... En plus de la propulsion à hydrogène, Maca travaille aussi sur l'avionique et l'aérodynamique.

Passer par la course est aussi bien un moyen de créer un engouement en donnant à voir des événements spectaculaires, que de développer la technologie en étant moins contraint par la réglementation, estime M. Krollak : « Les processus de qualification sont très lourds lorsqu'il s'agit de transport public. Nous travaillons sur un nouveau concept de course qui, nous en sommes certains, sera extraordinaire. » Rendez-vous en 2023, date à laquelle est espérée la fourniture d'une première « Formule 1 volante » validée pour la course.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec UltraAir, les communications laser d'Airbus gagnent les avions

Avec UltraAir, les communications laser d'Airbus gagnent les avions

Airbus a annoncé ce 8 avril le lancement du projet UltraAir. Mené avec l'Organisation néerlandaise pour la recherche[…]

08/04/2021 | TélécomsLaser
Mobilité aérienne urbaine : Innov'ATM à la manœuvre pour un projet européen de démonstration à grande  échelle

Mobilité aérienne urbaine : Innov'ATM à la manœuvre pour un projet européen de démonstration à grande échelle

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« Les innovations n’empêcheront pas la nécessité de modérer le trafic aérien pour rester sous la barre des +2°C », estime Grégoire Carpentier de Supaéro Décarbo

« Les innovations n’empêcheront pas la nécessité de modérer le trafic aérien pour rester sous la barre des +2°C », estime Grégoire Carpentier de Supaéro Décarbo

Plus d'articles