Nous suivre Industrie Techno

[CES 2018] Les trois instituts du CEA Tech en force

[CES 2018] Les trois instituts du CEA Tech en force

© CES

Pour la première année au CES de Las Vegas (9 au 12 janvier), les trois instituts du CEA Tech seront présents. Lors des éditions précédentes, seul le CEA Leti était représenté. Jean-Michel Goiran, qui travaille à la direction des partenariats industriels du CEA Tech, détaille les motivations de cette présence en force.

Comment se traduit votre présence au CES 2018 ?

Nous participons au CES pour présenter notre offre technologique et nous positionner en tant qu’essaimeur de start-up. Ce qui est important pour nous, c’est de rendre visible le CEA Tech en tant que catalyseur d’innovation pour l’industrie. Et comme nous sommes offreurs de technologies via nos start-up, le stand s’appelle « Start-up Village ». Celui-ci se trouve dans Eureka Park, pôle principalement dédié aux start-up.

Pourquoi présenter vos technologies à travers vos start-up ?

Depuis 2012, 200 start-up ont été créées à l’échelle du CEA dans son ensemble. La création de start-up n’est donc pas anecdotique pour nous, et est même importante. Beaucoup de start-up du CEA ont grossi, comme Soitec qui est devenu aujourd’hui un leader sur son domaine.

Quelles sont ces start-up sélectionnées ?

Trois start-up seront présentes sur notre stand : MoovLab, qui propose une salle de fitness avec mesure activité physique et circuit d’entraînement interactif, PowerUp avec sa gestion et maintenance de batterie lithium-ion et SportQuantum, avec sa cible électronique de tir. On aura également un certain nombre de start-up réparties sur d’autres stands, et qui sont nos partenaires, comme Aryballe Technologies et son capteur biochimique, Diabeloop et son pancréas artificiel, eLichens et la surveillance air, ou encore Kalray avec son circuit programmable multi-process.

Que va vous apporter le CES 2018 ?

C’est un endroit où le monde entier présente ses dernières solutions, ce qui permet de sentir le vent sur les applications de nos technologies. L’année précédente, une forte tendance sur les objets connectés était perceptible. Cela nous permet au moins d’être confortés sur notre stratégie de certains développements technologiques. On essaie, sur nos technologies les plus avancées, d’être en avance sur le marché.

Le CES est-il un lieu de technologies avancées ?

Si vous cherchez un état de l’art plus avancé sur les technologies, ce n’est pas forcément l’endroit. Le CES est un salon très applicatif, très « consumer experience », dont les produits sont prêts à être vendus. Ce n’est pas un salon professionnel sur l’industrie du futur. C’est d’ailleurs pour cela qu’on arrive avec des offres applicatives sur la santé connectée, l’électronique souple, les capteurs de mobilité ou encore l’intelligence artificielle appliquée à la vision. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles