Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

CES 2016 : Budd-e, le mini-bus Volkswagen est de retour

CES 2016 : Budd-e, le mini-bus Volkswagen est de retour

Des lignes inspirées du Kombi mais une motorisation électrique et une forte connectivité.

© DR

Popularisé par les Hippies californiens dans les années 60 le célèbre Combi fait un retour remarqué au CES sous la forme d’un concept car de véhicule électrique connecté. Il préfigurerait la mobilité électrique que Volkswagen entend proposer à ses clients avant la fin de la décennie : 600 km d’autonomie et une recharge à 80 % de la batterie en 15 minutes, avec en prime une forte connectivité. Retour sur 70 ans d'histoire.

Toujours empêtré dans son scandale de tricherie sur les émissions polluantes de ses moteurs diesel, le groupe Volkswagen profite tout de même du salon de l’électronique grand public CES 2016 qui se tient en ce moment à Las Vegas, pour dévoiler un concept car reprenant les lignes de son célèbre Combi qui fut commercialisé sous de multiples versions de 1948 à 2014.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’industrie allemande est exsangue et nombre de ses usines ont été détruites dans les bombardements stratégiques massifs intervenus depuis 1940. 1,6 million de tonnes de bombes ont été larguées en grande partie sur les complexes industriels.

Le complexe Volkswagen de Wolfsburg, orgueil du régime nazi, qui devait fabriquer la ‘‘voiture du peuple’’ (KdF-Wagen), mais qui en fait travaillait essentiellement à la fabrication de véhicules militaires (Kubelwagen, la Jeep allemande, et Schwimwagen, sa version amphibie) est quasiment détruit. Pourtant dès la capitulation, le Major Ivan Hirst va récupérer les machines-outils mises à l’abri et relancer quasiment à ciel ouvert la production de la KdF-Wagen pour les besoins de l’armée britannique, puis des administrations allemandes.

Dans une Allemagne dépourvue de tout, la Coccinelle rencontre un succès inespéré : en 1947 1 000 voitures sont fabriquées chaque mois. Mais malgré de nombreuses adaptations, elle ne répond pas aux besoins des artisans et des livreurs. Aussi dès 1947 naît l’idée de réaliser un véritable véhicule utilitaire. Le cahier des charges est simple. La forme doit être celle d’une boîte sur roues capable de transporter 750 kg tout en réutilisant le groupe motopropulseur refroidit par air de la Coccinelle placé à l’arrière. Un premier prototype, le Plattenwagen, constitué d’un plateau placé devant une cabine sommaire, voit vite le jour, mais il restera à usage interne. Il sera toutefois fabriqué jusque dans les années 70 à plusieurs centaines d’exemplaires.

Une boîte sur roues

Finalement c’est l’importateur néerlandais des Coccinelles, Ben Pon, qui présentera un projet de camionnette au Major Ivan Hirst en avril 1947. Le bureau d’études, sous la houlette d’Alfred Haesner, se met au travail sur le projet VW29. Un premier prototype roulant sort le 11 mars 1949. C’est une caisse autoporteuse à moteur arrière avec un nez plat et Heinz Nordoff, le nouveau directeur de Volkswagen maintenant sous la responsabilité des autorités allemandes, envisage déjà de multiples déclinaisons. Ce sera un Kombinationenwagen ou véhicule multi-usages, bien vite surnommé Kombi.

       
                                 L’un des premiers prototypes du Kombi

Notons que le prototype a bénéficié des études du département mécanique des fluides de l’Université de Brunswick et a été doté d’une face avant arrondie qui lui donne un Cx de 0,44, valeur remarquable pour un utilitaire de l’époque, et cette ‘‘bouille unique’’ qui participera à son succès. Le Kombi a bien besoin d’aérodynamisme car le moteur, celui de la Coccinelle, ne développe que 25 ch ! Il offre une surface de chargement de 4 m² avec une porte d’accès latérale à doubles vantaux, puis plus tard un hayon arrière pour la plate-forme située au-dessus du moteur. La charge utile est de 850 kg pour un poids mort de 875 kg. À pleine charge, il atteint 75 km/h pour une consommation de 9 l/100 km.

La production en petite série débute en février 1950. De multiples versions du Kombi vont être développées par l’usine (fourgon, mini-bus, ambulance, pick-up, pick-up double cabine, plateau, camping-car…) et de nombreux carrossiers feront des adaptations. Le succès est au rendez-vous, plus de 1,83 million de Kombi seront fabriqués jusqu’à fin 1967, date de l’apparition de la 2e génération, qui sera fabriquée à 2,46 millions d’exemplaires. Elle sera suivie par une 3e en 1980 et une 4e, à traction avant cette fois, en 1992, qui sera fabriquée jusqu’en fin 2013 au Brésil. Mais entre-temps le Kombi a cédé la place au Transporter.

Une version électrique du Kombi sera même développée en 1972 en collaboration avec Varta et Siemens, l’Electrocar, avec une batterie au plomb de 860 kg d’une puissance de 33 kW. Outre la charge sur le secteur, l’échange de batteries est aussi proposé, mais ce véhicule en avance sur son temps, ne connaitra qu’un succès anecdotique (200 exemplaires), car l’autonomie ne dépasse pas 85 km !.

Le nième retour de l’électrique

L’électrique qui est encore au cœur du concept car annoncé cette semaine au Consumer Electronic Show (CES 2016), mais ce n’est pas une nouveauté. Il faut dire que Volkswagen à l’habitude de présenter des concept-cars sur base Kombi. Le premier, Microbus, a été développé par son studio de design californien en mars 2001 inspiré par la New Beetle. Il disposant déjà de nombreux écrans et d’un équipement multimédia haut de gamme. En 2011, ce sera Bulli présenté au Salon de Genève, dont une version est prévue pour une motorisation électrique avec des batteries Lithium-ion lui donnant une autonomie de 300 km. Mais aucun n’a débouché sur un nouveau véhicule.


Il pourrait en être autrement avec ce nouveau concept car, Budd-e. En effet, pour Herbert Diess, Passenger Cars Chairman de Volkswagen : « Il s’agit du premier véhicule développé sur notre nouvelle plate-forme électrique modulaire (MEB) qui est conçue spécifiquement pour les véhicules ‘‘plug-in’’ ». C’est-à-dire une plate-forme sur laquelle on peut adapter rapidement de multiples types de caisses. Une plate-forme qui disposerait d’une batterie de 101 kWh lui assurant une autonomie de 600 km et mue par deux moteurs électriques. Des caractéristiques techniques qui seraient la définition de la mobilité électrique de VW en 2019. D’autant plus que seulement 15 minutes seraient alors nécessaires pour recharger la batterie à 80 % de sa capacité.



A l’intérieur du Budd-e, tout est numérique, des instruments de contrôle aux équipements de loisir, avec un unique écran qui recouvre la moitié de la planche de bord. Entièrement configurable par le conducteur, il est divisé en 3 zones : Drive, pour la conduite du véhicule (vitesse…) ; Control, pour la gestion du voyage (itinéraire, état du véhicule…) ; Consume, pour les informations annexes (messages, météo, calendrier, applications interactives…).

De plus, Budd-e incorpore aussi une technologie de reconnaissance de gestes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, pour, par exemple,  ouvrir les portes à assistance électrique ou modifier l’ambiance lumineuse. Enfin, Budd-e sera assez intelligent pour vous avertir sur votre smartphone ou votre montre connectée que vous avez oublié quelque chose dans la voiture

Alors Budd-e sera-t-il un jour commercialisé ? Probablement pas, mais il porte certainement en lui les gènes de la future voiture électrique connectée suivant Volkswagen.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus :

http://media.vw.com/release/1122/


A lire :

Le Combi Volkswagen de mon père

Volkswagen Combi, un serviteur à toute épreuve


Les premières images

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Elon Musk, Jeff Bezos... Ces magnats qui rêvent de la planète rouge

Dossiers

Elon Musk, Jeff Bezos... Ces magnats qui rêvent de la planète rouge

L’espace fascine depuis très longtemps les scientifiques, mais aussi les industriels. à l’instar[…]

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Dossiers

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Biotechnologies : séquencer un génôme, c'est devenu facile!

Biotechnologies : séquencer un génôme, c'est devenu facile!

Robots humanoïdes : le métier rentre !

Robots humanoïdes : le métier rentre !

Plus d'articles