Nous suivre Industrie Techno

Celerotron : des tours par millions

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Deux jeunes thésards de l'ETH de Zurich ont développé un micro-moteur électrique capable de dépasser le million de tours par minute. Même pas encore diplômés, ils créent leur société pour commercialiser leur invention dans des applications qui restent en grande partie à inventer.

Celerotron en bref :
Date de création : Août 2008
Fondateurs : Martin Bartholet et Christof Zwyssig
Lieu : Zurich (Suisse)
Site : http://www.celeroton.com
Renseignements : martin.bartholet@celeroton.com

Martin Bartholet et Christof Zwyssig étaient encore entrain de finir leur thèse à l’Institut d’électronique de puissance de l'ETH de Zurich (Institut fédéral de technologie) lorsqu’ils ont créé Celeroton.

Ils y ont développé avec le soutien de leur parrain de thèse, Johann Kolar, directeur de l’Institut, un micro-moteur électrique de la taille d’une boîte d’allumettes capable de dépasser le million de tours par minute. Ils ont pour cela bénéficié de l’aide de deux industriels allemands : le fabricant de moteurs ATE et le spécialiste des roulements miniatures de précision Myonic. Mais le moteur a été conçu et assemblé par l'ETH, qui a également développé l'électronique de pilotage du système.
 

                                                


Le rotor du moteur est en titane, tandis que les bobinages font appel à des fils de cuivre ultra-minces, ainsi qu’à un ‘‘métal jamais utilisé auparavant pour de telles applications’’.

Des applications encore à inventer

Les premières applications envisagées sont dans le domaine médical pour animer à très haute vitesse des fraises de dentistes, afin d’assurer un traitement infiniment plus agréable et efficace, tout en offrant au praticien un équipement beaucoup plus petit, léger et silencieux.

Mais des applications plus mécaniques sont aussi envisagées telles l’entraînement de micro-compreseurs. Ainsi, Celerotron participe au développement du compresseur qui alimentera en oxygène l’équipage du Solar Impulse du célèbre aventurier suisse Bertrand Piccard lors de sa tentative de tour du monde, programmée en 2011.

Martin Bartholet et Christof Zwyssig ont aussi vu leurs travaux reconnus par les financiers, car ils viennent d’obtenir un capital de démarrage de 100 000 francs suisses offerts par la Fondation W. A. de Vigier.

Jean-François Prevéraud
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

L'institut allemand Fraunhofer IWM a mis au point une solution aqueuse pouvant remplacer les lubrifiants traditionnels à base d'huile[…]

[Reportage] A l'épreuve des vents de la soufflerie Jules Verne

[Reportage] A l'épreuve des vents de la soufflerie Jules Verne

A Toulouse, les composites visent le ciel

A Toulouse, les composites visent le ciel

L'Insa Toulouse va industrialiser son lanceur de ballons de rugby

L'Insa Toulouse va industrialiser son lanceur de ballons de rugby

Plus d'articles