Nous suivre Industrie Techno

Ceci n'est pas un téléphone...

Ridha Loukil
- Le mobile n'est plus un simple téléphone. Il offre une foule d'autres fonctions, des jeux à la vidéo. Une évolution qui tire l'innovation technologique et bouleverse le marché.

C'est fou ce qu'un téléphone portable est déjà capable de faire : radio FM, baladeur musical, appareil photo, caméra, lecteur vidéo, terminal Internet ou bureau mobile... Ses nouvelles fonctions se comptent déjà par dizaines. Et il n'est pas rare de le voir combiner cinq ou six d'entre elles, à l'instar du SX1 que Siemens va lancer à la fin de l'année.

S'il garde dans la plupart des cas l'allure d'un téléphone, le mobile n'hésite plus à se déguiser en montre (comme la Wristomo de Seiko), en console de jeux (comme la N-Gage de Nokia), en pendentif (comme le Xelibri de Siemens) voire en PC de poche (comme le Treo de Handspring).

Musique, photo, vidéo...

Jusqu'où ira le portable ? Très loin certainement. Car après avoir épuisé les ressorts de la miniaturisation et les fonctions de communication de données comme la messagerie SMS, le mobile, dopé par le passage de l'écran à la couleur, met le cap sur les loisirs. Voici qu'après la photo, la vidéo fait un tabac au Japon. Avec sa caméra intégrée, le portable permet de réaliser un clip vidéo de 5 à 40 secondes puis de l'envoyer immédiatement dans un mail. Ce service, disponible aussi en Italie, en Allemagne ou dans des pays de l'Est, avec la technologie de compression vidéo du néerlandais Hantro, ne devrait pas tarder à arriver en France.

Le mobile de troisième génération comme l'UMTS, multiplie ces possibilités d'extension vidéo. L'exemple du service Foma de NTT DoCoMo le montre. L'opérateur japonais propose des portables visiophones capables de relier par visioconférence jusqu'à huit correspondants à la fois. Certains comportent deux caméras, l'une pour la visiophonie, l'autre pour la messagerie vidéo. La plupart des terminaux Foma peuvent visionner des clips vidéo ou des bandes-annonces de films téléchargées sur le réseau. Ils permettent aussi de suivre en direct une conférence de presse, un match de football ou une fête de famille. Ils offrent enfin la possibilité de recevoir via Internet des films entiers, de la musique et différents contenus de loisirs.

Cela dit, sans attendre l'avènement de la troisième génération, le portable se prépare aussi à devenir un lecteur multimédia polyvalent grâce à une minicarte à mémoire flash comme la SD ou la MemoryStick. Aujourd'hui, cette fonction est réservée à quelques terminaux haut de gamme comme le 9210 de Nokia ou le P800 de Sony-Ericsson. Selon Panasonic, elle commencera à se généraliser à partir de l'année prochaine. On pourra alors, partout, lire toute sorte de contenu transporté avec soi sur une minicarte : photos, musique, clips vidéo, films, livres, jeux...

La télévision constitue l'extension vidéo ultime, même si le sujet suscite la controverse. Samsung propose déjà en Corée du Sud un terminal qui reçoit la télé analogique. Au Japon, Vodafone KK (ex J-Phone) s'apprête à commercialiser un produit similaire de NEC. Mais c'est la convergence avec la télévision numérique terrestre qui semble la plus prometteuse. NEC et Sanyo ont présenté au salon Telecom World, à Genève, des prototypes de ce genre.

Ce n'est pas tout. Une autre fonction émerge : la localisation par satellite. En intégrant un récepteur GPS, le portable offre une localisation plus précise (environ 10 m) que le système de triangulation basé sur les stations radio du réseau. Ce service existe au Japon depuis décembre 2001. L'utilisateur peut se faire guider en ville, accéder à des plans de proximité, trouver plus facilement un restaurant ou communiquer sa position à des proches. Cette technologie ouvre également des applications nouvelles comme le suivi des enfants et des personnes âgées, la gestion de flotte de véhicules ou l'appel d'urgence. Selon Sanyo, qui fournit ce genre de terminaux à l'opérateur KDDI, le portable-GPS est promis au même succès que le portable-photo. Mais, d'après Vincent Poulbère, analyste à l'Idate, son essor est suspendu à l'évolution de la législation en matière d'appel d'urgence.

C'est de moins en moins un produit télécom

On le voit, les industriels sont loin d'avoir épuisé les possibilités d'extension du portable. Ils sont toutefois limités dans leur ardeur par les capacités des réseaux et l'autonomie des batteries. Car certaines fonctions comme la vidéo sont gourmandes en bande passante et en courant.

Augmenter l'autonomie des batteries, améliorer les écrans, créer des systèmes sur puce plus denses, miniaturiser les modules photo, intégrer caméra ou GPS..., les défis ne manquent pas pour les acteurs de l'industrie du mobile. C'est dans cette perspective que Sanyo développe des écrans Oled, plus performants, moins fragiles et moins énergivores que les écrans LCD utilisés aujourd'hui. Son mobile prototype avec un écran de 2,2 pouces montre l'intérêt de cette technologie pour les applications vidéo sur portable.

Cette frénésie d'innovation s'explique par un marché devenu atone. Les croissances phénoménales ces dernières années s'essoufflent. Les fabricants de terminaux rivalisent d'imagination pour se différencier. Chacun cherche à imposer ses marques auprès d'une frange particulière de la population. Le résultat est quelquefois étonnant comme le portable antimoustique de SK Telecom qui chasse les moustiques en émettant un signal haute fréquence, proche de celui produit par les battements d'ailes des mâles, qui éloigne les femelles fécondées (celles qui piquent !). Certains constructeurs n'hésitent pas à jouer la carte religieuse ou ethnique comme LG qui veut séduire les musulmans avec un portable à boussole leur indiquant la direction de la Mecque. NEC veut gagner la préférence des mélomanes avec un portable à double haut-parleur et son Dolby Surround. Fujitsu veut rassurer les inconditionnels de la sécurité avec un portable à lecteur d'empreintes digitales.

Pour les opérateurs de téléphonie mobile, l'enjeu de cette évolution est à chercher du côté de l'augmentation du fameux Arpu, le revenu moyen par abonné. À l'heure où les revenus tirés de la voix continuent de baisser, seuls des nouveaux services de données permettent de le faire. L'espoir porte sur la migration de la messagerie SMS vers la messagerie multimédia MMS pour l'échange de musique, images ou vidéo. Chez Orange, l'objectif est de tirer, dans cinq ans, la moitié de ses revenus avec les données, contre aujourd'hui 15 %.

Avec des nouvelles fonctions à succès comme la photo, les industriels espèrent, eux, redynamiser un marché saturé. Les opérateurs n'hésitent pas à exploiter cet atout pour arracher des abonnés à leurs concurrents. L'exemple de Vodafone KK, au Japon, le montre. En lançant le premier un service de messagerie photo (Sha-mail) avec un portable de Sharp, il a gagné des parts de marché sur ses concurrents NTT DoCoMo et KDDI. Vodafone est en train de rééditer la tactique en Grande-Bretagne avec son service Live.

Bref, le portable est de moins en moins un produit télécom et de plus en plus un produit grand public. Le savoir-faire télécom tend à se banaliser sur le marché sous la forme de modules comme ceux proposés par Wavecom, Sagem ou Siemens. Le véritable savoir-faire réside maintenant dans l'adjonction de fonctions de loisirs.

Cette évolution est en train de redistribuer les cartes. Jusqu'ici, l'industrie des mobiles a été dominée par des acteurs du monde des télécoms : Nokia, Ericsson, Motorola, Siemens, Alcatel... Le marché est en train de s'équilibrer en faveur des asiatiques et des acteurs du monde de l'électronique grand public. Cela se traduit déjà dans les chiffres : sur le premier semestre 2003, NEC et Panasonic prennent la tête des ventes de portables avec photo, devant Nokia, jusqu'alors imbattable. Les acteurs des télécoms ont du souci à se faire.

...C'est aussi

Un appareil photo numérique, prendre des photos, les enregistrer ou les envoyer immédiatement à l'autre bout du monde. Une console de jeux, pour jouer en local ou en réseau, avec les jeux livrés d'office dans la mémoire du portable ou des jeux téléchargés sur un portail. Un terminal e-mail, pour lire et envoyer des e-mails comme avec le BlackBerry de RIM disponible chez SFR. Une caméra vidéo, pour filmer des séquences vidéo, les enregistrer ou les envoyer immédiatement. Un baladeur musical, pour écouter des fichiers musicaux transférés du PC, téléchargés sur le Net ou stockés sur une minicarte à mémoire flash. CES PRODUITS CONNAISSENT DÉJÀ LE SUCCÈS

...C'est encore

Un récepteur GPS, pour se localiser, être guidé en ville, envoyer sa position à un correspondant ou recevoir de l'aide à la navigation automobile. Un lecteur vidéo, pour visionner des clips vidéo, des bandes-annonces de films ou de la vidéo reçue via Internet. Un bureau mobile, pour des fonctions agenda, annuaire, bloc-notes, messagerie électronique, fax. Un interphone,pour recevoir à distance l'appel et l'image des personnes se présentant devant la maison. Une télécommande, pour verrouiller/déverrouiller les portières de la voiture ou contrôler à distance les équipements domestiques. Un visiophone sans fil, pour communiquer à la fois par la voix et l'image. Un téléviseurde poche, pour regarder la télévision ou recevoir des extraits ciblés de programmes télé. CES APPLICATIONS DOIVENT FAIRE LEURS PREUVES

...Mais ce n'est déjà plus

Un terminal de paiement électronique, pour effectuer des achats en ligne et les régler par carte bancaire. Un téléphone sans fil à la norme DECT, pour téléphoner à la maison ou au bureau par le réseau de téléphone fixe. Une radio FM, Sagem et Ericsson ont été les premiers à lancer cette fonction. Un terminal Internet,pour consulter de l'information sur le Web : météo, Bourse, voyages, spectacles... CES FONCTIONS N'ONT PAS REÇU L'ACCUEIL ESPÉRÉ

...Ce sera peut-être

Un studio musical, comme le Fusio 530 de Philips. Un antimoustique, comme le terminal lancé en Corée du Sud par l'opérateur SK Telecom. Une boussole, comme le téléphone de LG qui indique aux musulmans la direction de la Mecque. Et aussi un badge sans contact, un ticket électronique de transport, une étiquette RFID... L'AVENIR LE DIRA !

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0852

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le pari roumain de Nokia

Le pari roumain de Nokia

En délocalisant la production de téléphones mobiles d'Allemagne en Roumanie, le groupe finlandais a misé sur la disponibilité d'une main-d'oeuvre à[…]

Agarik efface les distances grâce au très haut débit

Agarik efface les distances grâce au très haut débit

Métamatériaux ? révolutionnaires !

Métamatériaux ? révolutionnaires !

Laser optique pour Internet haut débit

Laser optique pour Internet haut débit

Plus d'articles