Nous suivre Industrie Techno

Ce que révèlent les brevets de Magic Leap sur sa réalité cinématique

Myrtille Delamarche

Mis à jour le 19/10/2014 à 10h57

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Ce que révèlent les brevets de Magic Leap sur sa réalité cinématique

© DR

Rendre «obsolètes» les termes de «réalité virtuelle» et «réalité augmentée»... C'est la promesse du fondateur de Magic Leap. Quelle techno se cache vraiment derrière sa «réalité cinématique», qui intéresse les géants de la Silicon Valley, au premier rang desquels Google, qui envisageraient un investissement de 500 millions de dollars ? Forcément, bien que le nouveau concurrent d’Oculus Rift s’en défende, une forme améliorée de réalité augmentée, au vu des brevets déposés récemment par la société.

Le fondateur de Magic Leap est Rony Abovitz, un ingénieur bio-médical qui a déjà connu un certain succès dans la robotique chirurgicale avec Mako Surgical. Dans le New York Times, il décrit Magic Leap comme «une sculpture de lumière en 3D projetée sur la rétine» avec une résolution proche de celle de l'œil humain. Et cette résolution pourrait bien être l'innovation qui fera la différence avec les prototypes existants (comme celui de Nvidia).

Des composantes matérielles et logicielles

Magic Leap travaillerait à la fois sur une solution matérielle et logicielle. Côté hardware, une technologie portable, doublée d’une interface capable de créer des images dynamiques en 3D avec lesquelles les utilisateurs pourraient interagir. Des brevets déposés par Magic Leap évoquent effectivement un «cadre de boîtier» doté d’une lentille, «porté sur la tête» par l’utilisateur. Sur ce brevet, la société décrit un système dans lequel une image est projetée en 3D par deux guides d'ondes, tout en préservant la perception de l'environnement par l'œil. Ces guides d’ondes sont couplés à une source de rayonnement électromagnétique, dont la sortie est modulée en luminescence et balayée suivant plusieurs axes afin de former une image. Le système intègre également des capteurs détectant - pour mieux les prévoir - les mouvements de tête de l'utilisateur. Un brevet déposé par Rony Abovitz lui-même, enfin, évoque un réseau de serveurs permettant à de nombreux utilisateurs d'accéder à des mondes virtuels où ils pourraient interagir entre eux et avec des éléments de réalité virtuelle. Mais selon le fondateur de Magic Leap, le jeu n'est «que le dessert» d'une techno adaptée au quotidien, capable de faire vivre les contenus d'Internet devant les yeux de son utilisateur sans l'obliger à sortir son smartphone.

Magic Leap Vs Oculus Rift

Parmi les raisons qui pourraient expliquer le secret savamment entretenu par Magic Leap, on peut envisager une directive de Google, qui se réserverait ainsi la possibilité d’une annonce forte liée au déploiement de la techno, sans doute sur ses Google glasses. La firme de Cupertino pourrait ainsi ouvrir sur le terrain de la réalité virtuelle et augmentée un front contre Facebook, qui a déjà fait entrer le système Oculus Rift dans son portefeuille.

Dans une allusion à peine déguisée à l'un des reproches récurrents formulés contre l'Oculus Rift - l'inconfort lié à la stéréoscopie, qui donne des nausées à certains utilisateurs -, Rony Abovitz déclare sur son site : « Ce qui est remarquable, c’est la façon dont le corps et l'esprit humain répondent lorsque la technologie respecte la biologie. Alors, de véritables expériences magiques deviennent possibles. » Un désagrément dont Magic Leap affirme s'être débarrassé en adaptant la techno du Light field, utilisée par exemple par Lytro pour proposer un appareil photo qui permet de modifier la mise au point après enregistrement de l'image.

Le combat Magic Leap Vs Oculus Rift est ouvert. A moins qu'il ne s'agisse d'une guerre Google Vs Facebook par procuration ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Avis d'expert

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Comment des hackers parviennent-ils à s’infiltrer dans les systèmes d’opération des centrales[…]

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Plus d'articles