Nous suivre Industrie Techno

Carmat présente un cœur artificiel novateur

Carmat présente un cœur artificiel novateur

Carmat présente un coeur artificiel novateur

© Carmat

Une équipe française emmenée par le professeur Alain Carpentier vient de dévoiler un cœur artificiel total implantable, qui va bientôt entrer en phase d'essais pré-cliniques et être industrialisé. Un espoir pour les 10 millions d'insuffisants cardiaques d



Carmat, une jeune entreprise biomédicale innovante, arrive sur le devant de la scène grâce à un cœur artificiel total implantable mettant en œuvre des biomatériaux, notamment pour ses valves. Ce cœur artificiel, qui permettra de pallier la pénurie de greffons et autorisera le patient à avoir une vie quasi normale, est issu des recherches du Professeur Alain Carpentier, directeur du Département de chirurgie cardio-vasculaire et de transplantation d'organes de l'Hôpital européen Georges Pompidou à Paris.

Celui-ci a débuté ses travaux voici une quinzaine d'années avec quelques ingénieurs de Matra, grâce au soutien de Jean-Luc Lagardère et les a poursuivis avec les équipes d'EADS, qui lui apportent leurs savoir-faire en électronique embarquée, en miniaturisation et en matériaux issus du monde aérospatial.




« Ce cœur, qui copie le fonctionnement d'un cœur humain, apporte une réponse aux deux problèmes fondamentaux posés par les assistances ventriculaires actuellement utilisées. Il évite la formation de caillots et dispense de raccorder le malade à une console d'assistance », explique le Professeur Alain Carpentier. Il utilise pour cela des matériaux "bioprothétiques", que le Professeur Carpentier développe depuis 30 ans pour des prothèses de valves cardiaques aujourd'hui largement utilisées. Ces matériaux sont fabriqués à partir de tissus animaux traités chimiquement pour éviter le rejet. « D'autre part, il reproduit la physiologie du cœur humain, avec les mêmes flux sanguins, et donc la même hémodynamique ». A tel point que le patient ainsi équipé pourra mener une vie normale et même faire certains efforts, comme monter un escalier ou marcher rapidement. Notons enfin que ce cœur bourré d'électronique de contrôle dispose d'une batterie intra-corporelle, qui sera rechargée en permanence grâce à une batterie extra-corporelle d'un poids raisonnable.

33 M€ d'aides à l'innovation

Un premier tour de table de 7,25 millions d'Euros vient d'être bouclé. C'est Truffle Capital, spécialiste du capital-risque qui est le chef de file avec un investissement de 5 M€, accompagné d'EADS et de la Fondation du Professeur Carpentier pour 2,25 M€. Carmat envisage d'autres levées de fonds, internationales cette fois, dans les années à venir. D'autre part, OSEO vient d'attribuer à la société 33 M€ d'aide à l'innovation sous forme de subventions et d'avances remboursables. Il s'agit de l'aide la plus importante jamais accordée à une jeune entreprise innovante par OSEO.

« La création d'une société française susceptible d'industrialiser un cœur artificiel très novateur est pour notre équipe l'aboutissement heureux de quinze ans de travail. Je rends hommage à Jean-Luc Lagardère qui a soutenu ce projet dès ses premiers pas, avec le concours du Cetim, puis de Matra Electronique. Aujourd'hui, nous disposons d'un prototype potentiellement implantable chez l'homme, dont les composants ont déjà été soumis à des tests sur bancs d'essais équivalents à plusieurs années de fonctionnement. Nous espérons, avec l'accord de l'AFSSAPS, débuter en France puis à l'étranger les essais cliniques chez l'homme d'ici deux à trois ans », explique le Professeur Alain Carpentier.

Vers les premiers essais pré-cliniques

Les essais préliminaires de ce cœur artificiel effectués chez l'animal et en laboratoire, ainsi que les simulations numériques, ont suscité l'intérêt de la communauté médicale française et internationale, ainsi que des autorités de santé. Le dynamisme et la compétence de l'équipe médicale et technique, formée autour du professeur Carpentier et de son équipe de l'hôpital Georges Pompidou, ont convaincu les financiers.

Aujourd'hui, le prototype de cœur artificiel de Carmat est breveté et est au stade des essais pré-cliniques. Il respecte les critères de biocompatibilité avec le corps humain. Ses fonctionnalités sont similaires à celles d'un cœur naturel, tant au plan anatomique qu'au plan physiologique, avec notamment une régulation automatique des débits et fréquences cardiaques en fonction des besoins physiologiques du patient, tel que l'effort physique. Le prototype de Carmat sera évalué, après accord de l'AFSSAPS, initialement chez des malades ne pouvant bénéficier d'autre thérapeutique et au pronostic vital engagé, puis, selon les résultats des essais cliniques initiaux, sera évalué chez des patients de meilleur pronostic.

L'industrialisation se met en place

Une équipe d'une dizaine d'ingénieurs, de chercheurs et de techniciens, dirigée par Patrick Coulombier et son adjoint Marc Grimmé, vient de rejoindre Carmat pour débuter la phase industrielle. Leur principale tâche sera d'alléger le prototype actuel qui pèse quand même 1,2 kg, soit quatre fois le poids d'un cœur humain. Une version de 900 g devrait bientôt voir le jour.

La société prévoit aussi de compléter son équipe de management et de R&D dans les mois qui viennent. La PME s'installe dans la région parisienne et travaillera avec de nombreux sous-traitants, français pour la plupart.


Le Professeur Alain Carpentier, membre de l'Académie des Sciences, a déjà reçu en 2007 le Prix Albert Lasker de recherche médicale qui couronne ses deux principales contributions, que sont l'invention des bio-prothèses valvulaires (valves Carpentier-Edwards) et la mise au point de techniques de chirurgie plastique et reconstructrice des valves cardiaques, dont bénéficient chaque année plusieurs centaines de milliers de malades dans le monde.

Ce cœur artificiel est le plus en pointe au plan mondial. Il ouvre la voie aux bioprothèses complexes à régulation physiologique autonome, un très grand champ de la médecine interventionnelle de demain.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.truffle.com 


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Fil d'Intelligence Technologique

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

La start-up Spinofrin, co-créée par des chercheurs du CNRS et de l’institut Franco-allemand de Saint-Louis, a mis[…]

[Infographie] L'impression 3D pour reconstituer des organes !

Dossiers

[Infographie] L'impression 3D pour reconstituer des organes !

[Vidéo] Ce robot souple est...comestible !

[Vidéo] Ce robot souple est...comestible !

Les imprimantes à ADN du jeune Français distingué par le MIT

Les imprimantes à ADN du jeune Français distingué par le MIT

Plus d'articles