Nous suivre Industrie Techno

Carl Bass, Autodesk: Spark, pour « tenir la promesse de l'impression 3D à partir de tous types de données »

Jean-François Preveraud
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Carl Bass, Autodesk: Spark, pour « tenir la promesse de l'impression 3D à partir de tous types de données »

Carl Bass, président & CEO d’Autodesk

© DR

Nous avons rencontré Carl Bass, president & CEO d’Autodesk, lors de son passage éclair à Paris pour l’inauguration de la galerie Autodesk. Il avait apporté l’imprimante 3D que l’entreprise entend lancer en 2015. L’occasion de faire le point avec lui sur l’impression 3D et l’initiative Spark.

 

 

 

 

 

 

Industrie & Technologies : Quel est l’intérêt d’Autodesk en créant la plate-forme Spark ?
Carl Bass : « Il s’agit de proposer enfin à la communauté des utilisateurs potentiels de l’impression 3D une solution qui tienne la promesse qui a été faite de faire dialoguer simplement et correctement les données 3D, les imprimantes 3D et les matériaux utilisés. »

I&T : Mais c’est ce que prétendent déjà tous les fournisseurs ?
CB : « Avez-vous utilisé leurs outils ? Est-ce réellement le cas ? C’est un bon début mais il faut optimiser les expériences proposées et surtout les rendre universelles, car elles sont trop propriétaires. Il n’y a pas pour le moment de plate-forme qui autorise facilement l’usage de n’importe quelles données avec n’importe quelle imprimante et n’importe quel matériau ».

I&T : Une sorte d’Open Source autour de l’impression 3D ?
CB : « Exactement, grâce à cette plate-forme on pourra facilement modifier les logiciels de préparations de données 3D proposés, on pourra adapter facilement la structure des imprimantes pour répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs, enfin on publiera les spécifications des matériaux utilisés afin que les utilisateurs ne soient plus dépendants des fournisseurs d’imprimantes pour s’approvisionner. Personne n’a encore été jusque là. Ce sera aussi une bonne plate-forme d’expérimentation pour les fournisseurs qui pourront ainsi proposer de meilleurs produits ».

I&T : L’objectif est donc de rendre l’impression 3D aussi simple que l’impression 2D ?
CB : « Tout à fait. Aujourd’hui, si j’ai deux imprimantes 3D différentes, il me faut deux logiciels différents pour traiter les données et piloter les imprimantes. Si j’ai 5 imprimantes différentes, il faut 5 logiciels. Il faut arriver à un niveau où le logiciel de l’imprimante travaillera automatiquement avec n’importe quel type de données. Il faut que les utilisateurs passent plus de temps à innover qu’à réfléchir à comment imprimer en 3D ! »
« Il y a aujourd’hui plus de 275 sociétés dans le monde qui proposent des imprimantes 3D qui ont chacune développé leur propre logiciel de traitement et de manipulation des modèles 3D qui leur sont proposés. Il faut unifier cela. C’est l’objectif de Spark ».

I&T : Peut-on envisager une démarche similaire à Spark dans d’autres secteurs hétérogènes, comme le manufacturing par exemple ?
CB : « Il y a déjà beaucoup à faire dans l’impression 3D et n’est-ce pas déjà une forme de manufacturing ? D’autant plus que le manufacturing est un secteur très professionnel où les utilisateurs connaissent parfaitement leurs machines-outils à commande numérique ou leurs robots et savent les faire dialoguer correctement avec les outils de CFAO. C’est donc une histoire différente. Je pense que dans ce secteur ce qu’il faudrait avant tout, ce sont des MOCN ou des robots ‘‘low cost’’ ».

Propos recueillis par Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.autodesk.com/spark

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles