Nous suivre Industrie Techno

Caractérisations des rayonnements électromagnétiques

Ridha Loukil
L'école de Gif-sur-Yvette a développé des méthodes et des outils pour la mesure des émissions radio des antennes et des téléphones mobiles.

Le partenariat entre Bouygues Telecom et Supélec à Gif-sur-Yvette (Essonne) a commencé par un besoin de formation en radiocommunication du personnel de l'opérateur lors de son lancement dans la téléphonie mobile. Il s'est ensuite étendu à la R&D dont les axes sont définis par un accord-cadre de trois ou quatre ans.

La collaboration porte sur la caractérisation des rayonnements électromagnétiques des téléphones mobiles et des antennes des stations de base. Pour les terminaux, Bouygues Telecom a besoin de connaître le débit d'absorption spécifique (DAS), un indicateur du niveau des rayonnements du portable absorbés par l'utilisateur. Le département d'électromagnétisme de Supélec a développé une méthode qui améliore la sensibilité et la rapidité des mesures. Elle est utilisée pour dégrossir le problème, limitant ainsi la méthode normative aux seules situations les plus défavorables. L'école cherche à la faire maintenant reconnaître comme une norme. Le département a aussi mis au point un système portable de mesure en temps réel du DAS d'un téléphone mobile. Un concept que la PME française Antennessa projette d'industrialiser.

Quatre brevets en cours de valorisation

Côté antennes de stations de base, l'opérateur cherche à connaître le diagramme des rayonnements et le périmètre de sécurité. Pour cela, l'école a développé une technique originale dite de champs proches. Elle permet une caractérisation complète en une heure et demi, au lieu de plusieurs heures avec les techniques traditionnelles. Le principe consiste à effectuer des mesures restreintes dans une chambre anéchoïde et de déduire les autres mesures par calcul. Le logiciel de calcul a été développé dans le cadre d'une convention Cifre avec l'entreprise. Pour le test in situ du niveau des rayonnements des antennes, l'école a également mis au point un système portable d'analyse spectrale selon le protocole de l'Agence nationale des fréquences. Deux licences de ce système ont été concédées aux cabinets d'expertises Apave et CSTB.

Ce partenariat a donné lieu au dépôt de quatre brevets en cours de valorisation. Avec le soutien du Conseil général de l'Essonne et du Conseil régional d'Ile-de-France, il a permis à l'école de se doter d'une plate-forme de test de 2 millions d'euros, la plus importante en Europe et peut-être dans le monde.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies