Nous suivre Industrie Techno

Capteurs d'images - Un seul pixel pour les trois couleurs !

Rédaction Industries et Techniques
Quand il en fallait trois, un seul suffit aujourd'hui : les pixels du capteur X3 sont réceptifs à la fois au rouge, au vert et au bleu.
Une petite société américaine, Foveon, est à l'origine d'une grande innovation : le « pixel multicolore ». Jusqu'à présent, dans un capteur d'appareil photo ou de caméra vidéo numérique, chaque pixel était sensibilisé, au moyen d'un filtre, à une couleur unique. Un pixel rouge ne pouvait donc être sensible au vert, ni un pixel bleu au rouge.

Avec le capteur X3, Foveon a trouvé le moyen de rendre chaque pixel réceptif à la fois au rouge, au vert et au bleu. Une première. Comment ? Tout simplement en superposant les pixels (au lieu de les juxtaposer à la surface du capteur) et en profitant du fait qu'une onde lumineuse rentrera plus ou moins profondément dans l'épaisseur du silicium selon sa couleur.

Dans ce capteur, le bleu est en fait absorbé par la première couche photosensible, le vert par la deuxième et le rouge par la troisième. En mesurant le signal reçu à chacun de ces trois niveaux (d'où l'appellation X3), il devient possible de déterminer la proportion de bleu, de vert et de rouge à laquelle chaque pixel est exposé. En cela, ce capteur fonctionne tout simplement à la manière d'une banale émulsion photographique.

Résultat : un capteur X3 de 1 million de pixels procure une image aussi bonne que celle d'un capteur classique de 2 à 3 millions de pixels. «Il devrait aussi coûter cinq fois moins cher et réclamer moins de puissance de traitement d'image », a déclaré Brian Halla, président de National Semiconductor, société actionnaire de Foveon et fondeur du circuit.

Avec l'appareil photo SD9 SLR, qui vient d'être présenté aux États-Unis, Sigma est la première société à mettre en œuvre ce composant. Selon la presse américaine, d'autres fabricants devraient rapidement lui emboîter le pas. La commercialisation des premiers appareils est prévue pour Noël 2002, à un prix public de 300 à 400 dollars.
Jean-Charles Guézel.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Ce chercheur CNRS travaille depuis plus de vingt ans sur l’épitaxie par jets moléculaires de nitrure de gallium sur silicium.[…]

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Plus d'articles