Nous suivre Industrie Techno

Cap sur les matériaux hautes performances

Propos recueillis par Michel Le Toullec
- Nommé en juin dernier à la tête de la R&D de Saint-Gobain, Didier Roux en détaille les grands axes. Cette entreprise, bien connue pour son métier le plus traditionnel - le verre -, est de plus en plus présente dans les matériaux hautes performances. La variété des marchés s'en ressent puisque le groupe propose des solutions pour l'énergie, l'électronique, la filtration ou même la santé.

Industrie et Technologies : Saint-Gobain annonce une augmentation de 10 % par an de ses investissements de R&D à partir de 2005. En tant que nouveau directeur de ce secteur, quels seront les axes de votre stratégie ?

Didier Roux : Saint-Gobain réalise 18 % de son chiffre d'affaires grâce à des produits nouveaux. La R&D est donc un facteur important de la croissance du groupe. Qu'il s'agisse de notre activité traditionnelle, à savoir le verre, ou du pôle matériaux hautes performances, dédié aux céramiques, aux abrasifs et aux polymères fluorés, nous mettons toujours l'accent sur le couplage entre matériaux et procédés. En termes d'organisation, les différents centres de R&D de Saint-Gobain se sont développés autour de métiers : le verre en France, les abrasifs aux États-Unis... Tout en maintenant ces unités liées aux métiers à proximité des usines de production, nous développons des pôles transversaux de recherche dans des zones géographiques à fort développement : l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie.

I. T. : Où en est ce programme ?

D. R. : Pour l'Europe, il s'agit de Saint-Gobain Recherche à Aubervilliers [Seine-Saint-Denis] et du Centre de recherches et d'études européen [CREE], inauguré en 2002 à Cavaillon [Vaucluse]. Le pôle américain est celui de Northboro [Massachusetts], issu de l'acquisition de Norton en 1990. Le pôle transversal en Asie va être développé en Chine, à Shanghaï, où nous venons d'inaugurer un centre de R&D.

L'autre axe important de notre stratégie consiste à renforcer nos recherches en partenariat : nous participons à plus de vingt projets de ce type. Par ailleurs, nous venons d'ouvrir, en mai dernier, notre deuxième unité mixte de recherche avec le CNRS, à Cavaillon, dédiée aux céramiques hautes performances. Notre première unité mixte de recherche avec le CNRS, à Aubervilliers, est quant à elle consacrée aux technologies verrières.

I. T. : Quelles sont justement vos travaux dans le domaine du verre ?

D. R. : Nos développements pour le marché du vitrage portent, en général, sur l'addition d'une fonction supplémentaire au verre : par exemple, le verre autonettoyant. Nous participons à plusieurs programmes européens sur ce thème. Le projet Self-Cleaning Glass, auquel participent notamment le CNRS, le CEA et Pilkington, est consacré aux revêtements nanostructrurés autonettoyants. Le programme Photocoat porte sur l'utilisation de films photocatalytiques semi-conducteurs.

Par ailleurs, nous avons déposé des brevets sur des verres à surface hydrophobe, notamment pour les pare-brise d'automobiles. Saint-Gobain travaille aussi les verres électrochromes, utilisés pour l'instant dans l'automobile de luxe. Nous venons d'ailleurs d'obtenir le prix de l'innovation de Ferrari. Ce type de verre intéresse aussi le BTP, à condition d'en réduire les coûts et d'augmenter les dimensions. Pour le secteur de l'énergie, nous développons du verre photovoltaïque à haut niveau de transmissions énergétique et lumineuse.

I. T. : Quels sont les principaux thèmes de recherche sur les matériaux hautes performances, au CREE.

D. R. : L'une des vocations du CREE est d'étudier les céramiques comme le carbure de silicium, le nitrure de bore... Et ce, depuis leur synthèse jusqu'à leur procédé de mise en forme et l'amélioration de leurs propriétés. Nos chercheurs ont ainsi conçu des filtres à particules pour moteurs Diesel, capables de filtrer 99,9 % des particules émises. Ils sont allés jusqu'à la mise au point de la structure du bloc filtrant, dont plusieurs ont été brevetées. Cette équipe travaille aussi sur l'amélioration de la durée de vie de ces filtres.

Autre exemple : le nitrure de bore est étudié au CREE pour le refroidissement des puces de microprocesseurs. Enfin, des travaux y sont menés en partenariat avec le centre de Northboro sur les céramiques et abrasifs industriels.

I. T. : L'activité de Saint-Gobain dans les polymères est sans doute la moins connue. Quelles recherches sont menées sur ces matériaux ?

D. R. : Nous développons aux États-Unis toute une filière liée aux polymères fluorés. Des toiles pour le BTP sont conçues en exploitant les propriétés hydrophobes du matériau. D'autres travaux portent sur des films multicouches en fluoropolymères pour des marchés exigeants. Pour les cellules photovoltaïques, de tels films apportent leurs propriétés diélectriques. D'autres films visent le domaine des circuits imprimés souples en raison de leurs propriétés anti-adhérentes. D'autres marchés sont concernés comme des vêtements de protection ou des pièces très spécifiques pour l'alimentaire et la santé.

I. T. : La santé est d'ailleurs présentée par Saint-Gobain comme l'un des axes de développement pour les années à venir.

D. R. : En effet, nous concevons des produits intervenant dans des dispositifs médicaux : plastiques, scintillateurs... Nous sommes aussi préoccupés par les impacts sur l'environnement et la santé des produits industriels. Par exemple, dans le domaine de l'isolation, nous développons des verres biosolubles.

LES CHIFFRES CLÉSLa R&D chez Saint-Gobain

- 3 000 chercheurs - 350 millions d'euros de budget annuel de R&D - 250 dépôts de nouveaux brevets chaque année - 100 unités de développement dans le monde - Une vingtaine de centres techniques

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0871

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RECTIFICATIF

Focus

RECTIFICATIF

Des roulements à billes lissesContrairement à ce que nous avions indiqué dans notre guide d'achat de février 2009, les billes de roulement E2, de la[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
INFORMATIQUE

Focus

INFORMATIQUE

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

Innover pour réduire les coûts

Innover pour réduire les coûts

Plus d'articles