Nous suivre Industrie Techno

CAO-Electronique : Mentor Graphics numéro Un en Europe

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
CAO-Electronique : Mentor Graphics numéro Un en Europe

Wally rhines, un CEO heureux

© DR

Rencontre avec les dirigeants de Mentor Graphics pour faire un point sur le marché de la conception en électronique et son évolution.

J’ai rencontré cette semaine Wally Rhines, CEO & Chairman, et Hanns Windele, vice-president pour l’Europe et l’inde de Mentor Graphic, lors de leur bref passage à Paris pour un événement clients.

« Les trois leaders historiques du secteur de la CAO-Electronique représentent 75 % du marché et sont en place depuis plus de 20 ans. Mais c’est Mentor Graphics qui y a connu la plus belle progression, passant de moins de 15 % à plus de 22 % de part de marché, dans un marché quasiment stable », affirme Wally Rhines. « Pourquoi, parce que nous sommes fondamentalement différents de nos concurrents généralistes, car nous nous focalisons sur un certain nombre de segments où nous sommes, ou voulons être, les premiers, et nous sommes aussi très moteurs dans le développement de standards ouverts permettant aux utilisateurs de travailler avec des outils hétérogènes ».

De fait, cela va à l’encontre de la stratégie des généralistes qui veulent être présents sur tous les segments du marché avec leurs propres outils, afin de proposer un flot de conception unifié, mais propriétaire, à leurs clients, qui se retrouvent de fait enfermé dans un système dont il est difficile de sortir.

La crise de fin 2008 a été un révélateur. « L’année 2009 a été très difficile pour notre industrie avec une baisse globale du marché de 14 %. Mais alors que Magma a vu sont chiffre d’affaires baisser de 27 %, Cadence Design Systems de 18 % et Synopsys de 1 %, Mentor Graphics a réussi à enregistrer une croissance de 2 %. Les segments de marché sur lesquels nous nous focalisons ont été moins touchés par la récession ». Cela a permis à Mentor de devenir le numéro 2 du marché derrière Synopsys en termes de chiffre d’affaires lié à la vente des licences et de la maintenance associée, profitant de l’effondrement des ventes de Cadence.

Un redémarrage évident

Contrairement aux crises précédentes de l’industrie électronique, comme par exemple celle de 2000/2001 due à l’explosion de la bulle internet, la crise de 2008/2009 n’était pas due à une surcapacité de cette industrie. Ce qui a permis un redémarrage plus rapide. Et force est de constater que le nombre de m² de silicum produits par trimestre a aujourd’hui légèrement dépassé celui de l’été 2008.

Cela se traduit pour Mentor par une nouvelle croissance de l’ordre de 2 % sur l’année en cours et un doublement des prises de commandes qui atteignent +5 %. De fait, Wally Rhines table sur un chiffre d’affaires total de l’ordre de 820 millions de dollars, pour 2010. « Nous enregistrons même une croissance de 45 % pour le renouvellement des contrats de licence triennaux par nos 10 principaux clients. Cela veut dire que ces industriels tablent sur des besoins croissants de licences de logiciel pour les trois ans à venir. Une bonne nouvelle pour notre industrie ». Il attribue cela à la montée en puissance de secteurs tels l’automobile ou l’aéronautique, où les besoins de développer et de simuler virtuellement l’électronique embarquée prennent le pas sur le prototypage physique. Chez Mentor le chiffre d’affaires lié au secteur des transports double chaque année et la prise de commandes a triplé cette année.

Les secteurs clé de cette reprise des investissements sont la conception au niveau système, la conception en vue de la fabrication (Design for Manufacturing – DFM), ainsi qu’en émulation. Autre secteur en forte croissance les activités nouvelles telles le câblage ou le logiciel embarqué.

Le futur de la CAO-Electronique passe par les start-up

Si l’on regarde un passé récent, nombre d’éditeurs de taille intermédiaire ont disparu (Varisity, Synplicity, CoWare, Sierra Design Automation…) et l’on se retrouve avec un marché à trois leaders et une myriade de start-up aux technologies très pointues. « C’est une situation que l’on connait pratiquement depuis le début des années 80, même si l’on a effectivement eu une période où il existait un certain nombre de compagnies intermédiaires avec des chiffres d’affaires de 100 à 200 M$. Et la consolidation se faisait par l’acquisition des start-up aux technologies les plus prometteuses par les leaders. Avec une constante, le chiffre d’affaires des trois leaders représente toujours 75 % du marché ».

De fait, 20 à 25 start-up apparaissent chaque année en CAO-Electronique et une dizaine disparaissent. Les survivantes continuent ou sont acquises par les leaders. « C’est une bonne dynamique car les bonnes idées viennent souvent des start-up. Et leur acquisition par les leaders permet à des technologies novatrices de s’imposer en les crédibilisant auprès des grands comptes. C’est aussi un bon moteur pour nous, car sans l’acquisition de ces start-up, j’estime que sur les 10 dernières années la part de marché des trois leaders serait passée de 75 à 50 % ».

Une situation que Mentor a bien comprise. Il a d’ailleurs continué à faire des acquisitions durant la dernière crise, pas moins de huit dont les plus emblématiques sont Valor Computerized Systems, Logic Vision ou Embedded Alley. Alors que ses concurrents se sont abstenus et qu’ils essayent maintenant de reprendre le rythme, mais avec des prix qui grimpent au fur et à mesure de l’embellie.

La course en tête en Europe

Hanns Windele, vice-president pour l’Europe et l’inde de Mentor Graphic, a ensuite présenté une vue plus européenne de la situation. « Si le marché mondial de la CAO-Electronique a connu une récession de 10 % en 2008/2009, les experts tablent sur un redressement de 15 % pour 2009/2010. En Europe, la crise a été plus forte, -23 %, et la reprise sera moins marquée, +9 %. Globalement Mentor s’en sort mieux que ses concurrents, ce qui nous permet de dépasser Cadence et de passer de la deuxième position sur le marché européen à la première avec 34 % de parts de marché, alors que Cadence et Synopsys font jeu égal à 32 %. Si l’on regarde sur la dernière décade le podium Cadence, Mentor, Synopsys est devenu Mentor, Synopsys, Cadence ». Ce qui est vrai, mais avec des différences de chiffre d’affaires beaucoup moins marquées. 


                                   

                                             Hanns Windele


Une remontée dans le classement que Hanns Windele attribue à la forte présence de Mentor dans la conception au niveau système, très développée en Europe. Autre domaine de prédilection de Mentor en Europe, la conception des circuits imprimés où il représente 61 % du marché contre 47 % au niveau mondial. Si l’on regarde dans le détail Mentor à une part de marché : de 42 % en routage ; 73 % en DFM ; 39 % en intégrité du signal ; 91 % en simulation thermique. « Cela n’est pas dû au hasard, nous avons fait une douzaine d’acquisition dans le secteur sur les 10 dernières années et nous investissons deux fois plus dans le domaine du PCB que notre plus proche concurrent, soit environ 75 M$, 30 % du chiffre d’affaires de cette activité ».

Il faut ajouter à cela une politique de partenariats forts autour de technologies spécifiques, tel celui initialisé avec Agilent dans le domaine des hyperfréquences, et une volonté de couvrir l’ensemble du spectre depuis l’entrée de gamme avec Expedition Enterprise, jusqu’aux outils de simulation les plus sophistiqués pour les circuits complexes et rapides.

« Il faut aussi noter que l’effort que nous avons fait auprès de l’industrie automobile depuis 5 à 6 ans, commence à porter ses fruits, à l’image de ce qui se passe avec PSA en France ». La part de l’industrie automobile est actuellement inférieure à 15 % dans le chiffre d’affaires, mais le taux de croissance de ce segment frise les 20 %.

Hanns Windele espère aussi que le besoin de gérer au mieux l’énergie dans les véhicules, voire de les faire utiliser des énergies au potentiel énergétique plus faible tel l’électricité embarquée, va accroitre les besoins en systèmes de contrôle électronique de la distribution de l’énergie. « Si l’on ajoute à cela les besoins en termes de sécurité et de confort, la part de l’électronique ne peut que croitre rapidement. Par contre, force est de constater que l’électronique devient une source de panne importante dans les véhicules, d’où un besoin renforcé pour des outils de conception et de simulation performants ».

« L’industrie automobile est très conservative. Les outils qu’elle utilise en matière d’électronique, ne sont probablement pas à la hauteur des défis qu’elle doit relever. Certes, la voiture électrique va les obliger à revoir leur copie et à accélérer leurs investissements. Mais ils vont aussi être obligés de développer des moteurs thermiques moins polluants utilisant des systèmes électroniques de pilotage plus sophistiqués ».

Bref, une belle perspective pour Mentor.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.mentor.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle, suit depuis plus de 29 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il a été à l’origine de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles