Nous suivre Industrie Techno

Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

Alexandre Couto
Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

The United States have unveiled the world's fastest supercomputer. The U.S. Department of Energy’s Oak Ridge National Laboratory in Tennessee debuted Summit Friday (8 June) as the world’s most powerful and smartest scientific supercomputer. With a peak performance of 200,000 trillion calculations per second—or 200 petaflops, Summit will be eight times more powerful than ORNL’s previous top-ranked system, Titan. For certain scientific applications, Summit will also be capable of more than three billion billion mixed precision calculations per second, or 3.3 exaops. Summit will provide unprecedented computing power for research in energy, advanced materials and artificial intelligence (AI), among other domains, enabling scientific discoveries that were previously impractical or impossible. “Today’s launch of the Summit supercomputer demonstrates the strength of American leadership in scientific innovation and technology development. It’s going to have a profound impact in energy research, scientific discovery, economic competitiveness and national security,” said Secretary of Energy Rick Perry. “I am truly excited by the potential of Summit, as it moves the nation one step closer to the goal of delivering an exascale supercomputing system by 2021. Summit will empower scientists to address a wide range of new challenges, accelerate discovery, spur innovation and above all, benefit the American people.” The IBM AC922 system consists of 4,608 compute servers, each containing two 22-core IBM Power9 processors and six NVIDIA Tesla V100 graphics processing unit accelerators, interconnected with dual-rail Mellanox EDR 100Gb/s InfiniBand. Summit also possesses more than 10 petabytes of memory paired with fast, high-bandwidth pathways for efficient data movement. The combination of cutting-edge hardware and robust data subsystems marks an evolution of the hybrid CPU–GPU architecture successfully pione

© Cover Images

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié notre dossier sur les promesses de l'essor du calcul intensif dans la simulation. Vous avez également aimé nos articles sur les trophées de l'innovation sur le salon 3D Print et le procédé DMX de l'IFPEN visant à collecter le CO2 chez ArcelorMittal.

La simulation repousse ses frontières

Les projets visant à doper les capacités de calcul se multiplient des deux côtés de l’Atlantique. La prise de conscience est générale : le calcul intensif est un enjeu stratégique. Dans leur supplément Simulation, Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle explorent les innovations apportées par la course à l’exascale, le calcul quantique et l’intelligence artificielle.

3D Print récompense l’innovation technique

Pour sa sixième édition, qui s’est tenue du 4 au 6 juin, le salon 3D Print a choisi de mettre à l’honneur les avancées techniques dans le domaine de la fabrication additive. Le trophée de l'innovation a été remis à la société Inetyx pour son système d'impression 3D métal avec usinage en simultané.

L’IFPEN va capter le CO2 d’ArcelorMittal

Le procédé DMX de captage du dioxyde de carbone CO2, né dans les labos de l’IFPEN, va faire ses preuves sur les hauts fourneaux d’ArcelorMittal à Dunkerque. Installé le 28 mai, il devrait réduire significativement les coûts de captage.

Cobot ++ se dévoile à l’IRT Jules Verne

Airbus a fait appel à l’IRT Jules Verne, à Nantes, pour développer un robot collaboratif capable de soulever des charges de plus de 40 kg. Il comportera deux bras robotisés, qui ont été exposés le 23 mai dernier, lors des « Innovation Days » de l'institut de recherche technologique. Un prototype fonctionnel, capable de lever de lourdes pièces d'avion, sera bientôt testé.

Trois alunisseurs robotiques sélectionnés par la NASA

L'agence spatiale américaine a dévoilé les trois partenaires privés qui mèneront les expérimentations technologiques et scientifiques des premiers robots de son programme lunaire. Le premier appareil devrait alunir dans la mer des Pluies en septembre 2020.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

[Bourget] Coup d'envoi pour la constellation de nanosatellites de Kinéis

[Bourget] Coup d'envoi pour la constellation de nanosatellites de Kinéis

[Bourget] Airbus et Comat signent un partenariat R&D de long terme dans le spatial

[Bourget] Airbus et Comat signent un partenariat R&D de long terme dans le spatial

La nacelle du Stratobus de Thales Alenia Space est validée par le CNIM

La nacelle du Stratobus de Thales Alenia Space est validée par le CNIM

Plus d'articles