Nous suivre Industrie Techno

Calcul haute performance : Teratec au cœur de l’écosystème

Calcul haute performance : Teratec au cœur de l’écosystème

Le TGCC qui dispose d'une puissance de calcul de 2 PFlops, abrite entre autre la machine Curie

© JF Prevéraud

L’association Teratec qui regroupe les forces vives du calcul intensif et de la simulation numérique en France se développe tous azimuts. Son objectif étant de devenir la référence européenne du domaine. Hervé Mouren son président nous explique sa démarche.

A quelques semaines du Forum Teratec, nous avons rencontré Hervé Mouren, directeur de l’association Teratec, pour faire le point sur le marché du calcul hautes performances en termes d’applications.

« Le calcul hautes performances (HPC) et la simulation numérique à hautes performances sont essentiels pour la science, mais également dans tous les domaines de l’industrie et pour toutes les tailles d’entreprise. Ce sont des facteurs stratégiques de compétitivité et d'innovation dans la plupart des secteurs de l'économie ». De fait, l'industrie a besoin de puissance de calcul importante pour la conception de systèmes toujours plus complexes et pour accélérer le développement de produits innovants. De son côté, la recherche s'appuie de plus en plus sur la simulation pour créer de nouvelles connaissances. « Le HPC est donc un élément clé de notre compétitivité et notre capacité d’innovation », estime Hervé Mouren.

C’est en partageant ce constat que des industriels de l’énergie et de l’ingénierie se sont regroupés il y a 8 ans pour créer l’association Teratec. On y retrouvait le CEA, EADS, EDF, Dassault Aviation, PSA, Renault, Total… pour qui ces technologies étaient critiques. Le CEA, qui possédait une certaine avance dans le domaine de la simulation, a décidé d’ouvrir une partie de son savoir-faire et d’en faire profiter les industriels français au sein de cette initiative. Depuis d’autres secteurs se sont ouverts au HPC notamment dans les domaines des sciences du vivant (médecine, pharmacie, biotechnologies…), des services (finance, transports, télécommunications…) et des média (animation, cinéma, vidéo…).

« La logique de Teratec est de regrouper autour d’un noyau de grands industriels avancés, des fournisseurs de technologies matérielles et logicielles, ainsi que des centres de recherche, afin de définir et de traiter des problématiques proposées par le monde industriel, qui fournit alors des financements et des moyens humains. Teratec et ses membres participent ainsi à une vingtaine de projets de R&D du Pôle de compétitivité Systematic, de l’ANR et d’ITEA2. L’objectif de ces programmes de recherche collaboratifs étant la mise au point et la maîtrise de nouvelles technologies en vue de leur diffusion dans l’industrie. »

Une diffusion qui sera d’autant plus facile que la barrière de l’investissement matériel et logiciel est en train de sauter, grâce à la mise à disposition de puissance informatique mutualisée à travers le cloud computing et de la disponibilité croissante de logiciels en mode Software as a Service (SAS). « Il reste maintenant à fournir de l’expertise aux PME pour qu’elles puissent utiliser de manière optimum ces nouveaux outils. » Ce qui passe par de la formation. C’est pourquoi Teratec participe à un Master informatique haute performance Simulation (MIHPS) et à un Mastère spécialisé en Modélisation et simulation à hautes performances (MSHP).

Cette approche globale se matérialise depuis peu avec l’ouverture du Campus Teratec qui est contigu au très grand centre de calcul (TGCC) de 2 PFlops hébergé sur le site du CEA de Bruyère-le-Châtel (91). Cet écosystème physique de 15 000 m² regroupera à terme un millier de personnes dédiées au HPC et à la simulation numérique. Outre des laboratoires de recherche collaboratifs Industrie & recherche, on retrouve sur ce campus tous les acteurs de la chaine du HPC (composants, systèmes, logiciels de base, logiciels applicatifs, prestataires de services, formation…). En tout, plus d’une cinquantaine de partenaires.

Notons que Teratec et ses membres ont été fortement impliqués dans la création de l’IRT SystemX dédié à l’ingénierie numérique des systèmes du futur, dont 4 des laboratoires dédiés à des projets HPC seront hébergés sur le campus Teratec. L’association est aussi partie prenante dans le lancement de la plate-forme technologique européenne du calcul haute performance ETP4HPC. Enfin, Teratec est aussi impliqué dans le lancement en 2013 de la plate-forme de services de calcul intensif en mode cloud sécurisé Numinov. « Nous travaillons aussi sur la mise en place de 4 plates-formes de service pour l’ingénierie, le multimédia, la santé et l’agriculture », confie Hervé Mouren.

L’association pour donner encore plus de visibilité à ses actions organise maintenant depuis 8 ans le Forum Teratec, qui permet de médiatiser largement auprès de nombreuses entreprises, notamment des PME, les enjeux technologiques et économiques du calcul intensif et de la simulation, via des présentations académiques et des retours d’expérience d’entreprises. Un Forum qui se tiendra cette année les 25 et 26 juin à l’Ecole Polytechnique à Palaiseau (91).

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.teratec.eu

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles