Nous suivre Industrie Techno

Bull fournira un supercalculateur pétaflopique dans le cadre d’Iter

Bull fournira un supercalculateur pétaflopique dans le cadre d’Iter

Chaque lame bullx série B intégre 2 processeurs Intel Xeon

© DR

Dans le cadre du programme dit de l'Approche Elargie associée à Iter, Bull va fournir et installer au Japon un supercalculateur d’une puissance crête de près de 1,3 pétaflops. Il participera à la recherche internationale sur la fusion nucléaire contrôlée.

Le CEA, mandaté par agence européenne pour la construction d'Iter et l'Approche Elargie (F4E - Fusion For Energy), sélectionne Bull pour équiper et assurer la maintenance, ainsi que l'exploitation, du futur centre de calcul qui sera installé à Rokkasho (Japon), au sein de l'International Fusion Energy Research Center (IFERC).

Destiné à permettre les modélisations et simulations les plus avancées dans le domaine des plasmas et des matériaux pour la fusion contrôlée, cet équipement sera mis à la disposition des chercheurs européens et japonais pour une période de 5 ans, à partir de janvier 2012.

Ce centre de calcul est une des composantes de l'Approche Elargie, programme de recherche, complémentaire du programme Iter, engagé en novembre 2006 dans le cadre d'une coopération réunissant le Japon et l'Europe. F4E coordonne la contribution européenne à l'Approche Elargie et la Japan Atomic Energy Agency (JAEA) la contribution japonaise.

Une puissance pétaflopique

Ce nouveau supercalculateur est conçu pour être opérationnel 24h/24. Sa puissance crête de près de 1,3 pétaflops le place parmi les plus puissants systèmes au monde. C’est aussi le troisième supercalculateur développé par Bull à dépasser le pétaflops.

Pour la partie calcul, il réunit au sein d'une architecture "cluster" 4 410 lames bullx série B intégrant 8 820 processeurs Intel Xeon de type "Sandy Bridge" et 70 560 cœurs. Le supercalculateur est doté d'une mémoire de plus de 280 téraoctets et d'un système de stockage à haut débit de plus de 5,7 pétaoctets complété par un système de stockage secondaire prévu pour supporter 50 pétaoctets. Le réseau d'interconnexion du cluster repose sur la technologie InfiniBand.

Venant compléter la partie calcul, 36 systèmes bullx série S et 38 systèmes bullx série R sont destinés aux opérations d'administration du cluster, ainsi qu’à la gestion des systèmes de fichiers Lustre et à l'accès aux utilisateurs. Bull fournira également 32 systèmes bullx série R incluant des cartes graphiques hautes performances pour le pré/post traitement et la visualisation.

Le supercalculateur sera équipé de bullx supercomputer suite advanced edition, la suite logicielle développée et optimisée par Bull pour les systèmes de classe pétaflopique basée sur le système d'exploitation Linux et intégrant de nombreux composants Open Source.

Un volet services

Ce contrat comporte aussi un volet services. Bull a la responsabilité de la conception et de la réalisation des infrastructures électriques et de refroidissement liquide au sein des salles de calcul. Il assurera également l'installation, la maintenance et l'exploitation du supercalculateur et des équipements périphériques pour une durée de 5 ans. Il s'appuiera, pour l'ensemble de ces prestations, sur les compétences de son partenaire local SGI Japan. L'installation du supercalculateur à Rokkasho commencera en juin de cette année.

Le pilotage opérationnel du centre de calcul sera assuré sur place par un directeur CEA assisté d'un adjoint JAEA. L’agence japonaise contribuera aussi au projet en fournissant et gérant une partie des infrastructures nécessaires à l'accueil du supercalculateur, ainsi que le soutien local aux utilisateurs et programmeurs.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://fusionforenergy.europa.eu/
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Avis d'expert

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Comment des hackers parviennent-ils à s’infiltrer dans les systèmes d’opération des centrales[…]

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Plus d'articles