Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Build 2014 : Microsoft frappe fort sur le mobile et veut des applications universelles

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Build 2014 : Microsoft frappe fort sur le mobile et veut des applications universelles

© Microsoft

En cette période de transition, Microsoft est plus que jamais attendu au tournant. Notamment en ce qui concerne son système d'exploitation mobile, dont la pénétration sur le marché global reste limitée. L'ouverture à San Fransisco  de la conférence Build, dédiée aux développeurs d'applications, le 2 avril, a été l'occasion pour l'éditeur de faire plusieurs annonces importantes.

La conférence Build de Microsoft, à destination des développeurs, se déroule cette année du 2 au 4 avril à San Francisco. La présentation accompagnant l'ouverture de cette première conférence sous l'égide du nouveau PDG Satya Nadella a été riche en annonces. Celles-ci ont confirmé l'approche "cloud & mobile" désormais mise en avant, ainsi que la tendance à la convergence entamée depuis plusieurs années par le groupe.

WINDOWS DEVIENT GRATUIT...

...Pour certains appareils. Cette première annonce n'est pas des moindres. Le business model de Microsoft est traditionnellement basé sur la vente de son système d'exploitation. Mais devant l'agressivité déployée notamment par Google qui propose Android (smartphones et tablettes) et Chrome OS (ordinateurs classiques) gratuitement, la firme de Redmond n'a eu d'autre choix que de répliquer.

Elle va ainsi rendre Windows gratuit pour les smartphones, les tablettes dont l'écran est de moins de 9 pouces, et les objets connectés. Une manoeuvre dont l'un des buts affichés est de relancer l'intéret des fabricants de smartphones pour Windows Phone, qui reste un outsider face à la domination d'Android.

WINDOWS PHONE SORT LE GRAND JEU

Parmi les annonces les plus attendues se trouvaient celles concernant Windows Phone 8.1. En effet, si la sortie de Windows Phone 8 il y a bientôt presque deux ans avait déjà représenté un grand bond en avant pour l'OS après une renaissance difficile (l'intégralité du système ayant changé entre Windows Mobile 6.5 et Windows Phone 7), il ne rendait pas encore coup pour coup aux deux titans du marché que sont l'iOS d'Apple et l'Android de Google.

Pour accompagner le lancement de Windows Phone 8.1, Nokia, qui est en cours d'acquisition par Microsoft, a révélé trois nouveaux smartphones utilisant le nouveau système : les Lumia 630, 635 et 930 (version internationale du Icon propre à l'opérateur américain Verizon). Additionnellement, Stephen Elop, son PDG, a confirmé que tous les téléphones Lumia de la marque dotés de Windows Phone 8 recevraient la mise à jour vers WP 8.1.

 

Mais cette fois-ci, la présentation de Joe Belfiore (qui dirige l'équipe WP) comprenait plusieurs fonctionnalités majeures. Parmi elles, un centre de notification (baptisé Action Center) accessible en tirant le haut de l'écran vers le bas, l'intégration d'Internet Explorer 11 (avec une gestion accrue du HTML5), l'accès complet au lockscreen pour les développeurs qui peuvent complètement le customiser, une remise à niveau complète du fonctionnement des notifications et des applications tournant en tâche de fond, la possibilité d'utiliser nativement le clavier en mode "swipe" (par glissement), la possibilité de modifier l'application de gestion des SMS, l'ajout d'une troisième rangée de tuiles sur l'écran d'accueil, la capacité d'afficher une image de son choix en fond derrière les tuiles dudit écran, qui résulte en un effet de parallaxe lors de la navigation, Wi-Fi Sense qui permet de se connecter automatiquement à un réseau Wi-Fi digne de confiance s'en rien avoir à paramétrer, et beaucoup d'autres choses encore.

Un effort particulier a notamment été fait sur les fonctionnalités à destination des entreprises, incluant entre autres la prise de contrôle (y compris le blocage et le changement de mot de passe) à distance, le support natif des VPN (virtual private networks), la gestion de documents Office protégés par mot de passe, des fonctions d'OCR (reconnaissance de caractères) à l'aide de l'appareil photo du téléphone, l'encryption d'emails par S/MIME, l'administration des flottes par certificats (autorisation d'accès, mise à jour, fin des accès), la gestion des droits d'installation d'applications, la compatibilité avec la norme Wi-Fi  EAP-TLS, etc.

CORTANA ENTRE EN SCÈNE

Mais la star du show était de loin Cortana, "l'assistante personnelle" nommée après un personnage (une intelligence artificielle) de la série vidéoludique phare Halo qui a fait le succès des consoles Xbox de Microsoft. Conscient de son capital de sympathie, Microsoft n'a pas hésité à réutiliser la voix de la doubleuse du personnage (Jen Taylor) pour son application. En développement depuis plusieurs années, elle remplace TellMe, l'ancien système de commande vocale de Microsoft dont les fonctionnalités étaient moins avancées, et prend aussi la place de la recherche sur Bing. Elle se veut une rivale direct de Siri et autres S-Voice, et elle intègre aussi des capacités avancées similaires à celles de Google Now.

Elle apprendra ainsi à reconnaître la voix et les préférences de l'utilisateur au fil du temps, et est déjà capable de contextualiser les demandes qui lui sont faites. Par exemple si on recherche un restaurant, puis qu'on lui dit "appelle-le", elle comprend que l'utilisateur se réfère à la recherche qu'elle vient d'effectuer. Mais contrairement à Google, dans un effort de transparence Microsoft a doté d'un bloc note dans lequel elle consigne les informations qu'elle possède sur l'utilisateur. Consultable en permanence, il est possible d'y rajouter ou d'y enlever des informations à la volée, par exemple si on ne souhaite pas qu'elle accède aux emails. S'y ajoute de très nombreuses fonctionnalités accessibles en langage naturel : prendre des rendez-vous, rechercher un contact Facebook, envoyer un tweet, trouver un film sur une plate-forme vidéo, etc.

En version beta pour le moment, Cortana fonctionne grâce à Bing au travers du cloud. Elle sera disponible sur tous les smartphones équipés de Windows Phone 8.1 ainsi que sur d'autres plate-formes Microsoft à plus long terme. Enfin, elle est exploitable par les développeurs tiers au travers d'une API mise à disposition par Microsoft.

UNE SEULE APPLICATION POUR QUATRE PLATE-FORMES

Car la conférence Build est destinée aux développeurs, et Microsoft ne l'oublie pas. Dans un effort permanent de simplification du développement informatique, il vient d'annoncer que ses efforts de convergence portaient leur fruit. Une seule application créée dans Visual Studio, peu importe le langage dans lequel elle est écrite, sera en théorie utilisable à la fois sur Windows 8.1 pour les PC et tablettes, sur Windows Phone 8.1 pour les smartphones, et à terme sur la Xbox One, sa console de jeux récemment mise en vente.

Evidemment, rien n'empêchera quiconque d'affiner son code ou même d'écrire plusieurs applications séparées. Mais la simple possibilité d'une telle compatibilité au-delà du hardware, que l'on a pu pressentir lorsque s'est produite l'unification des boutiques d'applications Windows et Windows Phone, est une petite révolution en soi.

LE PC N'EST PAS EN RESTE

La nouvelle ligne directrice est peut-être la mobilité et le cloud, mais Microsoft n'oublie pas ses racines. La mise à jour 8.1 de Windows a désormais une date de sortie : le 8 avril. Elle arrivera par le biais d'une mise à jour automatique, et devrait répondre à la grande majorité des doléances exprimées jusqu'ici par les utilisateurs. En pagaille : retour du menu démarrer qui pourra intégrer des tuiles, démarrage directement sur le bureau classique sans passer par l'accueil tactile, possibilité d'épingler des applications du Windows Store dans la barre des tâches, possibilité de passer outre la barre des charmes pour effectuer une recherche ou éteindre l'ordinateur, gestion du clic droit sur les tuiles, augmentation de la précision des mouvements à la souris, etc.

S'ajoute à cela une amélioration des performances, et notamment de la gestion de la mémoire utilisée par les applications tournant en tâche de fond. Côté Office, la version beta d'Office tactile, destiné aux tablettes Microsoft, a été présentée mais sans que soit annoncé de date de disponibilité. Office pour iPad ayant été lancé récemment, Microsoft ne devrait a priori pas trop tarder à rendre disponible cette version – plus avancée – dédiée à ses propres produits.

Et pour finir, Windows s'étendra bientôt jusqu'à l'Internet des objets. Microsoft a en effet ouvert un site dédié qui parle de robots, d'objets connectés, du Galileo d'Intel et de la Maker Faire, grand-messe des inventeurs et bricoleurs en tout genre.

Visionnez la keynote d'ouverture du Build 2014 ci-dessous :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

En introduisant de nombreuses fonctionnalités inédites, la 5G n'est pas seulement une évolution de la 4G mais bien une[…]

17/10/2019 | RéseauxAntenne
Pour bien commencer la semaine : les promesses des puces électroniques bio-inspirées

Pour bien commencer la semaine : les promesses des puces électroniques bio-inspirées

"Les industriels doivent tenir compte du risque cyber lorsqu'ils testent la 5G", alerte Téodor Chabin, responsable sécurité d'un groupe français

"Les industriels doivent tenir compte du risque cyber lorsqu'ils testent la 5G", alerte Téodor Chabin, responsable sécurité d'un groupe français

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Plus d'articles