Nous suivre Industrie Techno

Bruxelles veut sauver le «made in Europe»

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
Milan, 1-2 décembre. Organisée par la Commission européenne, la conférence ’Manufuture’ a jeté les bases d’un vaste plan d’action européen pour développer les outils nécessaires au futur du <

Tout le monde s’accorde sur l’analyse de la situation. Avec la montée en puissance de la Chine, et de quelques autres pays à faible coût de main d’œuvre, l’industrie européenne doit subir une transformation radicale si elle veut continuer à produire sur le sol européen.  «Il faut que l’industrie passe de l’ère d’une ‘production fondée sur la ressource’ (ressource based maufacturing) à celle d’une ‘production fondée sur la connaissance’ (knowledge based maufacturing)» ont en particulier affirmé les orateurs.

Tout le monde aussi, à la conférence Manufuture organisée à Milan par la Commission européenne, partage une conviction : « il faut absolument conserver  une activité de manufacturing en Europe ».

Tout le monde, c'est-à-dire les différents représentants de la Commission présents à Milan, en particulier Philippe Busquin, commissaire européen de la recherche, mais aussi Martine Clément, présidente d’Orgalime (la fédérération européenne des fédération nationales des industries mécaniques, électriques électronique et métallurgiques) : « il ne peut plus y avoir de R&D s’il n’y a pas de fabrication, car ces deux activités sont extrêmement liées affirme-t-elle notamment. Nous devons absolument trouver les moyens d’augmenter la valeur ajoutée des produits réalisés en Europe.»

Ces idées exprimées par les orateurs n’ont pas été remises en question par les nombreux participants européens invités à faire valoir leur point de vue, ce qui est plutôt de bon augure : la conférence avait en effet pour objectif de «déterminer une vision européenne commune sur le futur des technologies de production»  afin de conduire à un vaste plan d’action européen sur le sujet.

Pour déterminer précisément son contenu, des discussions et la formation d’un groupe d’experts de haut niveau vont suivre, mais à l’issue de cette conférence, Philippe Busquin pouvait affirmer : «le contenu du plan d’action devrait être défini d’ici à la fin de l’année. Sa mise en œuvre aura lieu dans le courant de l’année 2004. »

Ce plan d’action se situera dans la droite ligne des plans d’actions tels que celui mis en œuvre pour l’aéronautique dans le cadre du 6ème programme cadre de recherche européen.

Son ambition est immense. Il s’agit naturellement en premier lieu de définir une plate-forme technologique et de développer des recherches utilisant les technologies de l’information, les nouveaux matériaux et des technologies de fabrication «de rupture » pour donner des ailes aux manufacturing européen. L’idée est ici de développer les outils horizontaux  communs à la plupart des industries de production.

De même sont envisagées des approches plus intégrées et des avancées organisationnelles pour satisfaire les besoins de réduction des coûts, de miniaturisation, de flexibilité etc.

C’est loin d’être tout. Dans la droite ligne de la politique de Philippe Busquin,  est naturellement envisagée une collaboration plus étroite – des réseaux d’excellence – entre les grands laboratoires de recherche européens liés au manufacturing.

Surtout, le plan d’action s’intéressera à ce qui a été présenté comme un défi majeur pour l’industrie : la formation d’ingénieurs spécialisés dans la production. La tâche est d’autant plus importante que l’arrivée du «knowledge based  manufacturing» - autrement de technologies et de systèmes de production incorporant de plus en plus de connaissances -  coïncide précisément avec une forte désaffection des jeunes pour les cursus scientifiques et pour l’industrie !

A ce propos plusieurs orateurs ont évoqué  l’idée de « teaching factories ». Modèle revendiqué : les  CHU (centres hospitalo universitaires) qui forment les médecins «sur le tas». Sans aller si loin, bien sûr, c’est la volonté d’un renforcement des liens université-industrie qui est mise en avant.

Franck Barnu
(envoyé spécial à Milan)

Pour en savoir plus
- Lire le document (50 pages en anglais) de travail qui définit le contexte et les objectifs du plan d’action : http://manufuture.itia.cnr.it/Manufuture%20document-final.doc
- Site de la conférence : www.manufuture.org

 

 

 

 


 


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles