Nous suivre Industrie Techno

Bruno Bonnell : l’apôtre de la robotique s'engage en politique

Bruno Bonnell : l’apôtre de la robotique s'engage en politique

Promoteur infatigable de la technologie et serial-entrepreneur, Bruno Bonnell croit à l’innovation et au mouvement. Il cumule depuis plusieurs années les casquettes d’entrepreneur et d’apôtre de la robotique, auxquelles il peut ajouter depuis quelques semaines celle de candidat pour le parti La Rébublique En Marche. Au premier tour, l'entrepreneur est arrivé largement en tête avec 36,69% des suffrages exprimés à Villeurbanne, devant Najat Vallaud Belkacem. Idem au second tour, avec 60,32% des suffrages exprimés.

Le cofondateur d’Infogrames, puis d’Atari et actuel administrateur de la société Robopolis a officiellement été investi comme candidat aux législatives du parti La République En Marche dans la 6ème circonscription du Rhône (Villeurbanne) en mai. Il est arrivé en tête du premier tour avec 36,69% des voix devant Najat Vallaud Belkacem (PS, 16,54%), et du second tour avec 60,32% des suffrages. Bruno Bonnell est un soutien de la première heure du président de la République. Ils avaient eu l’occasion de travailler ensemble lorsque Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, avait relancé le programme « la Nouvelle France Industrielle ». Dès 2013, Arnaud Montebourg, puis par la suite Emmanuel Macron, chargeront Bruno Bonnell de l’élaboration et de la mise en place du plan « France Robot Initiatives ». La robotique y est définie comme un secteur stratégique et fait  partie des 34 plans pour la nouvelle France Industrielle.

Si Bruno Bonnell n’avait pas fait état jusqu’ici de ses ambitions politiques, sa candidature dans le Rhône n’a rien du parachutage d’un novice inexpérimenté. Sa société Robopolis est localisée à Villeurbanne. Promoteur infatigable de la « robolution », il milite depuis plusieurs années pour la robotique française, en plaidant pour qu’investissements et efforts de recherches suivent afin de faire de l’hexagone un leader des prochaines révolutions à venir dans la robotique. Outre sa société Robopolis, Bruno Bonnell est l’actuel président de Syrobo, le syndicat français de la robotique de services. En 2012, il a lancé le fonds d'investissements Robolution Capital.

La carrière de serial entrepreneur de l'homme commence à Thomson, où il commercialise le premier ordinateur personnel français, avant de rejoindre en 1983 l'éditeur de jeux vidéo Infogrames. Il fonde ensuite Infonie, le premier fournisseur d'accès Internet en France, puis en 2007 Robopolis. Enfin, Bruno Bonnell est aussi un habitué des médias : en 2015, il a incarné le patron de « the Apprentice : qui décrochera le job ? », rôle également joué dans la version américaine par..Donald Trump. Notons enfin que Bruno Bonnell est le sujet depuis le 7 juin d’une polémique quant à son « irréprochabilité ». Selon le média en ligne d'investigation locale Mediacités, il aurait en effet été sanctionné par l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour des variations artificielles du cours du titre d’Infogrames. Toujours selon Mediacités, l’entrepreneur est également le propriétaire de deux sociétés, dont l’une qui n’a jamais eu d’activités, basées dans le Delaware, considéré comme un paradis fiscal.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles