Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Brevets européens : deux bonnes nouvelles (et une moins bonne) sur l'innovation

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 16/01/2015 à 17h51

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Brevets européens : deux bonnes nouvelles (et une moins bonne) sur l'innovation

L'office européen des brevets, par la voix de son président Benoît Battistelli, a dévoilé quelques chiffres d'une année de dépôt de brevets en Europe. Sans attendre le bilan complet qui sera dévoilé le 24 février prochain, ces premières tendances permettent de tirer quelques leçons sur les nouveaux équilibres de l'innovation sur le Vieux continent et ailleurs.

273 110 brevets déposés auprès de l'office européen des brevets (OEB) en 2014, on peut dire que l'année dernière fut un très bon millésime pour la propriété intellectuelle. D'autant que ce volume (en croissance de 3% sur un an) s'inscrit dans un mouvement de fond. Comme le rappelle Benoît Battistelli, le président de l'OEB, sur son blog, «la demande de brevets croît depuis cinq ans en Europe. Et cela confirme que la postion forte de l'Europe comme hub d'innovation.»

Mais, au-delà de ce satisfecit, il est intéressant de noter que le paysage évolue. On se rend ainsi compte, en auscultant ces premiers chiffres, que les demandes émanant des pays asiatiques sont en forte croissance (si l'on excepte le Japon). La Chine et la Corée confirme ainsi ce que nous avons pu rappeller maintes fois à Industrie & Technologies ou à L'Usine Nouvelle : ces pays ne sont plus seulement de talentueux industriels, ils s'imposent aussi comme des innovateurs incontournables.

Le deuxième point intéressant à souligner, c'est la bonne résilience des Etats-Unis. Comme le dit le président de l'OEB, il y a sans aucun doute un impact de la réforme américaine du droit des brevets mais pas seulement. On peut aussi voir dans cette croissance significative (près de 7%) du nombre de dépôts de brevets d'origine américaine que le pays de l'oncle Sam a opéré un vrai retour. C'est un élément de plus pour valider que la reprise de l'économie américaine est bien réelle.

Enfin, le dernier point, c'est évidemment la place des Européens pose question. Si le nombre de dépôts reste stable, l'Europe perd des parts de marché relatives. Alors que d'autres zones géographiques ont haussé leur niveau de jeu en matière d'innovation, notre continent (plus exactement ses entreprises et ses organisations) semble marquer le pas. On ne peut évidemment pas prendre la propriété intellectuelle comme indicateur unique de la vitalité d'un écosystème mais quand même cela montre bien que nous n'en avons pas encore fini avec la crise.

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Atos lance un supercalculateur de poche pour mettre le cloud dans l’usine

Atos lance un supercalculateur de poche pour mettre le cloud dans l’usine

Le BullSequana Edge lancé par Atos le 16 mai à Paris est un serveur dédié à l’edge computing. Il est[…]

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Iter, New Space, Intelligence artificielle... les meilleures innovations de la semaine

Iter, New Space, Intelligence artificielle... les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles