Nous suivre Industrie Techno

Bretagne : cap sur l'innovation

Industrie et  Technologies
L'Université de Bretagne Occidentale a saisi l'opportunité de Brest 2008 pour présenter des start-up et des porteurs de projets innovants issus de ses laboratoires. Une foule d'idées nouvelles, y compris dans le domaine de la conception.


Hardi les gars, vire au guindeau, hissez la grand voile et cap à l'ouest... Mercredi 16 juillet 14h00, je suis à Brest 2008, sur le pont de l'Abel Tasman, une goélette de 41 m construite en 1913, qui appareille pour une après-midi en mer. Spectacle magnifique que de voir de près ces centaines de voiliers anciens croiser dans la rade quelques-uns des voiliers de course au large les plus médiatiques du moment ou le premier Pen Duick, venu rendre hommage à Eric Tabarly disparu voici 10 ans.

Mais si je suis là c'est aussi pour travailler. En effet, l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), basée à Brest, et Bretagne Valorisation, structure chargée d'accompagner les projets d'entreprises issus de la recherche publique en Bretagne, ont saisi l'opportunité de cette grande manifestation maritime pour présenter, de manière originale, 8 start-up high-tech issues de la recherche publique et 11 porteurs de projets en phase de maturation à des décideurs et des financiers.

Cette manifestation a été aussi l'occasion de faire partager à quelques futurs créateurs d'entreprises l'expérience des nouveaux entrepreneurs et de dirigeants d'entreprises issus des laboratoires de recherche publique. Ils ont ainsi évoqué les facteurs clés du succès et plus prosaïquement le financement de leurs projets, tant en phase amont qu'au démarrage.

Et le PLM était lui aussi embarqué

Cette sortie en mer a aussi été l'occasion de la signature d'un accord de licence de savoir-faire entre l'UBO et la start-up Elliptika. « Nous avons développé entre 2000 et 2007 au sein du Laboratoire d'Electronique et Systèmes de Télécommunication (LEST-UMR CNRS 6165), autour des logiciels d'Agilent Technologies des stratégies et des algorithmes de conception de filtres hyperfréquences permettant de réduire significativement leur encombrement, ce qui est crucial par exemple dans les applications embarquées sur les satellites », explique Alexandre Manchec, cogérant de la start-up.

A la fin de leur thèse, mi 2006, Yann Clavet et Alexandre Manchec souhaitent valoriser leurs travaux de recherche et leur savoir-faire acquis auprès du LEST en créant un bureau d'études spécialisé dans la conception à la demande de filtres hyperfréquences. Encouragé par l'UBO et soutenus par le technopôle Brest-Iroise, ils ont finalement créé Elliptika, en février dernier, société qui emploie maintenant trois personnes.

Au-delà de l'accord de licence de savoir-faire avec l'UBO, les développements continuent. Jean-François Favennec, Cedric Quendo et Eric Rius, chercheurs au LEST sont ainsi partie prenante dans l'aventure Elliptika. « Cette expérience est enrichissante, elle nous permet de sortir du cadre du laboratoire, et de développer en Bretagne des emplois high tech, qui plus est dans le domaine spatial que l'inconscient collectif imagine plus proche de la Méditerranée que de l'Iroise », constate Eric Rius. Une situation qui n'est pas unique dans la région, puisque Elliptika fait partie de l'association IEF Aéro, un réseau d'entreprises finistériennes Å“uvrant dans l'aéronautique, le spatial et l'électronique de défense et de sécurité.

Une situation géographique qui ne gêne d'ailleurs nullement des clients comme Thales à Toulouse ou les CNES qui ont déjà fait appel à leurs compétences. Ainsi un satellite de télévision numérique, muni d'un filtre conçu par cette équipe de Brestois, est en orbite depuis mars 2006.

De multiples autres secteurs

Outre Elliptika, 7 autres start-up étaient présentes :

  • Allegans (expertise juridique en droit maritime et littoral) ;
  • France Haliotis (premier élevage d'ormeaux en Bretagne) ;
  • Kervita (industrialisation de plantes à effets anti-oxydant et drainants) ;
  • Lades (premier laboratoire privé de datation des eaux souterraines) ;
  • Nutrialys (thérapie nutritionnelle pour le traitement  du cancer et de la douleur) ;
  • Polymaris Biotechnolgy (principes actifs d'origine marine originaux et biodégradables) ;
  • Terra Maris (gestion de l'activité humaine en zones côtière).

Enfin, 11 porteurs de projets étaient aussi présents :

  • Solenn Le Berre et Louis Brigand pour Bountîles (gestion de sites naturels d'exception pour un tourisme durable) ;
  • Patrick Queffelec et Serge De Blasi pour ?psilon & M?, (caractérisation non destructive de matériaux) ;
  • Sophie Hautot et Pascal Tarits pour Imagir, (analyse géophysique pour la localisation de ressources naturelles en milieu profond) ;
  • Cyrille Baudouin et Yann Cogan pour Jivé, (logiciel ludo-éducatif d'aide à l'apprentissage des mathématiques) ;
  • Bruno Wirtz pour Magsalia, (géolocalisation et identification d'objets enfouis ou immergés) ;
  • Nicolas Kerbellec et Olivier Guillou pour Olnica, (marqueurs anti-contrefaçon luminescents) ;
  • Florian Breton et Mathieu Hussenot pour Ormel, (élevage d'ormeaux en production durable) ;
  • Guillaume Dardenne et Eric Stindel pour Osteocas, (solution de guidage du geste chirurgical) ;
  • Anna Meudec et Nathalie Poupart pour Salicorne, (méthode de culture hors sol pour une production de salicorne en continu) ;
  • Maryse Pourreau-Le Hérissé et Alain Le Hérissé pour Scitertech, (plate-forme d'expertise en Géologie) ;
  • Olivier Lavastre pour Sens-Innov, (multicapteur portable pour la détection instantanée de polluants).

Pour en savoir plus sur ces start-up et projets, cliquez ici.

Bientôt les composites ?

Enfin, Pascal Olivard, président de l'UBO, a tenu à me présenter Bernard Stervinou, responsable projets industriels matériaux composites à l'IUT de Brest, qu'il souhaiterait voir lancer un projet autour de ces matériaux. Il faut dire que l'homme est au croisement de multiples technologies et secteurs industriels.

Fanatique d'aviation légère, il a construit son avion intégralement en matériaux composites, puis a lancé avec ses élèves la construction d'un monomoteur, qui a fait l'objet d'une distinction aux JEC de Paris en avril dernier. Breton, donc marin dans l'âme, il a fait de même dans le domaine naval. Autant d'expériences qui lui ont valu la reconnaissance des mondes aéronautiques et nautiques avec lesquels il travaille sur de nombreux projets industriels. Il ne lui reste plus qu'à se jeter à l'eau en lançant son propre projet d'entreprise. Une perspective qui ne devrait pas effrayer un breton !

Bon, je vous laisse, la mer m'appelle.

Bonne rentrée à toutes et à tous et à la semaine prochaine

Pour en savoir plus : http://www.univ-brest.fr & http://www.bretagne-valorisation.fr & http://www.elliptika.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Après avoir optimisé la consommation énergétique des équipements électriques et électroniques du[…]

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

Dossiers

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Plus d'articles