Nous suivre Industrie Techno

BOUGEZ, RESTEZ BRANCHÉS !

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

,
- La combinaison d'informatique mobile et de télécommunications permet d'accéder à distance aux applications métiers de l'entreprise. À la clé, des gains insoupçonnés de productivité.

À en croire Philippe Bellegy, directeur de projets mobilité chez Devoteam Consulting, l'extension mobile du système d'information devient aujourd'hui une priorité pour les entreprises. Mettre à la disposition des collaborateurs nomades l'accès distant à certaines applications informatiques, c'est gagner en réactivité, en productivité, en satisfaction des clients, en confort de travail, etc. Si bien que l'intranet mobile se révèle être comme un véritable facteur de compétitivité dans l'industrie.

D'après une étude de l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe), le personnel itinérant représente entre 4 et 13 % de l'effectif des entreprises de plus de dix salariés. « Ce taux peut même dépasser les 50 % dans les sociétés spécialisées dans le transport, la logistique ou la maintenance », estime Philippe Bellegy. Et selon Navteq, société de cartographie numérique, la France compterait ainsi près de 5 millions de professionnels itinérants passant plus de 30 % de leur temps en déplacement.

Or « la mobilité coûte cher aux entreprises. En déplacement et en transport, mais aussi en perte de temps », estime Guillaume Beauregard, directeur marketing de Geoconcept, fournisseur de systèmes d'information géographique utilisés dans les applications de géolocalisation. Réduire les coûts tout en améliorant la qualité du service rendu au client : telle est la quadrature du cercle résolue par l'extension mobile de l'intranet.

Selon le dernier baromètre de la mobilité, publié par le cabinet Cesmo, fin 2005, plus de la moitié des entreprises interrogées mettaient déjà à la disposition de leurs collaborateurs ce type d'accès. Deux tiers d'entre elles projetaient de déployer cette fonction ou de faire évoluer les applications mobiles existantes. « La mobilité représente une part de plus en plus significative des investissements informatiques, jusqu'à 20 % », constate Philippe Bellegy.

Autant pour les activités externes qu'internes

La plupart des applications déployées aujourd'hui relè-vent du "bureau mobile", ouvrant accès à de simples outils bureautiques tels que la messagerie, l'agenda, le bloc-notes ou le carnet d'adresses. Mais ce sont les applications métiers, celles liées à l'activité des entreprises, qui recèlent le plus grand gisement de productivité. Elles donnent accès à des outils stratégiques au coeur du système d'information tels l'interrogation des stocks, la consultation des tarifs, la commande de pièces détachées, l'établissement de devis ou la mise à jour des dossiers clients. Autant de fonctions contrôlées souvent par des progiciels de gestion intégrés (ERP). Trois principales catégories de population sont concernées : les professionnels de la logistique, les techniciens de terrain et les forces de vente.

« La mobilité ne se cantonne pas aux collaborateurs en déplacement à l'extérieur de l'entreprise. Elle touche aussi le personnel en mouvement à l'intérieur », souligne Philippe Bellegy. Cela est vrai dans les fonctions de logistique, de maintenance, d'assistance technique ou de contrôle de la production.

Reconfiguration aisée de l'outil industriel

La mobilité ne se limite pas non plus au personnel. Elle bénéficie également de plus en plus aux machines. En témoigne le développement récent des applications M to M (machine to machine) pour des fonctions d'acquisition de données, de télérelève de compteurs, de télédiagnostic, de télécommande ou de remontée d'information des capteurs. La mobilité, c'est enfin la liberté de reconfigurer l'outil industriel au gré des besoins de la production. En évitant le câblage, il devient en effet possible de réaménager rapidement les lignes de fabrication pour s'adapter à de nouvelles contraintes.

Selon Arnaud Affergan, responsable des solutions mobiles de Rayonnance Technologies, société spécialisée dans le développement d'applications métiers sur PDA et tablettes PC, les technologies pour la mobilité sont aujourd'hui suffisamment mûres pour intéresser toutes les entreprises. « Le marché offre un grand choix de terminaux portables dans une gamme de prix allant de moins de 200 euros pour un PDA communicant à plus de 2 000 euros pour une tablette PC durcie. » Les réseaux de communication ont beaucoup évolué. À la montée en débit s'ajoute une baisse significative des coûts de transmission de données. Les réseaux locaux sans fil Wi-Fi, déployés dans les entrepôts, bureaux ou lieux publics d'accès à Internet (hot spots), gagnent en confort d'utilisation avec des débits de plusieurs mégabits par seconde, comparables à ceux offerts par les réseaux filaires. « L'introduction du mécanisme de chiffrement WPA 2 (ou IEEE 802.11i) renforce leur sécurité et lève l'un des obstacles majeurs à leur utilisation pour des applications sensibles », estime Philippe Bellegy. Avec les technologies Edge et UMTS, les réseaux de téléphonie mobile offrent une évolution similaire en termes de vitesse de transmission. Mieux, le passage à la technologie HSDPA porte le débit de la téléphonie mobile au niveau de celui des réseaux Ethernet filaires en entreprise. Cette évolution, encore en test pilote par Orange auprès des entreprises, est passée en mai dernier au stade commercial chez SFR dans certaines agglomérations. Et les opérateurs peaufinent sans cesse leurs offres pour stimuler les applications d'intranet mobile. Par exemple, France Télécom propose Business Everywhere, une solution globale permettant l'accès distant à la messagerie, à l'intranet et aux applications métiers à travers tous les réseaux d'accès : RTC, Wi-Fi, ADSL, GPRS, Edge et 3G. Près de 7 500 professionnels nomades l'utilisent aujourd'hui. De leur côté, les éditeurs de logiciels de base de données ou d'ERP enrichissent leurs offres par des extensions mobiles. Enfin, les technologies de mobilité se mettent à la portée des PME-PMI avec des solutions spécialement packagées pour ce segment de marché.

Le terminal ne constitue que la partie émergée de l'application de mobilité. « Le plus gros du travail réside dans le développement du logiciel d'application et dans son intégration au système d'information pour qu'elle fonctionne sur le réseau », assure Philippe Bellegy. Cette phase importante du projet demande de trois mois à deux ans en fonction de la complexité du système d'information, de l'architecture du réseau, de la taille de la population concernée, etc. Selon Arnaud Affergan, de Rayonnance Technologies, il faut compter un investissement de 50 000 à 100 000 euros pour le développement d'une application de maintenance sur site. Un chiffre à prendre avec des pincettes car certaines applications peuvent être très lourdes à développer et le coût dépend de la démarche choisie. « On peut reproduire l'application existante pour la mettre à la disposition des mobiles. On peut aussi partir d'un ERP et réaliser l'extension mobile par l'ajout de modules dédiés », explique Philippe Bellegy.

Impératif : sécuriser l'accès au réseau

Le projet de mobilité s'inscrit souvent dans un programme plus vaste de refonte du système d'information, d'amélioration du service de maintenance, d'optimisation de la gestion de la production ou de la modernisation de l'entrepôt. Sa mise en place modifie profondément les processus en entreprise. Il impose donc une réflexion globale tant du point de vue technique que sur le plan humain. Une attention particulière doit porter sur la sécurité, une question sensible dès lors qu'on ouvre le système d'information sur l'extérieur. « Il est prudent de séparer la partie du réseau accessible depuis l'extérieur et de l'isoler du reste. Il est aussi important de prévoir des verrous pour bloquer l'accès au système d'information en cas de perte ou de vol d'un terminal. Il faut enfin réfléchir à la façon de sécuriser le terminal lui-même pour qu'en cas de perte ou de vol, il ne devienne pas une source désastreuse de fuite d'information », conseille Philippe Bellegy.

La prise en compte des aspects humains est tout aussi importante. Le projet de mobilité gagne en efficacité s'il est doublé d'un plan vigoureux de gestion du changement avec des volets d'information dans la phase de préparation, de formation lors du lancement et d'accompagnement pendant l'exploitation. Il implique une réflexion sur les possibilités de redéploiement du personnel chargé jusqu'alors de la ressaisie des rapports de visite des clients ou des comptes-rendus des interventions de maintenance.

Enfin, le respect de la réglementation en matière de protection de la vie privée n'est pas à négliger. La Cnil vient d'ailleurs de rappeler les responsabilités des entreprises dans ce domaine lorsqu'elles mettent en place des applications mobiles impliquant le suivi et la géolocalisation des collaborateurs. -

5. Terminaux spécifiques

- Pour la gestion de flottes ou la logistique.

LES GAINS ATTENDUS

Selon une enquête (Baromètre de la mobilité) réalisée par le cabinet Cesmo, fin 2005, c'est d'abord les gains de productivité qui motivent les entreprises pour mettre en place une extension mobile de leur système d'information.

SOMMAIRE

Progiciels Les éditeurs de logiciels misent sur la mobilité P 54 7 exemples 1. Chez Ricoh La maintenance plus rapide et plus efficace P 56 2. Chez Gefco Les voitures localisées par GPS P 58 3. Chez Carglass Les relations commerciales optimisées P 59 4. Chez Harmony Aussitôt livré, aussitôt facturé P 60 5. Chez Saint Louis Sucre Les camions et les grues gérés au plus près P 62 6. Chez Volkswagen À l'usine, le sans-fil réduit les coûts P 63 7. Chez Eurovia Le chantier de BTP suivi en temps réel P 64

AVEC QUEL TERMINAL ?

1. PC portable - Avantage : confort d'utilisation offert par le grand écran et le clavier. - Inconvénient : poids et encombrement. - Solution adaptée à des utilisations de longue durée. - Équipement de choix pour les cadres dirigeants et les forces de vente.

2. Tablette

- Avantage : gain de poids et d'encombrement par rapport au PC portable tout en gardant le confort du grand écran. - Inconvénient : sa fragilité. - Solution adaptée à la saisie rapide de données sur le terrain, comme sur un formulaire papier. Existe en version normale ou durcie pour les environnements sévères. - Équipement de choix pour les techniciens de maintenance ou les chantiers de BTP.

3. PDA communicant

- Avantage : miniaturisation et praticité d'emploi. - Inconvénient : fonctionnalités limitées. - Solution adaptée à des applications mobiles bureautiques ainsi qu'à des applications métiers basiques. - Équipement privilégié par les cadres dirigeants et les forces de vente.

4. Téléphone mobile évolué (Smartphone)

Avantage : intégration des fonctions de PDA et de téléphone mobile dans le même terminal. - Inconvénient : fonctionnalités limitées. - Solution adaptée à des applications bureautiques ou métiers basiques. - Équipement apprécié par les techniciens de terrain.

POUR QUI ET POUR QUOI FAIRE ?

1. Les cadres dirigeants - Pour l'accès lors des déplacements ou des réunions à leurs applications bureautiques personnelles (e-mails, agenda, calendrier, bloc-notes, carnet d'adresses...) ou aux informations générales de l'entreprise (chiffres clés, annuaires, contacts...).2. Les forces de vente - Pour accéder au dossier du client visité, effectuer des démonstrations de produits, consulter en temps réel les stocks et les tarifs, établir un devis en bonne et due forme, passer une commande en ligne, transmettre le compte-rendu de la visite... 3. Les techniciens de maintenance - Pour recevoir le planning des interventions à effectuer dans la journée, accéder sur le terrain au dossier client, rédiger sur place les conclusions de son diagnostic, commander en ligne les pièces détachées, transmettre le compte-rendu de l'intervention...4. Les flottes de transport - Pour optimiser les tournées des livreurs, suivre en temps réel les véhicules et assurer la traçabilité des colis livrés aux clients.5. Les machines communicantes - Pour faire communiquer, dans un magasin, un entrepôt ou une usine, des machines. Par exemple, des chariots mobiles avec les lignes de fabrication, ou des actionneurs avec des capteurs.

UNE APPLICATION, DE MULTIPLES INTERVENANTS

Pas si simple ! Les composantes d'une application de mobilité sont multiples et font intervenir toute une palette de métiers. 1. Le terminal Partie visible de l'application. Fournisseurs : les fabricants de terminaux portables. 2. Le logiciel applicatif Réplique de l'application existant en interne ou module additionnel au progiciel de gestion intégré. Fournisseurs : les éditeurs de logiciels ou les sociétés spécialisées dans le développement sur mesure d'applications métiers. 3. Le serveur d'accès distant et le serveur d'application mobile Par souci de sécurité, le serveur accessible depuis l'extérieur est souvent isolé du reste du réseau de l'entreprise. Fournisseurs : les constructeurs de serveurs. 4. Des services de développement logiciel et d'intégration dans le système d'information Fournisseurs : les intégrateurs informatiques et télécoms. 5. Des services télécoms Pour l'accès distant au réseau de l'entreprise. Fournisseurs : les opérateurs télécoms.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0879

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le chantier de BTP suivi en temps réel

Le chantier de BTP suivi en temps réel

- Les chefs de chantier accèdent sur le terrain au système d'information central pour déposer leurs rapports ou recueillir des données.Chez Eurovia,[…]

01/06/2006 | 7. CHEZ EUROVIA
BEKAERT MET DU "DIAMANT" DANS VOTRE MOTEUR

BEKAERT MET DU "DIAMANT" DANS VOTRE MOTEUR

Les éditeurs de logiciels misent sur la mobilité

Les éditeurs de logiciels misent sur la mobilité

La maintenance plus rapide et plus efficace

La maintenance plus rapide et plus efficace

Plus d'articles