Nous suivre Industrie Techno

Boeing disparu : les technos pour retrouver le vol MH370

Julien Bergounhoux

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Boeing disparu : les technos pour retrouver le vol MH370

© Craig R. Spiering

Le vol 370 en partance de la Malaisie et à destination de Pékin en Chine a disparu depuis quatre jours déjà. Un important dispositif de recherche a été mis en place par une dizaine de pays afin de retrouver les 239 disparus qui se trouvaient à son bord.

Le Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines, qui contenait 239 passagers à son bord, a disparu des radars au-dessus du golfe de Thaïlande samedi 8 mars vers 1h30 du matin. Aucune trace n'en a été retrouvée depuis. Plus de dix pays contribuent actuellement aux recherches, qui sont coordonnées par la Malaisie depuis Kuala Lumpur. On y trouve notamment la France, dont quatre citoyens étaient présents à bord du vol, mais aussi les Etats-Unis, l'Australie, l'Indonésie, le Vietnam et la Chine, qui a de son côté subi les plus lourdes pertes, 153 passagers.

L'opération implique désormais au moins 34 aéronefs et 50 navires équipés de technologies de recherche et sauvetage. La Chine a assemblé la plus grande flotille de sauvetage de son histoire navale, composée de quatre navires de guerre et de cinq navires civils, qui arrivera bientôt sur place. Parmi ses navires se trouvent deux des plus gros navires à quais de débarquement amphibies de la flotte du Sud de l'Armée populaire de libération, le Jinggangshan et le Kunlunshan, 20 000 tonnes chacun, ainsi que le destroyer Haikou.

Elle y rejoindra d'autres navires chinois déjà sur place, notamment un bâteau des garde-côtes, un porte-conteneurs opéré par Costco, et trois autres navires spécialisés dans le sauvetage déployés par le ministère des Transports. Les Etats-Unis ont quant à eux envoyé sur place le destroyer USS Pinckney (classe Arleigh Burke), dont les deux hélicoptères MH-60 Seahawk équipés de caméras infrarouges vont pouvoir aider à identifier de près, même de nuit, les débris suspects répérés par d'autres navires, aéronefs ou satellites. Un avion de patrouille maritime longue portée P-3C Orion (Lockheed Martin) a également décollé de sa base de Kadena, à Okinawa au Japon, afin d'aider aux recherches. Les MH-60 et le P-3C ont des capacités de recherche radar de surface couvrant entre 1,5 et 3 km, ce qui leur permet de repérer de tout petits objets, même de quelques dizaines de centimètres. Ils peuvent ensuite les vérifier visuellement à l'aide d'équipements optiques.

Les équipes de recherche restent également à l'écoute des boîtes noires du vol MH370, ainsi que de sa radiobalise de localisation de sinistre (ELT), qui doit normalement se séparer de l'avion et flotter lorsque l'appareil entre en contact avec la mer. Les recherches se poursuivent depuis déjà quatre jours, mais il en avait fallu cinq pour retrouver les premiers débris du vol 447 d'Air France qui avait disparu dans l'océan Atlantique en 2009. Il reposait cependant à 3900 m de profondeur, alors que la mer où se serait crashé le vol MH370 n'est profonde que de 100 m environ.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Transavia va réduire sa consommation de carburant en optimisant l’altitude de ses avions

Comment Transavia va réduire sa consommation de carburant en optimisant l’altitude de ses avions

Le nouveau dispositif de la start-up Safety Line devrait permettre d’économiser 25 kg de carburant toutes les dix minutes pour les vols[…]

[Portrait] Guylain Ozzello, l'ingénieur qui révolutionne l'architecture des servovalves

[Portrait] Guylain Ozzello, l'ingénieur qui révolutionne l'architecture des servovalves

« Notre ambition est d’aller chercher des projets deeptechs le plus en amont possible », déclare Christelle Astorg-Lépine, directrice de BLAST

« Notre ambition est d’aller chercher des projets deeptechs le plus en amont possible », déclare Christelle Astorg-Lépine, directrice de BLAST

Avec UltraAir, les communications laser d'Airbus gagnent les avions

Avec UltraAir, les communications laser d'Airbus gagnent les avions

Plus d'articles