Nous suivre Industrie Techno

Blue Origin s'associe à trois industriels pour retourner sur la Lune en 2024

Blue Origin s'associe à trois industriels pour retourner sur la Lune en 2024

Le partenariat vise à développer un système d'alunissage habité complet dont l'alunisseur Blue Moon, présenté en mai dernier, sera une composante.

© Twitter // @blueorigin

Lors du 70ème Congrès international d'astronautique (IAC 2019), le patron de Blue Origin, Jeff Bezos, a annoncé un partenariat avec Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper. L'objectif est de proposer un système d'alunissage habité pour le programme Artemis de la Nasa afin de retourner sur la Lune en 2024.

Alors qu’il venait de recevoir le « Prix de l’excellence dans l’industrie » à l’occasion du 70ème Congrès international d’astronautique (IAC 2019) à Washington (Etats-Unis), Jeff Bezos, patron de Blue Origin, a annoncé le 22 octobre la création d’une « équipe nationale » pour développer un système d’alunissage habité. Celui-ci pourrait servir à retourner sur la Lune en 2024 dans le cadre du programme Artemis de l’Agence spatiale américaine (Nasa). En plus de Blue Origin, ce partenariat regroupe Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper.

En tant que maître d’œuvre, Blue Origin dirigera le programme et fournira le module de descente basé sur l’alunisseur Blue Moon et son moteur BE-7. Northrop Grumman fournira un module de transfert qui amènera l’alunisseur d’un portail orbital autour de la Lune vers une orbite plus basse. Lockheed Martin développera le module de remontée réutilisable, présenté lors du congrès (photo ci-dessous), qui sera positionné au-dessus de l’alunisseur Blue Moon. L’entreprise dirigera également les opérations du vol habité et la formation des équipes. Enfin, Draper fournira l’avionique de vol et dirigera la descente.


Pour développer son module de remontée, Lockheed Martin dit tirer profit de son expérience acquise lors de la construction de la capsule habitée Orion. (Copyright @LockheedMartin / Twitter)

Jeff Bezos avait dévoilé son alunisseur Blue Moon le 9 mai 2019 lors d’une conférence, après trois ans de développement par les équipes de Blue Origin. Il avait présenté sur scène une version « cargo » capable de déposer 3,6 tonnes de charge utile sur la Lune. Mais l'entrepreneur américain avait précisé qu’une version plus large était en cours d'élaboration pour le transport habité. Un nouveau moteur, BE-7, avait également été présenté à cette occasion. Les premiers tests ont été réalisés en juin dernier (voir tweet-ci-dessous).

Selon le site Geekwire, des responsables de Blue Origin indiquent que le système a été proposé dans le cadre de l’appel NextSTEP-2 Appendix H de la Nasa. Les industriels ont jusqu’au 1er novembre pour soumettre leurs propositions afin de construire un système d’alunissage habité pour le programme Artemis. L’Agence spatiale américaine devrait sélectionner deux projets en janvier 2020 pour aller plus loin. Le premier amènera deux astronautes sur la Lune en 2024. Le second sera un système « plus durable » dédié à des missions ultérieures.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

SpaceX met en orbite 60 nouveaux satellites de sa constellation Starlink

SpaceX met en orbite 60 nouveaux satellites de sa constellation Starlink

Le 11 novembre, Space X, l’entreprise d’Elon Musk, a mis 60 nouveaux satellites en orbite pour sa constellation Starlink. Ils[…]

12/11/2019 | SpatialInternet
Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Plus d'articles