Nous suivre Industrie Techno

abonné

Dossiers

Blockchain : Tradelens révolutionne le suivi du fret maritime

Kevin Poireault
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Blockchain : Tradelens révolutionne le suivi du fret maritime

TradeLens a été conçu pour apporter de la visibilité en temps réel dans le fret, un secteur très éclaté.

© Shutterstock

Issu d’un projet européen porté par Maersk et IBM, TradeLens s’est imposé comme la blockchain de référence pour le transport maritime de marchandises.

Essai transformé. « Par le passé, certains étaient sceptiques sur l’ambition de Maersk de faire de TradeLens une plate-forme commune à toute l’industrie du commerce maritime. Avec l’arrivée de MSC et de CMA CGM, je crois que ce n’est plus le cas », lance Nicolas Buhmann. Le responsable commercial de GTD Solutions, filiale états-unienne de l’armateur danois A.P. Møller-Maersk chargé du projet TradeLens, peut se réjouir : en l’adoptant, ses concurrents chinois et français donnent à la plate-forme de partage d’information dopée aux technologies blockchain une tout autre dimension. Elle devient l’outil de référence dans le transport conteneurisé.

Fortement éclaté, ce secteur est « par excellence celui où il est difficile de répondre à une question simple, comme : où est mon conteneur ? », pointe Jean-François Michalczyk, consultant en projets blockchain chez IBM Interactive. Ainsi, « seuls 40% des armateurs affirment avoir connaissance d’une information les concernant dans un délai de douze heures, selon une étude du MIT de 2016 », rappelle-t-il. Pour apporter de la visibilité en temps réel, TradeLens propose une plate-forme d’échanges de données de deux types : les événements de navigation et de commerce (heure et date du passage à la douane d’un navire ou du chargement d’un conteneur…) ; et les documents commerciaux tels que les listes de chargement d’un navire ou le connaissement maritime, le contrat conclu entre un chargeur et un transporteur.

Apporter de la visibilité en temps réel

Lancé en 2015 sous l’appellation Shipping information pipeline dans le cadre du Core Project de l’Union européenne, un programme visant à simplifier et sécuriser la chaîne d’approvisionnement du commerce entre les pays membres, le projet réunit à l’origine Maersk, IBM, TU Delft et les douanes néerlandaises. Avant même la fin de ce pilote en 2018, les deux premiers décident de le poursuivre de leur côté. C’est ainsi que naît Global trade digitization (GTD) dès 2016, une plate-forme commerciale, renommée TradeLens en 2018. Elle compte aujourd’hui plus de 220 acteurs du commerce mondial, dont plus d’une dizaine de compagnies maritimes, une centaine de ports et terminaux, des chargeurs, des transitaires, des douanes, des banques et assurances et même des éditeurs de logiciels.

Au cœur de TradeLens, on retrouve la technologie blockchain d’Hyperledger Fabric, une infrastructure logicielle open source de registre gérée par la Fondation Linux et dans laquelle IBM est très impliqué. « À chaque fois qu’un membre de TradeLens charge un document sur la plate-forme, cela génère une clé cryptographique unique, détaille Nicolas Buhmann. Dès que quelqu’un tente de modifier ce document, cela produit une empreinte totalement différente. » Que les autres membres de TradeLens pourront voir en temps réel sur une interface graphique commune. Voilà pour le front-end, la partie utilisateurs. Coté back-end, la plate-forme conserve les données hors du réseau blockchain (off-chain), seule la clé cryptographique est stockée sur celui-ci. La connexion entre les deux parties s’opère grâce à des interfaces logicielles (API) gérées par IBM,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1042

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[FIC 2021] Airbus Cybersecurity et Alstom déploient une offre commune pour la cybersécurité des trains

[FIC 2021] Airbus Cybersecurity et Alstom déploient une offre commune pour la cybersécurité des trains

Airbus Cybersecurity a profité de sa présence au Forum international de la cybersécurité (FIC), qui se déroule[…]

Avec Cybersecurity for industry, le FIC veut devenir le rendez-vous de la cybersécurité industrielle en Europe

Avec Cybersecurity for industry, le FIC veut devenir le rendez-vous de la cybersécurité industrielle en Europe

Lancement du fonds Cyber Impact pour accélérer les start-up européennes de la cybersécurité

Lancement du fonds Cyber Impact pour accélérer les start-up européennes de la cybersécurité

Avec CIARA, Radiflow offre aux industriels un moyen non-invasif de tester la robustesse de leurs systèmes face aux cyberattaques

Avec CIARA, Radiflow offre aux industriels un moyen non-invasif de tester la robustesse de leurs systèmes face aux cyberattaques

Plus d'articles