Nous suivre Industrie Techno

Blanchir écolo en utilisant l'ozone

GAËLLE FLEITOUR
Blanchir écolo en utilisant l'ozone

Frederic Pouyet Lauréat 2015 du Trophée de l'ingénieur pour le développement durable

© Guittet Pascal

Lauréat 2015 du Trophée de l'ingénieur pour le développement durable

Le blanchiment de la cellulose extraite du bois - qui permet de passer de la couleur des enveloppes kraft à un papier blanc - n'est pas vraiment respectueux de l'environnement. Il nécessite l'utilisation de réactifs chimiques, des dérivés du chlore pouvant remonter dans la chaîne alimentaire. Frédéric Pouyet, un ingénieur chimiste de 28 ans, a donc préparé durant trois ans une thèse de doctorat, à l'Université de Grenoble Alpes (Isère), pour se passer des composés chlorés. Son projet, Green Bleaching, financé par quatre grands acteurs du blanchiment de la cellulose (Air liquide, Arkema, Degrémont et Xylem) a permis de rendre viable une alternative déjà connue de l'industrie papetière mais jugée de qualité insuffisante : utiliser l'ozone. Frédéric a élaboré des séquences de purification industrielle propre, donnant des fibres de cellulose de haute qualité, avec un coût de production réduit et consommant deux fois moins d'eau. « Une nouvelle chimie de l'ozone a été découverte, pouvant toucher bien d'autres domaines comme le traitement des eaux », estime-t-il.

Une partie des résultats de sa thèse, publiée en 2014, a été brevetée. Dans la foulée, Frédéric Pouyet a été embauché en CDD par Suez Environnement, la maison mère de Degrémont, pour mettre sa solution en application dans l'industrie. Après un cursus d'ingénieur en école de papeterie, à Grenoble INP-Pagora, son master à Sciences Po Grenoble lui a permis de comprendre les difficultés de mise en oeuvre de l'innovation. « Les projets d'ingénierie papetière, techniquement viables, ont été stoppés dans les années 2010 car ils omettaient un aspect communication avec la population qui vit autour de ces usines, inquiète des problèmes de pollution », souligne-t-il. Désormais, il espère convaincre l'industrie papetière d'appliquer ses méthodes. « La réduction de la pollution permettra de pérenniser des structures en difficulté et de créer de l'emploi par de nouveaux investissements, avec des conséquences positives », assure l'ingénieur.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0982

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Le Grand prix national de l'ingénierie 2019 met à l'honneur les concepteurs de la gare Eole du Cnit-La Défense

Le Grand prix national de l'ingénierie 2019 met à l'honneur les concepteurs de la gare Eole du Cnit-La Défense

Exclusif : Découvrez notre classement 2019 des écoles d’ingénieurs

Exclusif : Découvrez notre classement 2019 des écoles d’ingénieurs

Classement 2019 : les meilleures écoles d’ingénieurs pour la recherche

Classement 2019 : les meilleures écoles d’ingénieurs pour la recherche

Plus d'articles