Nous suivre Industrie Techno

Bisphénol A : les industriels mis à contribution

Bisphénol A : les industriels mis à contribution

L'ANSES remettra début 2012 un avis pour élaborer un calendrier de substitution.

© DR

L’ANSES vient de publier deux rapports sur le bisphénol A (BSA), l’un recensant ses différents usages, l’autre portant sur ses effets sur la santé. Elle sollicite, jusqu’à fin novembre, la contribution des industriels afin de connaitre l’état d’avancement des travaux sur les remplaçants du BPA, ainsi que les données prouvant leur innocuité.

Marc Mortureux, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) , a présenté lors d’une conférence de presse parisienne ce matin, les grandes lignes de deux rapports publiés sur le bisphénol A (BPA). Le premier résulte d’une enquête auprès de plusieurs milliers d’industriels, et recense les différents usages du monomère, ainsi que leurs applications. La production mondiale de BPA se destine, pour deux tiers environ, à la fabrication de polycarbonates (CD, articles de vaisselle, bombonnes d’eau, phares de voitures, prises électriques, interrupteurs…), quand un tiers entre dans la composition des résines époxydes (raquettes, planches de surf, revêtement des boîtes de conserve, film de contact alimentaire…). 

Le second rapport concerne les conséquences pour la santé du BPA, parmi la grande famille des perturbateurs endocriniens. Les résultats de 70 publications scientifiques récentes (après janvier 2010), chez l’humain et l’animal, ont été compilés. Il en ressort que, si plusieurs risques semblent avérés chez l’animal, seuls deux font pour l’instant l'objet d'une forte suspicion chez l’homme : l’atteinte de la fertilité féminine et des effets, pour les deux sexes, sur les pathologies cardiovasculaires ainsi que le diabète. L'étude confirme qu'un impact peut exister même à de très faibles doses.

Parmi les messages de l’ANSES, l’un s’adresse plus particulièrement aux industriels. Ces derniers sont invités, avant le 30 novembre 2011, à communiquer leurs données sur les effets sanitaires du BPA, et l’état actuel du développement de molécules alternatives, en termes d’efficacité et d’innocuité. Ces contributions permettront à l’agence de remettre, début 2012, un avis plus complet aux pouvoirs publics. Lequel doit déboucher, a indiqué Marc Mortureux, sur un calendrier concret de substitution.

Ce qui n’empêche pas, à titre préventif, de limiter dès maintenant l’exposition des populations qui sont considérées les plus à risque, à savoir les nourrissons, les jeunes enfants, et les femmes enceintes ou qui allaitent. Il faudra dans ce cas faire attention, dans les produits où le BPA est substitué, à ce que l'innocuité de son remplaçant soit prouvée. 

Ludovic Fery 

Pour en savoir plus : www.anses.fr
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Respirateurs, tests PCR et sérologiques… les meilleures initiatives de la semaine pour lutter contre le Covid-19

Respirateurs, tests PCR et sérologiques… les meilleures initiatives de la semaine pour lutter contre le Covid-19

Confinement, jour 18. Le virus SARS-CoV-2 et sa maladie associée Covid-19 occupent toujours autant les esprits, et bousculent[…]

Les recherches sur le Covid-19 investissent les supercalculateurs

Les recherches sur le Covid-19 investissent les supercalculateurs

[Dépistage] La France en a commandé 5 millions, la Belgique les utilise déjà : zoom sur les tests rapides

[Dépistage] La France en a commandé 5 millions, la Belgique les utilise déjà : zoom sur les tests rapides

[Tests Covid-19] « Nous sommes en plein système D », pointe Vincent Raimondi, du laboratoire Cerballiance Côte d’Azur

[Tests Covid-19] « Nous sommes en plein système D », pointe Vincent Raimondi, du laboratoire Cerballiance Côte d’Azur

Plus d'articles