Nous suivre Industrie Techno

Biotechnologies - Premier clonage de lapin

Rédaction Industrie et Technologies
BioProtein Technologies et Vivalis ont développé avec l'Inra le premier lapin cloné à partir de cellules adultes.

Deux sociétés de biotechnologies françaises viennent d'annoncer la naissance du premier lapin cloné. Il s'agit de BioProtein Technologies, spécialisée dans la production de protéines thérapeutiques dans le lait de lapins transgéniques et de Vivalis, société de biomanufacturing dans le domaine des cellules souches embryonnaires et la production de protéines thérapeutiques dans les œufs. Présentés dans nature Biotechnology d'avril 2002, ces travaux ont été réalisés en partenariat avec l'Unité de Biologie du Développement et Biotechnologie de l'Inra.

Mais pourquoi cloner précisément un lapin ? Parce que cette espèce offre de nombreux avantages par rapport aux autres espèces d'animaux de laboratoire pour l'étude de diverses pathologies humaines.

En raison de leur grande taille, les manipulations peuvent être réalisées plus facilement chez le lapin que chez la souris. De plus, en termes d'évolution, les lapins et lièvres sont plus proches des primates que ne le sont les rongeurs.

Ces travaux vont contribuer à étendre l'utilisation du lapin tant pour la fabrication de produits biopharmaceutiques que comme modèle animal pour la recherche biomédicale.

Ce clonage a été réalisé par transfert nucléaire à partir de cellules somatiques adultes par l'équipe de l'Inra dirigée par Jean-Paul Renard.

« En dépit du rôle primordial joué par le lapin dans la mise au point des méthodes de transfert nucléaire, le clonage du lapinavait, jusqu'à ce jour, toujours donné des résultats décevants malgré de nombreuses tentatives de différents groupes à travers le monde, explique Jean-Paul renard. Pour réussir ce clonage, nous avons mis au point une procédure de transfert nucléaire spécifique, adaptée aux caractéristiques physiologiques des ovocytes du lapin ainsi qu'aux stades précoces de son développement embryonnaire ».

Les chercheurs de l'Inra ont attendu plusieurs mois avant de faire connaître leurs résultats, afin de s'assurer que les lapins clonés devenaient bien des animaux adultes fertiles et en bonne santé.

Ils vont à présent utiliser des cellules génétiquement modifiées comme source de noyaux pour leurs expériences de clonage.

BioProtein Technologies bénéficie de cette importante avancée technologique par le biais de droits exclusifs octroyés par l'Inra pour l'application de cette méthode de clonage à la production de protéines recombinantes dans le lait de lapins transgéniques.

Vivalis a également reçu des droits exclusifs de l'Inra pour son application à la conception de modèles animaux dans un but de recherche scientifique et pour d'autres applications thérapeutiques, à l'exception de la production de protéines recombinantes dans le lait de lapins transgéniques.
Michel Le Toullec

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Publi-information

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Estimé à 500 milliards d’euros en 2025, le marché des micro et nanotechnologies est en plein essor. Pour surmonter les[…]

10/09/2021 |
Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

Fil d'Intelligence Technologique

Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles