Nous suivre Industrie Techno

Biométrie : l’oreille a aussi son mot à dire

Biométrie : l’oreille a aussi son mot à dire

© yahoo

Avec le développement des systèmes d'identification biométriques évolués, qui remplacent le code pin sur les smartphones haut de gamme, Yahoo ! veut fournir un nouveau moyen facile et peu coûteux de sécuriser les téléphones.

La sécurisation des accès par l’authentification biométrique rime assez intuitivement avec reconnaissance faciale ou vocale, ou scannage digital ou oculaire. Nos oreilles, comme d’autres parties du corps, présentent pourtant aussi une emprunte unique lorsqu’on les met sous contrainte contre une surface. Certains chercheurs de Yahoo ! comptent bien exploiter cette particularité. A l’occasion de la conférence Computer-Human Interaction qui s’est déroulée la semaine dernière à Séoul, le géant du web a présenté la technologie BodyPrint, un système permettant de déverrouiller le téléphone avec l’oreille, le poing, la paume ou les doigts en les pressant sur l’écran.

Compenser la faible résolution des smartphones par la largeur des écrans

Déverrouiller son amartphone avec ces parties du corps présente l’avantage de ne demander aucun mécanisme onéreux, comme un lecteur d’empreinte, mais simplement un écran tactile multi-touch, dont sont maintenant équipés tous les smartphones. BodyPrint s’appuie sur la technologie de l’écran tactile capacitif. Ce type d’écran est recouvert d’une surface de verre parcourue par une grille électriquement chargée. Lorsque le doigt – conducteur électrique car humide – touche l’écran, il y a une perte de charge électrique à ce point précis de sorte qu’il est possible d’identifier le point de contact puis de traiter la demande de l’utilisateur.

Les capteurs d’empreintes digitales classiques sont également des scanners capacitifs, dotés d’une haute résolution, et donc au coût élevé qui les limite aux smartphones haut de gamme. Les écrans capacitifs des smartphones sont de moins bonne résolution mais ont l’avantage d’être plus larges que les capteurs d’empreintes. BodyPrint veut ainsi compenser la faible résolution des écrans par une surface plus grande appliquée à une partie du corps humain plus importante. Le système n’hésite pas non plus à augmenter le taux de faux rejets, quitte à demander à l’usager de réessayer, pour s'assurer qu'il s'agit bien de la bonne personne. 12 cobayes ont participé à une batterie de quelque 864 tests pour un  taux de réussite de 99,52 %, avec un taux de faux rejets de 26,82 %, explique Christan Holz, chercheur chez Yahoo ! Labs.

Les explications de Christain Holz en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

A l’occasion de l’Alibaba Cloud Summit, le 25 juillet à Shanghai, la division processeur du géant chinois a[…]

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles