Nous suivre Industrie Techno

Bien gérer ses fichiers CAO pour imprimer

L'impression 3D devenant abordable, nombre de PME envisagent de s'équiper. Mais les machines de premier prix, efficaces pour personnaliser des objets existants prévus à cet effet, ne sont en revanche pas adaptées à l'utilisation de ses propres modèles CAO.

Utiliser ses logiciels de CAO pour fabriquer par impression 3D ? La manoeuvre est plus complexe qu'il n'y paraît. Certes, tous les logiciels de CAO sont capables d'exporter les modèles en format STL, le plus courant en entrée des imprimantes 3D. Mais encore faut-il qu'ils soient « propres ». C'est-à-dire « que tous les contours soient fermés, les arêtes des facettes triangulaires jointives, sans "trous" dans la matière ou erreurs de topologie », précise Pascal Devatine, responsable de Solid Edge chez Siemens PLM Software.

Le format STL étant facettisé, il faut aussi régler quelques paramètres pour obtenir une pièce exacte et de bel aspect. « En premier lieu, la valeur de corde, c'est-à-dire la distance maximale entre un profil exact et son approximation par une facette. Plus elle est faible, plus la pièce est précise, mais plus le fichier est gros, donc long à traiter », explique Pascal Raynaud, spécialiste Creo chez PTC.

 

La chaîne : scanner, CAO, imprimante est vite maîtrisée

 

« La préparation d'un fichier STL en vue de son impression en 3D est simple et logique pour un utilisateur de CAO », estime malgré tout Philippe Pigeard, responsable de CadLink, distributeur de Rhinocéros, un logiciel de CAO 3D économique apprécié des designers et amateurs. « Il suffit de positionner la pièce pour qu'elle soit facile à fabriquer et éventuellement prévoir des supports pour la soutenir durant l'impression si ce n'est pas fait automatiquement. Rien de bien sorcier pour un concepteur ayant la fibre production. » Il faut aussi éviter dans le modèle les parois trop minces, 0,7 à 1 mm suivant les machines, ainsi que les zones trop massives, consommatrices de matériau et de temps de réalisation.

Du point de vue du design, le jeu en vaut en tout cas la chandelle. « L'impression 3D présente moins de contraintes que la fabrication traditionnelle », estime Paul Huguet, responsable technique chez SolidWorks. « L'accessibilité de l'outil ou des contre-dépouilles, voire le passage d'une pièce dans une autre n'ont pas à être pris en compte. On peut donc réaliser des objets impossibles à fabriquer autrement ! » Pour Joël Rivault, directeur du distributeur 3D Solutions, « l'impression 3D révolutionne déjà certains métiers. Les bijoutiers et les prothésistes s'accaparent très vite la chaîne : scanner, CAO, imprimante. Pour moins de 35 000 euros, ils peuvent partir de l'existant, le modéliser, le modifier et imprimer le moule servant à réaliser un objet où les adaptations seront minimes. » De son côté, Dassault Systèmes propose, moyennant 15 euros, de faire fabriquer une figurine par son prestataire Sculpteo. Et mise sur ces technologies pour stimuler l'innovation. « Nous proposons aux designers lors d'un concours trimestriel de créer des objets aux formes qui mettent à l'épreuve les capacités des imprimantes 3D », souligne le directeur stratégie marketing, Frédéric Vacher.

Reste que la diffusion de cette technologie représente un risque pour la propriété intellectuelle et industrielle contenue implicitement dans une géométrie. On pourrait même aller jusqu'à imaginer une loi Hadopi pour le 3D.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0952

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Fibre optique spatiale, start-up du Cnes, TechTheFutur… les meilleures innovations de la semaine

Fibre optique spatiale, start-up du Cnes, TechTheFutur… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Gestion de l’eau, TechTheFutur, internet quantique… les meilleures innovations de la semaine

Gestion de l’eau, TechTheFutur, internet quantique… les meilleures innovations de la semaine

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Plus d'articles