Nous suivre Industrie Techno

abonné

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Anaïs Marechal
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Les tests cliniques du nouveau robot de Bertin Nahum ont démarré cet été.

© Usine Nouvelle

Portrait du PDG de Quantum Surgical, Bertin Nahum, qui prépare l’arrivée sur le marché de son prochain robot chirurgical, dédié au traitement mini-invasif du cancer du foie. Avec toujours, pour cet ingénieur en génie électrique fondateur de Medtech, le même objectif : devenir un leader mondial.

Le père des robots chirurgicaux made in France débarque en Chine. Et il ne cache pas ses ambitions. « Je veux devenir un leader mondial », clame Bertin Nahum d’une voix puissante. Quantum Surgical, sa société fondée à Montpellier en 2017, a signé, au printemps dernier, un accord avec Ally Bridge Group (ABG) et LifeTech, numéro un chinois des dispositifs médicaux innovants, pour créer une coentreprise.

L’opération – annoncée un an après avoir levé 10 millions d’euros auprès d’ABG, sur un tour de table global d’environ 40 millions d’euros – doit lui permettre de distribuer sur ce marché stratégique sa future plate-forme robotique dédiée au traitement mini-invasif du cancer du foie. Celle-ci promet d’assister les chirurgiens lors de l’ablation percutanée. « Tous les robots chirurgicaux actuellement commercialisés interviennent sur les tissus durs. Le nôtre [il n’a pas encore de nom, ndlr] sera le premier à intervenir sur des organes déformables et en mouvement. » Les tests précliniques ont débuté cet été.

Appétit insatiable

Le charismatique entrepreneur en est certain, ce robot va conquérir le monde. Une preuve de son appétit insatiable. Une revanche aussi sur l’échec commercial – relatif – de Rosa, son précédent robot. Car Bertin Nahum n’en est pas à son coup d’essai. Dès 2002, il fonde Medtech et met au point Brigit, dédié à la chirurgie du genou. Malgré les efforts accomplis pour le commercialiser, celui-ci ne rencontre pas le succès escompté. Son brevet sera vendu en 2006 à l’américain Zimmer Biomet, le leader mondial de la chirurgie orthopédique, pour 1,5 million d’euros. Des fonds qui sont réinvestis dans le développement de Rosa.

Et quand Medtech est finalement racheté, en 2016, par… Zimmer Biomet, Bertin Nahum démissionne quelques mois plus tard. Ils sont trois – Lucien Blondel, Fernand Badano et Sophie Roca – à lui faire confiance et le suivre avant même qu’il ne lance sa seconde start-up, Quantum Surgical. « Bertin est un businessman, je me doutais qu’il allait rapidement repartir sur d’autres projets, dans le médical ou ailleurs », confie Lucien Blondel, le directeur technique de cette société.

Réussite à la française

Avec ses robots innovants, Bertin Nahum n’a de cesse de vouloir révolutionner la chirurgie. C’était déjà le cas de sa plate-forme Rosa Brain[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1025

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles