Nous suivre Industrie Techno

Bébés sous haute surveillance

LUDOVIC FERY lfery@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Bébés sous haute surveillance

La webcam contre la mort subite

© D.R.

Quoi de neuf dans la prise en charge médicale des nouveaux-nés ? Toujours plus de technologies dont le rôle est de surveiller l'état de santé, le confort ou la douleur du bébé à une étape de la vie cruciale pour le développement.

Accouchements prématurés, douleurs liées aux examens ou aux vaccinations, conditions stressantes du séjour en maternité... Les premiers jours des bébés sont rarement reposants. Environ 2 % des quelque 800 000 nouveaux-nés en France chaque année sont, par exemple, des grands prématurés, c'est-à-dire des enfants nés plus d'un mois avant le terme de la grossesse. Cette population est particulièrement sensible aux infections à l'hôpital (les fameuses infections nosocomiales). Ces nourrissons développent pour trois à quatre mille d'entre eux des complications sévères (troubles moteurs, retards mentaux...). Tous les ans, environ deux mille de ces grands prématurés n'auront pas la chance de survivre.

Prévenir les infections à l'hôpital

Sans envahir ces petits êtres fragiles de capteurs, un meilleur usage de la surveillance active dont ils sont déjà l'objet est susceptible d'améliorer leur état de santé. Pour cela, il faut pouvoir extraire les informations intéressantes dans la masse de données recueillie. « On estime qu'entre 150 et 200 mesures ou analyses sont produites durant le séjour d'un enfant prématuré à l'hôpital. Cependant, il est beaucoup plus pertinent de surveiller l'évolution d'un paramètre biologique que de faire une mesure ponctuelle », explique Pascal Sempé, responsable développement de la branche santé et sciences du vivant d'IBM France.

Justement, le géant de l'informatique américain a participé au développement, dans l'unité de soins intensifs de l'Hôpital des enfants malades de Toronto (Canada), d'une interface de récupération et d'analyse en temps réel des paramètres physiologiques (rythme cardiaque, température, pression sanguine...) des bébés. Un terminal, qui peut être relié à huit capteurs médicaux différents, transforme les signaux vitaux en provenance de plusieurs nourrissons en flux Internet. Lesquels sont traités sur la plate-forme de calcul d'IBM InfoSphere Streams. Ce type d'analyse, au fur et à mesure que les informations sont produites, présente un atout de taille dans la lutte contre les maladies nosocomiales. Au lieu d'attendre que le bébé déclare une infection, il serait possible de reconnaître sa signature biologique un à deux jours avant l'apparition des premiers symptômes. Un traitement antibiotique administré à ce stade aurait toutes les chances d'être efficace.

Suivre en temps réel de la douleur

Mais les prématurés ne sont pas les seuls jeunes patients sur lesquels le personnel médical doit veiller. Même les enfants arrivés à terme, après une gestation et un accouchement sans encombre, peuvent endurer stress et douleurs dans les jours qui suivent leur naissance. Cela arrive par exemple lors de simples prélèvements de sang au niveau du talon, la pose de cathéters ou de sonde gastrique. « Le problème, c'est qu'il n'existe aucun moyen de mesure absolument fiable de la douleur du nouveau-né », constate Laurent Storme, pédiatre au centre hospitalo-universitaire de Lille. En France, la référence est une échelle dont le résultat varie selon l'observateur, et ne permet pas de traiter instantanément la douleur.

Dans son unité de réanimation néonatale, Laurent Storme teste en avant-première mondiale un appareil de monitorage en temps réel de la douleur du nouveau-né. Ce dernier, baptisé Neodoloris, se branche lui-même sur un électrocardiographe. Grâce à un algorithme, le Neodoloris calcule la variabilité du rythme cardiaque, et en déduit un paramètre physiologique du système nerveux (le tonus parasympathique) révélateur du niveau de souffrance de l'individu. En fonction de cet indice, les puéricultrices disposent de moyens divers pour intervenir sur la douleur (contact peau à peau, silence ou obscurité, injection de sérum glucosé...) et et ramener ce tonus à un niveau acceptable. Selon le pédiatre, le traitement systématique de la douleur et du stress néonataux est vital, car ces événements peuvent avoir des retentissements sur le long terme, comme l'apparition de maladies chroniques à l'âge adulte.

La commercialisation du Neodoloris est prévue pour fin 2011 en Europe. Dans son format actuel, il s'adapte au matériel présent dans les unités de soins intensifs pour nourrissons. Bientôt, le moniteur pourra récupérer directement les signaux vitaux du bébé, et donc être utilisé dans n'importe quelle maternité. À terme, l'invention pourrait même finir par sortir du cadre hospitalier. Metrodoloris, la start-up à l'origine des appareils, a en effet pour ambition de mettre à la disposition des parents un baby phone de la douleur utilisable à domicile. Mais cela nécessitera encore quelques années de développement...

COMMENT SE LIT LA DOULEUR DU NOUVEAU-NÉ

Contrairement aux outils d'évaluation classiques le moniteur Neodoloris mesure objectivement et en continu la douleur du nouveau-né. CALCULER LES VARIATIONS Un algorithme calcule la variation de la durée entre deux battements cardiaques. PRENDRE LE POULS Branché sur un électrocardiogramme, le Neodoloris a pour seule variable d'entrée le rythme cardiaque du bébé. QUANTIFIER LA SOUFFRANCE Une faible variabilité, synonyme de douleur, est indiquée pour les deux dernières minutes et sur la dernière demi-heure. Dans l'exemple, les mauxaigus (12) et moyens (22), sont faibles.

CES CAPTEURS QUI RASSURENT LES PARENTS

Le bracelet anti-rapt La société BlueLinea commercialise un bracelet électronique pour bébé. Grâce à sa puce RFID intégrée et à des capteurs placés à l'hôpital ou à domicile, la position du porteur peut être connue à tout moment. L'application baby phone Lancez l'application « Baby Monitor » sur votre smartphone,placé à côté du lit de bébé. Au moindre bruit, il appellera le numéro préenregistré pour vous faire écouter ce qui se passe ou enverra un SMS d'alerte. La webcam contre la mort subite L'entreprise irlandaise BiancaMed a développé une webcam intelligente : installée au pied du lit, elle analyse les mouvements de respiration du bébé pendant son sommeil et déclenche une alarme sonore au-delà de vingt secondes d'immobilité totale.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0936

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

C'est un tournant majeur pour bon nombre d'entreprises ayant des activités numériques. Plus aucune fuite de données[…]

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Plus d'articles