Nous suivre Industrie Techno

Beam : comment la Nasa a accroché un module gonflable à l'ISS

Beam : comment la Nasa a accroché un module gonflable à l'ISS

Opération d'arrimage du module à la station spatiale

La Nasa est parvenue à accrocher, gonfler et pressuriser un module gonflable expérimental à la Station spatiale internationale (ISS). Cette réussite est une première qui inaugure une nouvelle manière de concevoir une station orbitale, à partir de laquelle Bigelow Aerospace, concepteur du module, veut proposer des séjours scientifiques et touristiques dans l'espace.

La Nasa teste des enveloppes thermoplastiques compressées qui se déploient par gonflage une fois arrivées à destination, dans l’espace qu'il s'agisse d'un vaisseau, d'une station, voire d'une autre planète. L’envoi du module Beam (Bigelow Expandable Activity Module) est alors autrement plus simple que l’envoi d’un module classique de taille finale équivalente. La NASA a fait les premiers essais de cette technologie mise au point par l’entreprise Bigelow Aerospace la semaine dernière. Après l’échec de la première tentative jeudi, la NASA a réussi samedi à gonfler et à pressuriser le module gonflable expérimental, amarré à la station spatiale internationale (ISS). Le module a été déployé après sept heures d’efforts. D’une masse de 1,4 tonne, le Beam mesure quatre mètres de long sur 3,23 mètres de diamètre quand il est entièrement gonflé. Au total, son volume est alors multiplié par 4,5 par rapport au module plié, pour un volume total de 16 mètres cube.

 Le Beam est une expérience parmi d’autres pour tester l’usage des habitats gonflables dans l’espace. Il s’agit du « premier habitacle humain gonflable déployé dans l’espace » a annoncé la NASA. Le test permettra d’évaluer les performances du module, et notamment son enveloppe en thermoplastique, contre les radiations solaires et cosmiques, les micrométéorites et les températures extrêmes. Pendant deux ans, les astronautes de l’ISS iront plusieurs fois dans le module pour relever les données et les mesures recueillies par les capteurs.

Bigelow Aerospace avait déjà placé des prototypes de la technologie en orbite en juillet 2006 et 2007. Avec ce module Beam, et le module B330, Bigelow Aerospace prévoit la commercialisation de séjours touristiques et scientifiques à bord d’une station spatiale d’un nouveau type, construite à partir de tels modules gonflables, et qui serait desservie par Boeing et SpaceX à l'aide des véhicules CST-100 et Dragon V2.

Difficile de ne pas faire le parallèle avec les fusées réutilisables développées par SpaceX et Blue Origin. Toutes ces technologies illustrent les efforts de acteurs du spatial pour faire baisser les coûts des systèmes envoyés dans l’espace, grâce à des innovations de rupture.

Le gonflage du module à voir en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les moteurs ioniques à effet Hall d'Exotrail propulseront deux nano-satellites de la constellation ELO d’Eutelsat

Les moteurs ioniques à effet Hall d'Exotrail propulseront deux nano-satellites de la constellation ELO d’Eutelsat

Le 19 février, la start-up française Exotrail a annoncé la signature d’un contrat pour fournir ses moteurs ioniques[…]

20/02/2020 | SatelliteMoteur
« Nous sommes dans la deuxième bulle du spatial », affirme Marc Leminh, directeur de l'innovation de Kinéis

« Nous sommes dans la deuxième bulle du spatial », affirme Marc Leminh, directeur de l'innovation de Kinéis

Les secrets du revêtement « noir animal » qui permettra à Solar Orbiter d'affronter le Soleil

Les secrets du revêtement « noir animal » qui permettra à Solar Orbiter d'affronter le Soleil

SpaceX passe avec succès le test en vol d’évacuation d’urgence de Crew Dragon

SpaceX passe avec succès le test en vol d’évacuation d’urgence de Crew Dragon

Plus d'articles